Une institution de la science-fiction britannique

Brian Wilson Aldiss a touché à tout ce qui fait la littérature : il a été libraire, rédacteur littéraire [pour le Oxford Mail], critique pour le Times et le Washington Post, essayiste et ...auteur.
Longtemps Président de la British Science Fiction Association, il a écrit plusieurs ouvrages qui analysent l’histoire de la S.-F., le plus connu étant Trillion Year Spree : a History of Science Fiction [réédition en 1986 de Billion Year Spree paru en 1973].
Brian Aldiss est aussi un auteur de fiction, plus connu pour sa Trilogie d’Helliconia d’ailleurs que pour ses œuvres précédentes, plus personnelle et plus novatrice par rapport à la S.-F. la plus répandue.
Brian Aldiss a été fait membre, en juin 2005, de The Order of the British Empire, pour service rendus à la littérature.
Il vit aujourd’hui à Oxford.


« Brian Aldiss est l’un des meilleurs auteurs de science-fiction que la Grande-Bretagne ait jamais produit »
lain M. Banks


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


  • La Trilogie d’Helliconia
    • Le Printemps d’Helliconia [Helliconia Spring, 1982]
    • Helliconia, l’Eté [Helliconia Summer, 1983]
    • L’hiver d’Helliconia [Helliconia Winter, 1985]

      La planète Helliconia tourne autour d’une naine rouge, Batalix, en 480 jours. Celle-ci tourne elle-même autour d’une étoile géante, Freyr, en une immense ellipse de plus de 2500 années.

      Résultat : sur Helliconia, l’hiver dure 500 ans (quand la planète s’éloigne de Freyr) et l’été à peine la moitié (quand elle en est proche). Les êtres qui la peuplent - hommes et phagors - réinventent la culture à chaque saison.

      Dans le premier volume, c’est la fonte des glaces, le lent réveil de la nature, la naissance d’une civilisation. L’été raconte la brève histoire d’un royaume qui né, s’épanouit puis s’effondre. L’hiver voit les humains lutter pour leur survie, sur fond de révolte des phagors.

      La Trilogie d’Helliconia est un de ces livre-univers dont l’amateur de S.-F. est friand. Ce monde étrange est crédible jusqu’au plus petit détail et l’emprise du climat sur la vie et la mort des cultures et des êtres y est décrite avec une grande beauté.
  • Croisière sans Escale
    [Non-Stop ou Starship, 1958]
    Un vaisseau navigue sans but : son objectif est oublié depuis longtemps par les générations qui à son bord se succèdent, régressant vers l’état sauvage.
  • Le Monde vert
    [Hothouse ou The Long Afternoon of Earth, 1962]
    Après plusieurs milliers d’années, la Terre s’est recouverte d’une jungle épaisse. Dans la chaleur tropicale, les hommes, devenus arboricoles luttent pour la survie. Autour d’eux, les insectes géants dominent, en particulier les travertoises, des araignées phénoménales qui ont tissé leur chemin jusqu’à la Lune. [Prix Hugo 1962]
  • Barbe grise
    [Greybeard, 1964]
    La race humaine est devenue stérile. Un homme de 50 ans, le dernier homme sur Terre.

Et aussi 3 romans qui revisitent des archétypes du fantastique :

  • Frankestein délivré [Frankenstein Unbound, 1973]
  • L’Autre Ile du Dr Moreau [Moreau’s Other Island, 1980]
  • Dracula délivré [Dracula Unbound, 1991]

LES ŒUVRES DE BRIAN ALDISS SUR AMAZON.fr



Lire la critique

COMMANDER

« Croisière sans escale » de Brian ALDISS

[« Non Stop », 1958]

C’est avec Croisière sans escale que le public français découvrait en 1959 un jeune romancier d’une vingtaine d’années, Brian ALDISS. Le roman avait été publié en 1958 Outre-Manche, l’Age d’or s’essoufflait, et la New wave commençait à poindre le bout de son nez...

 

Lire la critique

COMMANDER

« Le monde vert » de Brian ALDISS

["Hothouse or The Long Afternoon of Earth", 1962]

Dans cinq milliard d’années, la Terre est devenue une vaste jungle dont les lianes s’étendent jusqu’à la Lune en une singulière toile d’araignée tissée par les Travertoises, d’immenses arachnides végétaux de dizaines de mètres de diamètre capables de voyager dans l’espace.
Deux descendants de la race humaine, mènent leur quête du monde d’autrefois ...

 

Lire la critique

COMMANDER

« L’hiver d’Helliconia » de Brian ALDISS

[« Helliconia Winter », 1985]

La parution de ce volume clôt la réédition du splendide cycle d’Helliconia chez Ailleurs et Demain, une oeuvre à laquelle Brian ALDISS consacra sept années d’écriture. Oeuvre science fictionnesque où l’auteur s’attache à détailler les mécanismes astronomiques et biologiques qui gouvernent le biosystème d’une planète atypique.

 

Lire la critique

COMMANDER

« L’été d’Helliconia » de Brian ALDISS

[« Helliconia summer », 1983]

Après la réédition du premier volume du cycle Helliconia paru en juin 2006 dans la collection Ailleurs et Demain, Gérard Klein livre aujourd’hui le second tome

 

Lire la critique

COMMANDER

« Le printemps d’Helliconia » de Brian ALDISS

[ « Helliconia spring », 1982]

Gérard KLEIN réédite le premier volet de la trilogie de Brian ALDISS, précédemment paru dans la même collection en 1984 puis en Poche en 1989. La traduction étant apparemment inchangée, les possesseurs des 3 volumes en Poches de ce cycle bénéficieront d’une couverture plus avenante avec une dominante colorée par saison. Les autres découvriront une excellente trilogie

 

Lire la critique

COMMANDER

"A l’Est de la vie" de Brian W. ALDISS

["Somewhere East of Life", 1994 ]

La réédition de "A l’Est de la vie" au Livre de poche dans la collection dirigée par Gérard Klein est à la fois une bonne et trompeuse initiative. En effet, ce texte n’est pas à proprement parlé un roman de science fiction. Il se rapproche davantage d’une littérature aux accents ballardiens, le BALLARD de "Super Cannes" ou de "Millenium people", que d’un récit rattaché aux littératures de l’imaginaire. Cependant, que ceci n’arrête pas le lecteur dans son geste compulsif. "À l’Est de la vie" mérite toute son attention.

 

Lire la critique

COMMANDER

"Super Etat" de Brian ALDISS

["Super-State", 2002]

L’Union européenne est fébrile dans l’attente de son attaque du Tébarou, un minuscule état musulman proche de la Chine. Pourquoi ? Pour essayer ses nouveaux supers chasseurs ultra-perfectionnés.

Humour et dérision au service de la réflexion.

 

Lire la critique

COMMANDER

Supertoys de Brian W. Aldiss

[Supertoys Last All Summer Long and Other Stories of Future Time, 2001]

"- Toi et moi, nous sommes réels, n’est-ce pas Teddy ? Les yeux de l’ours en peluche regardèrent le garçon sans ciller :

- Toi et moi, nous sommes réels, David. Il était spécialisé en réconfort. Ceci est l’histoire d’un petit garçon qui n’arrive pas à plaire à sa maman, un petit garçon qui n’est pas du tout un petit garçon, un petit garçon dont l’intelligence est artificielle. "

[Quatrième de couverture]

 

Lire la critique

COMMANDER

"Mars la blanche" de Brian W. ALDISS

Si "Mars blanche" est apparemment un roman d’anticipation, c’est avant tout un ouvrage de réflexion sur l’utopie, la violence, la communication, l’évolution et l’espéce humaine en général [!]. Un projet ambitieux qui, s’il n’intéressera aucunement les amateurs d’action et de space opera, réjouira ceux qui privilégient humanisme, réflexion, prospective scientifique et complexité des personnages

 

Mr.C