EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

 
 
Publié le 01/02/2007

Bifrost n°45 - Spécial R. WILSON et Greg EGAN

[ED. DU BELIAL’, Janvier 2007]

60 pages - 11 euros

Par Mr.C

« La revue des mondes imaginaires » publie un numéro 45 double-chocolat : R.C. WILSON + Greg EGAN, deux auteurs stars de la SF, qui ont en commun leur grande discrétion. On est donc, a priori, plus qu’alléché.


R.C. WILSON est l’auteur d’une SF humaniste, toute en nuances, qui balance des gens comme vous et moi dans des circonstances extrêmes et les envoie à la découverte de leurs limites. De « Darwinia » aux « Chronolithes » pour citer ses meilleurs romans, WILSON a un style qui tranche, attentif à la psychologie de ses personnages tout autant qu’à l’originalité de ses intrigues.

Peu bavard, le bougre ne se livre pas à fond dans l’interview, et on regrette ces réticences. On ne le sent pas vraiment fana du processus Question-Réponse, utout quan vient le moment de la Réponse, en fait. Mais on en apprend davantage sur lui et son univers. Et c’est toujours ça de pris.

Greg EGAN est l’auteur d’une SF d’idées parfois hard, toujours époustouflante, un Australien ronchon qui lui non plus n’aime pas qu’on lui pose des questions. L’ITW s’est faite par mail et ça se sent un peu niveau ambiance. EGAN n’en est pas moins fascinant.

Bref, deux interviews pour deux auteurs sur la réserve, deux moments un peu frustrants par la retenue des propos - et pourtant deux moments qui valent le détour.

A côté des deux ITW, deux nouvelles qui viennent bousiller tout ce que je viens de dire puisque R.C. WILSON se montre le plus hard SF des deux sur une thématique quantique pas méga-originale mais poussée dans ses plus lointaines conséquences - tandis que Greg EGAN signe un texte très humain : les nanotechnologies médicales qu’il imagine l’intéressent en fait moins ici que la fracture nord-sud qui en empêche le partage avec les ceux qui en auraient le plus besoin.

Ah, un truc qu’il faut évoquer aussi : est-ce un problème que ce soit Thomas DAY alias Gilles DUMAY, donc le patron de Denoël / Lunes d’Encre, éditeur de R.C. WILSON, qui fasse lui-même l’interview de R.C. WILSON... à un mois de la parution, du nouveau roman de R.C. WILSON, « Spin », chez Gilles DUMAY ? Et que dans le même temps, Bifrost, publié par les éditions du Bélial, interviewe Greg EGAN, dont le recueil de nouvelles « Axiomatique », qui bénéficie d’une jolie publicité en couleur en 3ème de couv., a été publié il y a quelques mois par... le Bélial’ ?

Réponse : ben, disons que forcément, faut prendre en compte tout cela en lisant BIFROST. Oui, c’est un p’tit monde.
Mais lorsqu’on met également dans la balance le fait que ces deux auteurs font partie des écrivains les plus intéressants du moment, et que leurs bouquins sont parmi les meilleurs publiés cette année, on a du mal à leur en vouloir.
Et commet je sais, me direz-vous, que ces deux livres sont « parmi les meilleurs publiés cette année » ? Ben, « Axiomatique », je l’ai lu, donc là j’exprime une opinion personnelle. Et « Spin », qui ne sort prochainement, je ne l’ai pas lu mais ils disent que c’est top dans la critique en avant-première publiée par... ce même n°45 de Bifrost et signée par un type qui bosse souvent pour Gilles DUMAY. [magouilles, je vous dis].

De toutes façons, il y a plein de cafards dans Bifrost, je veux dire par là des petit gars qui ont pondu leurs premières critiques il y a des années dans les pages du Cafard cosmique [et qui continuent d’ailleurs...] donc maintenant le CC est mouillé aussi jusqu’au cou dans la magouille...


Dans Bifrost 45, il y a aussi plein plein plein de critiques, mais vraiment plein, et pas mal léchées. Et aussi un Coin des revues dans lequel Thomas DAY, en embuscade, dézingue tout ce qui sort - Galaxies, SciFI Magazine, Solaris - il n’y a guère que Le Fiction n°4 qui en sorte indemne, et c’est mérité, c’est une sacrée bonne revue, ça, Fiction. Volez-le ! [Non, commandez-le aux Moutons Electriques, pour qu’ils puissent brouter à leur faim.]


Dans Bifrost 45, il y a aussi Maurice G. DANTEC en interview. Une interview où le méchant DANTEC se montre étonnamment... gentil. Et atteint un score inouï de 75% de propos compréhensibles. Il faut dire que Patick IMBERT [non, ya pas de fautes, l’interview est signée Patick IMBERT, sans « r », Patick, j’insiste - oui, oui, Patick], il faut dire, donc que Patick a lu le nouveau roman de DANTEC, « Grande Jonction », et que, pasqu’il est pudent Patick, il n’en dit que du bien, et pose des questions coooooolissimes. Enfin, ça fait plaisir de le voir un peu calmé, le DANTEC. D’ailleurs, il ne dit plus « déclin », il dit « dévolution » maintenant, ça prouve bien.
Donc, l’interview, elle est bien.

Dans Bifrost 45, il y a aussi une conversation IN-COM-PRE-HEN-SI-BLE entre l’astro-physicien Roland LEHOUCQ et l’auteur Claude ECKEN sur le thème « Construisons une arche stellaire » - que si vous n’êtes pas vous-même astro-physicien, vous n’arriverez pas à suivre, mais bon, ils ont l’air de savoir de quoi ils parlent. A lire pour ceux qui peuvent...

Enfin, il y a aussi les Razzies 2007, les fameux « Prix du pire », qui font clignoter baucoup de pixels dans le fandom parce que, forcément, les trois pitres mitraillent tous azimuts, donc ça peut ne pas faire plaisir, mais faut reconnaître que c’est plutôt marrant, et même franchement drôle - et souvent bien vu. On est quand même pas obligé de se prendre tout le temps au sérieux.

Ceci dit, avant de rigoler des autres vachardement, ils feraient mieux de se trouver des illustrations correctes chez Bifrost, vu que la couverture de ce n° 45 est I-GNO-BLI-SSIME ; ça représente une assez moche fiancée de Frankenstein - et il n’y a ni Frankenstein ni sa fiancée dans ce numéro donc c’est vraiment bête. Dommage, vu que le nouveau logo - on a déjà eu l’occasion de le dire - est complètement réussi.


COMMANDER

Bilan comptable, 11 euros pour :
une rencontre avec deux auteurs passionnants
+ une nouvelle de chacun
+ DANTEC intelligible
+ des critiques et les Razzies
+ d’autres trucs qu’on a pas évoqués
- une couverture bidon = une bonne affaire.