EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS


LE PYGMALION DE LA SF


Fan de SF, John Campbell commença sa carrière à l’âge de 20 ans, dans la revue Amazing Stories, d’Hugo Gernsback.
Mais il est presque exclusivement connu pour le travail accompli en tant que rédacteur en chef d’une autre revue, Astounding Stories, de 1937 à sa mort en 1971.

C’est lui qui découvre et lançe, dans ce qui devait ensuite être appelé l’âge d’or de la Science Fiction américaine, des auteurs comme Isaac Asimov, Robert Heinlein, Alfred Van Vogt , Clifford Simak ou Theodore Sturgeon.

Le plus étonnant c’est qu’un auteur lui-même aussi moyen ait su orienter, et même inspirer toute une génération d’écrivain. Asimov reconnaît par exemple que la formulation des fameuses Trois lois de la Robotique lui revient !

On ne connait qu’un échec flagrant à son flair : il a toujours refusé les textes proposés par Ray Bradbury !

On sait aussi que, comme Van Vogt, et à l’opposé d’Asimov, Campbell adhéra avec un enthousiasme difficilement compréhensible à la "dianétique", pseudo-religion inventée par un de ses auteurs, le mégalomane L. Ron Hubbard.
Personne n’est parfait...


ASTOUDING STORIES

Le magazine Astounding Stories fut le creuset du renouveau de la Science-Fiction américaine dans les années 40.

Sous la férule de John W. Campbell, il a poussé les auteurs à se montrer plus exigeants sur les aspects scientifiques de leurs oeuvres, donnant naissance à une SF plus rigoureuse, s’éloignant de l’esprit aventurier naïf des pulps de l’époque.

Il a contribué a donner ses lettres de noblesse à une littérature en plein essor depuis la création de la première revue SF, Amazing Stories, d’Hugo Gernsback. C’est dans les pages d’Astounding qu’on a pu découvrir de futurs classiques du genre comme Fondation, Demain les chiens ou Le Monde des A.

La revue a changé de nom plusieurs fois, devenant Astounding Science Fiction en 1938 puis Analog (qui publia les premières page de Dune de Frank Herbert).

Elle a reçu neuf fois le prix Hugo du Meilleur Magazine Professionnel de Science-Fiction.


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


  • Le ciel est mort [Who goes there ?] - REED. LIVRE DE POCHE, 2000
    Recueil des meilleures nouvelles de l’auteur, datant d’avant les années 40. Le récit qui donne son titre à l’ouvrage est une fort belle histoire de fin du monde.

    Ce recueil contient notamment « La Bête d’un autre monde ». Cette nouvelle est assez médiocrement écrite (reconnaissons-le, Campbell n’est pas un grand écrivain, ses dialogues en particulier sont extrêmement mauvais), mais le scénario en est assez brillant : un extra-terrestre retrouvé congelé par une expédition dans l’Arctique se révèle être une sorte de caméléon terriblement dangereux et malin...

    « La Bête d’un autre monde » [1938] fut la source d’inspiration directe du film La Chose d’un autre monde du réalisateur Howard Hawks en 1951 et de son remake, The Thing, chef d’œuvre du cinéma d’horreur, réalisé par John Carpenter en 1982.

A VOIR AUSSI :


Mr.C