EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Pilier de la science-fiction française des années 60, Philippe CURVAL est l’un des rares auteurs de chez nous publié aux Etats-Unis. Il est mal connu des générations les plus récentes de lecteurs de SF, et pourtant il n’a pas lâché sa plume à bientôt 80 ans.
Auteur de chef-d’œuvres régulièrement réédités, comme Cette chère humanité, il a récemment publié Lothar Blues dans la collection Ailleurs & Demain [Robert Laffont].


Philippe CURVAL [1], de son vrai nom Philippe Tronche, acquiert sa première machine à écrire à quinze ans. Se faisant chasser successivement de plusieurs lycées et collèges, et coupant les ponts avec sa bourgeoise famille dès l’âge de dix-sept ans, il endosse divers métiers, comme par exemple photographe, céramiste ou encore peintre au pistolet sur réfrigérateur [si, si...].
Il fréquente assidûment le Saint-Germain-des-Prés de la grande époque [avec boisson et tout ce qui s’en suit], arrondissant ses fins de mois en tenant la librairie de Valérie Schmidt, boutique qui est alors le repère des passionnés de science-fiction de l’époque : Boris VIAN, Michel BUTOR, Alain DORÉMIEUX, Jacques STERNBERG... Avec ce dernier, il donne naissance à ce qui peut être considéré comme le précurseur de la presse "underground", Le petit silence illustré.

Sa carrière d’écrivain de science-fiction débute en 1955, quand le magazine Fiction publie sa première nouvelles, L’œuf d’Elduo ; pour Fiction, il élabore également des illustrations de couvertures, comme celle du numéro 40 ci-contre, par exemple...

En 1960, paraît son premier roman, Les fleurs de Venus, et il ne faudra attendre que deux ans pour que son second roman, Le ressac de l’espace, rafle un prix littéraire : le défunt Prix Jules Verne.

En 1964, CURVAL devient journaliste scientifique pour La Vie électrique et, grâce à cela, se met à voyager beaucoup... Ce qui influencera en profondeur ses écrits...

Après une pause de quelques années [pas de roman entre 1962 et 1967 ; pas de nouvelle entre 1964 et 1967], Philippe CURVAL revient marquer définitivement la science-fiction de son talent, gagnant successivement deux prix : le Grand Prix de l’Imaginaire [alors Grand Prix de la Science-Fiction Française] en 1975 pour L’homme à rebours, et le Prix Apollo en 1977 avec son roman suivant, Cette chère humanité.

Sa prose a mûri, elle est devenue plus élégante, pour un traitement plus sensuel de ses thèmes, l’auteur alliant logique et absurde, intelligence, provocation et humour. Ses héros lui ressemblent, libres penseurs, individualistes, humanistes, assoiffés de liberté. Il sait émerveiller par la création d’univers extraterrestres originaux, par un sense of wonder efficace. Couleur, odeur, musique, amour, sueur, jouissance, sensualité, sexualité, hédonisme, anarchie... , il insuffle un violent souffle d’humanité, à ces œuvres.

UNE PLUME INFATIGUABLE...

Excellent nouvelliste et romancier, journaliste scientifique ou encore photographe et/ou illustrateur à ses heures, il est aussi fin critique pour le Magazine littéraire à partir de 1986, comme il le fut occasionnellement pour l’ancienne mouture de Fiction, et régulièrement dans les années soixante-dix pour Galaxie, la furtive revue Futurs et Le Monde.
Et ce n’est pas tout : Philippe CURVAL fut aussi anthologiste, au travers des recueils Futurs au présent en 1978 et Superfuturs en 1986. Il a d’ailleurs obtenu, en 1990, le Prix Spécial du Grand Prix de l’Imaginaire « pour son travail d’anthologiste et de découvreur de talents ».

Traduit dans plusieurs langues et publié notamment aux Etats-Unis, chose rarissime pour un écrivain de science-fiction francophone, Philippe CURVAL est un pilier de la science-fiction francophone contemporaine, un de ceux qui ont indiscutablement contribué à repousser et élargir ses limites, de part ses écrits mais aussi de part sa volonté de la faire découvrir et se répandre.

Aujourd’hui, à presque quatre-vingt ans [dont plus de cinquante ans de carrière], il est toujours actif. Il œuvre, entre autres, sur le site Quarante-Deux, où l’on peut retrouver ses critiques et ses billets d’humeur, toujours pleins de l’intelligence et de l’humour qui le caractérisent, ainsi que, accessibles en toute liberté et gratuité, certaines de ses nouvelles, remaniées et révisées par lui-même.


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE

  • Le ressac de l’espace [1962]
  • L’homme à rebours [1974]
  • Cette chère humanité [1976] qui, avec Le dormeur s’éveillera-t-il ? [1979] et En souvenir du futur [1983], forment le cycle informel de L’Europe après la pluie.
  • Le livre d’or de la Science-fiction consacré à Philippe CURVAL, présenté par André RUELLAN [1980], dont certaines nouvelles sont disponibles, remaniées, sur Quarante-Deux [voir plus haut]
  • Congo Pantin [Les évadés du mirage] [1995]
  • Lothar Blues (2008)


Lire la critique

COMMANDER

L’Homme qui s’arrêta, Journaux ultimes de Philippe Curval

« Philippe Curval aura 1000 ans en 2929 », annonce avec une délicatesse toute respectueuse la quatrième de couverture de l’Homme qui s’arrêta, Journaux ultimes , recueil de nouvelles paru chez La Volte. Et la marque de respect ne peut que s’imposer : car ils ne sont pas nombreux, les écrivains de science-fiction, à occuper une place de choix au sein de l’imaginaire francophone depuis plus de cinquante ans et à poursuivre, infatigables révélateurs, leur labeur de créateurs. Au seuil de ses huit décennies, avec la sagacité et la perspicacité qu’on lui connaît, Philippe Curval nous livre dix textes intemporels sur fond de préoccupations existentielles. Dix perles rares inextricablement liées par des thématiques souterraines intensément humaines.

 

Lire la critique

COMMANDER

« Lothar Blues » de Philippe CURVAL

Après cinq ans de silence, Philippe CURVAL revient enfin nous rappeler qu’il n’a jamais démissionné, avec ce livre se rattachant par son contexte à son cycle de L’Europe après la pluie [la lecture des précédents n’est pas nécessaire à la compréhension de celui-ci... mais celui-ci risque bien de vous en donner l’envie].

 

Lire la critique

COMMANDER

La Forteresse de coton de Philippe Curval

Après l’excellent "Congo Pantin", oeuvre majeure mêlant de grands thèmes de la SF [catastrophe, contacts humains-ET, interrogations sur la réalité...] folio sf récidive avec un nouveau CURVAL, "La forteresse de coton".

Recommandé par Francis BERTHELOT parmi les 100 transfictions à lire, il s’agit donc d’un ouvrage que l’on ne peut que situer à l’entre-deux.

 

Arrakhan


NOTES

[1] CURVAL est un pseudonyme. En anglais, curval signifie "courbe", "plié" ; c’est aussi le nom d’un des quatre bourreaux, pervers psychopathes, dans Les Cent Vingt Journées de Sodome ou L’Ecole du libertinage du marquis DE SADE...