EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

 
 
Publié le 02/10/2010

Chevaucheur d’Ouragan de Sam Nell

ÉD. MNÉMOS / ICARES, AOÛT 2010

Par paul muad’dib

Avec Chevaucheur d’Ouragan, Sam Nell signe un premier roman de fantasy hors norme, bien éloigné des clichés habituels. Exploit double : cet auteur français, passionné d’escrime ancienne et de fauconnerie, renouvelle un genre surexploité avec une grande maîtrise.


En général, les romans de fantasy sont rapidement catalogués par les lecteurs avides. Clone du Seigneur des anneaux ? Roman d’aventure à la Dumas ? Hommage à David Eddings ou Robert Jordan ? Chevaucheur d’Ouragan n’appartient pas à cette catégorie. Le lecteur n’y rencontre ni elfe, ni nain, ni héros à la destinée prophétique, ni sauveur ultime de la planète. Une gageure.

Le récit prend place à l’époque où la civilisation atlante arpente encore le monde, livre une lutte sans merci contre les minotaures et subit l’influence néfaste des sorciers-pyromants qui œuvrent dans l’ombre à dos de dragons. Un monde merveilleux où la magie est partout. On y suit les aventures du chroniqueur Abel de Tyr, appelé à embarquer à bord du Souffle de l’âme, un « avire » volant atlante, commandé par le chevaucheur d’ouragan Trestan Vortigen.

Marqué par le don de Cyclon — qui le protège de tout mais l’empêche de se servir d’une arme sous peine de mort — Abel est voué à une carrière intellectuelle. D’où son métier de chroniqueur et sa propension à traîner dans les auberges où il se noie dans l’alcool. C’est là qu’il croise une étrange astrologue qui lui propose un voyage à bord du Souffle de l’Âme.

Abel se rend vite compte qu’il n’est pas le bienvenu parmi les matelots. Malgré cet accueil hostile, il ne tarde pas à rencontrer Trestan Vortigen, prince de la maison Vortex en exil. Ensemble, ils partent à la recherche d’un orbe de pierre philosophale après avoir subi une monstrueuse tempête. Parviendront-ils à vaincre la malédiction qui pèse sur les princes Vortex ?

Roman de fantasy atypique, au souffle épique (si si) et au suspense maîtrisé, Chevaucheur d’ouragan s’impose d’emblée comme un premier roman très abouti. Sam Nell va droit au but, écrit dans un style cinématographique visuel, et capte très vite l’attention du lecteur. Il évite de se consacrer uniquement au décor et peuple son texte de personnages originaux, travaillés et crédibles. Les sorciers-pyromants, par exemple, possèdent leur voix propre, même s’ils ne sont pas sans rappeler un certain Elric de Melniboné. Plutôt rythmée, la narration très riche de Chevaucheur d’ouragan alterne flashbacks et passages poétiques. Procédé qui emprunte au polar, genre littéraire manifestement important chez Nell.


COMMANDER

Avec Chevaucheur d’Ouragan, Sam Nell reussit sa première incursion dans un genre éminemment casse-gueule. S’il respecte les codes inhérents à la fantasy épique, il y apporte sa pierre personnelle et ne se contente pas de calquer les autres. Ne reste plus qu’à attendre ses prochaines productions pour savoir s’il transforme.