EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/02/2007

« Citoyens clandestins » de DOA

ED. GALLIMARD / SERIE NOIRE

Par PAT

On l’attendait de pied ferme, le nouveau DOA, on l’attendait de pied ferme et on est tout sauf déçu. Publié chez Gallimard en Série Noire, « Citoyens clandestins » est un polar tout ce qu’il y a de traditionnel, la nervosité en plus.


Ceux qui s’étonnereont de voir un roman policier chroniqué ici feront un effort de mémoire et se rappelleront que le sieur DOA a fait ses débuts au Fleuve Noir avec un thriller-SF [« Les fous d’avril »] et un thriller fantastique [« La ligne de sang »]. CQFD, donc.

Ôtez la SF et le fantastique, il vous reste le thriller, et « Citoyens clandestins » suit une route somme toute logique, bien que tortueuse. Car ici, autant le savoir de suite, l’occulte est bien réel, il s’agit des services spéciaux français. Renseignements Généraux, Direction du Renseignement Militaire ou DGSE pour ne citer que les organismes les plus célèbres, DOA utilise la trame administrative avec brio pour perdre ses lecteurs dans les rouages [plus ou moins propres, d’ailleurs] de l’état. Ajoutez à celà une maîtrise impeccable du propos, une crédibilité à faire peur, des personnages attachants [malgré quelques petits défauts qui saillent de ci de là, mais on n’est jamais content], des chapitres courts qui donnent dans le page turner et vous obtenez un roman tout bêtement excellent, dont l’intelligence polémique s’offre le luxe d’une objectivité glaçante forcément plus efficace qu’un engagement pur et simple.

Sans faute, donc, pour une histoire qu’on se gardera bien de résumer ici. Tout au plus balancerons-nous quelques bribes destructrices.

On y parle de fûts de dioxine bien française destinés à l’armement chimique et malheureusement récupérés par quelques allumés bien décidés à faire mal à notre cher pays. Hélas, ces allumés sont islamistes radicaux et le contexte historique est délicat. 2001, le monde bouge... Et la future élection présidentielle de 2002 complique encore la tâche des diffétents services chargés de récupérer cette embarassante cargaison sans faire de vagues [c’est mauvais pour la com, les vagues].

Si en plus on trouve un clandestin - Lynx, pour ne pas le nommer - qui travaille en parallèle des parallèles et dont les méthodes expéditives ne sont pas franchement approuvées par Genève, un infiltré dans les réseaux islamistes à qui sa hiérarchie ment de plus en plus, deux journalistes déjà sur la piste (sanglante) et des dizaines d’autres personnages plus ou moins sinistres, on sent que ce mélange explosif risque de ne pas complètement passer inaperçu...

Passionnant de bout en bout malgré une documentation fournie qui frise parfois la leçon de chose [mais qui n’est jamais ennuyeuse, attention, juste effrayante par sa densité et ses implications], « Citoyens clandestins » est un roman qui va sans doute faire parler de lui.

Froide, voire glaciale, le plume de DOA ne juge rien. Elle expose, et plus particulièrement ce qui purule. Le résultat n’est pas beau à voir, mais la vraie prouesse de l’auteur, c’est d’éviter toute complaisance et de se concentrer sur ses personnages.


COMMANDER

Tout fonctionne sans accroc et le lecture du pavé [700 pages, quand même]passe comme du sirop.

On saluera au passage la naissance d’un auteur au talent désormais accompli et avec lequel le roman policier français va devoir composer. A suivre, donc, mais on risque de devoir courir.