EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 28/06/2008

« Contes de Terremer » de Ursula LE GUIN

[« Tales from Earthsea », 2001]

REED. LIVRE DE POCHE / SF, MARS 2008 [Première édition chez R. LAFFONT / AILLEURS & DEMAIN, 2003]

Par Soleil vert

Réédition en Poche d’un ouvrage traduit chez Ailleurs & Demain en 2003, les Contes de Terremer marquent le retour de Ursula LE GUIN au célèbre cycle de Terremer - dont le dernier opus, Tehanu, datait des années 90 [1991 pour la traduction chez Laffont].


Une dizaine d’années s’est écoulée entre la rédaction du quatrième livre et le présent recueil. Pourquoi ? Ursula s’en explique dans un avant propos de quelques pages.
Toute œuvre romanesque échappe à son créateur. Le mot fin est illusoire. Il n’appartient pas à l’écrivain. Une fiction possède son temps propre qui n’est pas celui de l’auteur, elle s’inscrit comme histoire dans l’Histoire, fut-elle imaginaire, elle devient Terra Incognita pour son Géniteur, objet de curiosité et enfin territoire à arpenter, à redécouvrir.

Le plaisir des retrouvailles n’en est que plus grand : un intense plaisir d’écriture transparaît à la lecture des Contes de Terremer.
Chansons, vers, la romancière parcourt avec jubilation l’archipel, elle en poursuit l’inventaire avec quelques contes et légendes, complétés d’une annexe descriptive qui clôt le recueil. Celle-ci aurait d’ailleurs pu fournir matière à récit et donne le sentiment que LE GUIN poursuit un double objectif, romanesque et lexicologique, qui affaiblit l’homogénéité du présent volume.

Cinq nouvelles composent les Contes de Terremer.

  • Le Trouvier relate la fondation de l’école de Roke. Le héros est un jeune charpentier de marine originaire de l’île d’Havnor qui doté du talent de localisation [un des neufs dons maîtrisés par les mages de Roke] va, avec l’aide de l’esclave Anieb, délivrer l’archipel du joug du roi Losen et du mage Gelluk.
  • Rosenoir et Diamant est un marivaudage sur l’amour, le devoir, et la magie. Lequel de ces langages choisir ?
  • Les os de la terre : deux magiciens conjuguent leurs efforts pour maîtriser un tremblement de terre dans la cité de Ré albi.
  • Dans le grand marais : l’histoire de la rédemption d’un mage redoutable, une nouvelle dans laquelle ressurgit le personnage de Ged, héros de Terremer.
  • Libellule : Une sorcière désireuse de connaître l’étendue véritable de ses pouvoirs se rend à l’île de Roke, en compagnie d’un faux mage. Un récit en clin d’œil où l’on apprend que le dicton « nul ne saurait expliquer un dragon » s’applique aussi aux femmes.

De ces cinq récits, le premier se détache par sa longueur et son souffle. Dans celui-ci, comme dans les autres textes, les femmes y tiennent un rôle de premier plan. Les sages femmes de Roke, ainsi les nomme LE GUIN, s’opposent à la folie guerrière des hommes.
Anieb l’esclave, Irien la redoutable, Rosenoir la tenace, Emer la patiente sont bien les véritables héroïnes de ce livre - davantage que les Neuf Maîtres de Terremer.


COMMANDER

Un bon ouvrage, d’une lecture plaisante, jamais mièvre, mais qui manque peut-être un peu d’ampleur. Dans les productions récentes de LE GUIN, mieux vaut se reporter par exemple au roboratif L’anniversaire du monde.