EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/04/2004

Cristal qui songe de Theodore Sturgeon

[The Dreaming Jewels, 1950]

REED. J’AI LU / POCHE, 2004

Par Lunatik

Un enfant rejeté, avec sa poupée aux yeux de cristal se réfugie dans un cirque... Les cristaux se trouvent être vivants et doués de dons étonnants. Ce qui attire les convoitises.

Parmi les nains et les êtres difformes, l’enfant trouve l’amour et entraîne l’Humanité vers un avenir plus tolérant.


Horty, petit garçon de huit ans, est renvoyé de son école parce qu’il s’est fait surprendre à manger des fourmis. De retour chez lui, il ne peut éviter les foudres de son père adoptif qui le maltraite depuis déjà bien longtemps. Horty sortira de la dispute avec trois doigts en très mauvais état - coincés dans une porte...

Ne pouvant plus supporter les brimades à répétition, Horty décide de rassembler ses biens et de tailler la route. Dans son petit baluchon, il a mis son seul trésor, Junky, le petit diable en boite monté sur ressort, dont il ne peut se séparer.

Il trouvera refuge auprès d’une troupe de cirque sillonnant la région. Zena, une des naines de la troupe, le prendra sous son aile pour le protéger du féroce directeur du cirque.
Le cannibale, comme il se fait appeler, est obsédé par sa collection de cristaux, dont il essaye de maîtriser les étranges pouvoirs.
Au fil du temps, les doigts de Horty vont repousser, mais il ne grandira pas, restant le petit garçon de huit ans qu’il était au début.
Est-ce en relation avec les yeux cristallins de Junky ?
Quel mystère ce cache derrière les cristaux ?

Première œuvre de Sturgeon, écrite en 1950, et premier coup d’éclat. Voici un roman qui est loin d’avoir usurpé son statut de chef d’œuvre. Dès les premières pages on ne peut manquer de s’attacher aux personnages de l’histoire. Du petit garçon martyrisé par ses parents adoptifs, aux personnes de petites tailles utilisées comme phénomènes de foire, tous les personnages principaux ont été mis au banc de la société à cause de leurs différences. Mais l’auteur nous apprendra bien vite à ne pas se fier aux apparences, que les monstres ne sont pas forcement ceux à qui l’on pense.

Sturgeon rejoint ici, Tod Browning, qui dans le cultissime Freaks de 1932 dénonçait déjà le mépris porté aux personnes différentes. Les deux œuvres nous livrent à leurs façons une grande leçon d’humanité.

Cote fantastique, l’histoire n’est pas en reste. Le secret se cachant derrière les cristaux est surprenant, même si une grande partie ne sera pas dévoilé pour garder une certaine part de mystère. Cela donne une interprétation, plutôt originale, aux mutations et autres fléaux ayant frappés les Etats-Unis des années cinquante.


COMMANDER

Avec Cristal qui songe, Sturgeon a trouvé la juste alchimie des mots, son récit est à la fois poétique et sensible, sans jamais tomber dans la niaiserie des sentiments faciles. L’enchaînement des événements est si fluide, l’émotion qui s’en dégage si forte, que l’on s’étonne de la rapidité à laquelle on dévore ce livre.

C’est assurément un livre envoûtant qu’il faut avoir lu, une réflexion touchante sur la différence et le racisme.