EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 15/10/2007

« Croisière sans escale » de Brian ALDISS

[« Non Stop », 1958]

ED. PDF, 1959 - REED. FOLIO SF, SEPTEMBRE 2007

Par Olivier

C’est avec Croisière sans escale que le public français découvrait en 1959 un jeune romancier d’une vingtaine d’années, Brian ALDISS. Le roman avait été publié en 1958 Outre-Manche, l’Age d’or s’essoufflait, et la New wave commençait à poindre le bout de son nez...


Tout commence dans une jungle. Roy Complain est l’un des chasseurs de sa tribu. Sa société est organisée selon d’étranges préceptes, issus d’une lointaine culture, la psychanalyse.
Contrairement aux apparences, avec ses primitifs, ALDISS ne nous offre pas une variante de La guerre du feu, il se place au contraire dans un lointain futur.

Le lecteur ne voit ce monde qu’à travers les yeux des personnages, et il comprend rapidement que ces tribus habitent en réalité une arche stellaire. Elles vivent dans une petite partie de cette arche, et se lèguent d’étranges mythes d’une génération à l’autre, évoquant un au-delà très mystérieux du monde connu. Un au-delà que personne ne s’est risqué à explorer, pas plus que l’on n’a cherché à vérifier la réalité des légendes.

C’est donc dans une société sclérosée, engluée dans ses mythes et ses coutumes qu’évolue Roy. Il en comprend vite les limites, et décide de se lancer à l’aventure, et de vérifier un peu ce qu’il en est des Géants et d’un tas d’autres mystères. Ce qu’il va découvrir va dépasser toutes ses attentes.

Une fois le livre fermé, le lecteur est frappé par le talent d’orfèvre avec lequel ALDISS a ciselé son roman. Il distille les révélations, les coups de théâtre et les rebondissements avec un talent consommé. Loin de brûler toutes ses cartouches en quelques pages, il évite avec une grande réussite les écueils de la révélation en cascade.
Le scénario fonctionne encore à merveille près de 50 ans après.

Si le thème de l’arche n’est plus nouveau aujourd’hui, le livre d’ALDISS n’en est pas moins rigoureusement indispensable à toute bonne bibliothèque de SF. En particulier parce que le roman est loin de se limiter à un questionnement sur le pourquoi du comment de l’arche, voire à l’arche, mais n’en disons point trop...
ALDISS est un conteur doué. Et l’on bénéficie enfin d’une traduction intégrale ; et merci pour cette postface passionnante, Monsieur André-François RUAUD.


COMMANDER

Cette « Croisière sans escale » est l’une des meilleures portes d’entrée dans l’oeuvre remarquable [aujourd’hui encore : lisez Jocaste !] de Brian ALDISS.

Si vous ne connaissez pas l’auteur, ne faites pas l’impasse. Quant aux vieux briscards, on ne saurait que trop leur conseiller une petite cure de jouvence.