EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 15/07/2007

Daywatch, Les sentinelles du jour de Sergei Loukianenko

[Daywatch, 1998]

ED. ALBIN MICHEL, 2007

Par paul muad’dib

Daywatch "les sentinelles du jour" est le deuxième volée de la série culte des Sentinelles, vous allez enfin comprendre pourquoi le combat entre le bien et le mal est si complexe !


Alors comme vous l’avez compris si vous avez lu le premier tome des Sentinelles, ce deuxième opus nous permet de suivre les Autres qui appartiennent au contrôle du Jour.
Si vous n’avez PAS lu le premier tome [personne n’est parfait], sachez en deux mots que les Autres maitrisent la magie, et se partagent entre clairs, et sombres en fonction de l’utilisation qu’ils en font. Il y a des milliers d’années, les deux camps ont signé un traité de non-agression et créé les contrôles, sorte de police magique qui encadrent et sanctionnent les abus de magie.

Nous allons donc suivre trois aventures mettant en scène trois héros différents.
La première met en scène la jeune sorcière de troisième classe Alissa Donnikova. Cette sorcière avait eu, dans le tome 1, maille à partir avec Anton [le héros] - et elle était accessoirement la petite amie de Zebulon, le chef du contrôle du jour de Moscou.
Lors d’une opération un peu musclée où une lutte contre les mages clairs s’était engagée, Alissa a été vidée de son énergie magique. Elle doit donc entreprendre un voyage de convalescence au sein d’une colonie de jeunes enfants pour se ressourcer et tenter de récupérer sa puissance. Elle découvre là bas un jeune homme nommé Igor qui lui tape dans l’oeil...

La deuxième histoire de ce recueil met en scène un homme nommé Vittali Rogoza, un Autre sombre un peu étrange. Etrange, parce qu’il se rend à Moscou, doté d’une valise pleine d’argent, et qu’il semble ne pas avoir conscience de ses pouvoirs mais au contraire les découvrir au fur et à mesure qu’il s’en sert. Il finit par entrer en contact avec les siens mais aussi avec les Autres du contrôle de la Nuit avec qui il a quelques soucis. Mais le principal problème qui se présente à lui c’est que son potentiel magique augmente d’une manière exponentielle. Et si cela avait une relation avec le vol d’un artefact très ancien effectué récemment ?

La troisième histoire, est un peu une conclusion des deux autres et permet d’apercevoir les acteurs du tome trois qui concluera la série des Sentinelles. Edgar, mage de deuxième classe du contrôle du Jour, est chargé par Zebulon d’aller à Prague pour défendre le point de vue des Sombres auprès d’un procés a venir, déclenché par l’inquisition.
Paradoxalement, Anton qui est lui aussi mage de deuxième classe doit se rendre a ce même procès pour défendre l’un d’entre eux. Cela prendra des proportions étranges après que les deux hommes, bon gré mal gré, aient été forcés de manger ensemble.

L’auteur se tire très bien de cet exercice périlleux. Les trois intrigues, si différentes, finissent par converger pour une conclusion grandiose, où la manipulation est encore une fois de mise entre les deux chefs des Contrôles de Moscou.

Après avoir survolé le côté lumineux du contrôle de la Nuit dans le tome 1, Loukianenko nous emmène près du contrôle du Jour, inversant ainsi notre vision de ces êtres présentés comme mauvais par le premier opus. Il nous montre ainsi que même si les buts et les moyens sont différents, les bons sont des mauvais... pour les mauvais.


Cassant les mythes classiques du fantastique et les arrangeant à sa sauce avec une certaine classe, Loukianenko s’impose ici comme un romancier fantastique avec qui il faut désormais compter.

Sa série des Sentinelles se lit très agréablement.