EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Née en 1966 à Paris, Catherine DUFOUR vend des voitures à Drancy et des perles noires à Tahiti avant de fabriquer des bibliothèques numériques pour l’Université. Et surtout, elle écrit. Deux fois lauréate du Grand Prix de l’Imaginaire, reprise au Livre de poche, elle est désormais un auteur avec laquelle il faut compter.


Adepte de voyages en tout genre, États-Unis, Russie, Argentine et Tanzanie, mais aussi raves dans les catacombes et free parties dans les squats d’Amsterdam, Catherine DUFOUR passe du hard rock au punk rock pour finir dans la techno.

Côté littérature, elle aime Choderlos de LACLOS et Marguerite YOURCENAR, Bret Easton ELLIS et Charles BUKOWSKI, Terry PRATCHETT et Douglas ADAMS, Lewis PADGETT et Brian ALDISS. De tous ceux-là, et de bien d’autres, elle s’inspire, et sa prose se fait souvent hommage, entre clins d’œil et références.

Elle commence à écrire à l’âge de sept ans, attend d’en avoir trente pour décider qu’elle a appris le métier. Elle jette alors tout ce qu’elle a écrit jusque-là et publie, chez Nestiveqnen, son premier roman, Blanche-neige et les lance-missiles, tome I de la série de fantasy humoristique Quand les dieux buvaient.

Après cette trilogie en quatre volumes, qui peut-être n’est pas finie, Mnémos publie Le goût de l’immortalité, roman de science-fiction à la manière de Marguerite YOURCENAR, qui reçoit de nombreux prix. Là, d’un coup, la DUFOUR s’est prise au sérieux, et elle a eu raison.
Vient ensuite, chez Baleine, Délires d’Orphée, court roman de commande pour la série Club Van Helsing, très beau texte étonnamment contemplatif pour une collection d’horreur.
En septembre 2008, Richard COMBALLOT choisit pour le Bélial’ les nouvelles du recueil L’accroissement mathématique du plaisir. Cette fois, elle est entrée dans le cercle des auteurs qu’on guette en librairie.

Fantasy déjantée ou science-fiction speedée, ses textes sont souvent très personnels. Très jeune, elle a perdu son compagnon de ce qu’on appelait alors une « longue et douloureuse maladie ». De cette expérience, elle conserve un rapport très particulier à la mort, la souffrance, l’attachement, qui transparaît dans nombre de ses textes, au premier rang desquels Le goût de l’immortalité. De l’autre côté du cycle, mais également marquante, l’expérience de la grossesse et de l’enfantement, à l’origine de la remarquable et longue nouvelle, lauréate du Grand Prix de l’Imaginaire 2007, « L’immaculée conception », initialement parue dans la revue "Lunatique" et reprise, bien sûr, dans le recueil de nouvelles L’accroissement mathématique du plaisir.

Quant à sa plume, elle est brillante. Iconoclaste. Originale. Drôle et poignante. Et incroyablement diverse. Comme YOURCENAR, Catherine DUFOUR est un caméléon, qui peut tout se permettre et se coule avec le même bonheur dans tous les styles.

Denoël annonce un roman rock, punk et drogué à paraître en mars 2009. Et, toujours, des nouvelles, beaucoup et un peu partout... y compris pour un catalogue de la Tate Gallery.


A VOIR AUSSI : Le site officiel de Catherine DUFOUR



Lire la critique

COMMANDER

Outrage et Rébellion de Catherine Dufour

Après un recueil de nouvelles définitivement réussi publié chez Le Belial’ au mois de septembre, Catherine DUFOUR remet le couvert avec la parution, en mars dans la collection Lunes d’Encre, de sa toute dernière production SF : Outrage et Rébellion. Hommage délibéré au monde décapsulant du punk, le roman se veut la transposition science-fictive d’un ouvrage cruellement dévastateur et faisant office de référence dans l’illustration de ce courant et de ses décapants dérivés [propres comme figurés] : Please Kill Me de Legs MCNEIL et Gillian MCAIN.
Préparez vos boules Quies...
[une autre chronique de ce roman se trouve ici ]

 

Lire la critique

COMMANDER

Outrage et Rébellion de Catherine Dufour

Retranscription de l’interrogatoire mené par le Cafard Cosmique.com.

Individu interrogé : Ubiktm.

Le Cafard Cosmique.com se dégage de toute responsabilité en ce qui concerne les propos qui suivent. Ceux-ci n’engagent que leur auteur : Ubiktm.
[une autre chronique de ce roman se trouve ici ]

 

Lire la critique

COMMANDER

Blanche Neige et les lance-missiles de Catherine Dufour

Des fois, comme ça, tout à coup, subitement, on se prend à penser que la vie est belle. Tenez, par exemple : Blanche Neige et les lance-missiles. Le premier roman, joliment titré, de Catherine DUFOUR, paru chez Nestiveqnen en 2001 et heureux vainqueur du prix Merlin 2002. Et le premier tome de sa série de « fantasy burlesque » joyeusement intitulée « Quand les dieux buvaient ».
Ça fait envie.
Sauf qu’il était impossible de mettre la main dessus, de même que sur les volumes ultérieurs à l’exception du petit dernier, depuis, ouf, au moins...
Mais joie ! joie ! La collection « Fantasy » du Livre de poche s’est enfin décidée à rééditer ledit roman. Et, tant qu’à faire, sous le titre de Blanche Neige et les lance-missiles, ce sont en fait les deux premiers romans de la série qui sont aujourd’hui repris [sévèrement revus et corrigés, semble-t-il], en attendant un second volume composé des tomes 3 [Merlin l’Ange chanteur] et 0 [L’Immortalité moins six minutes ; ouais, 0, parce que les préquelles, en ce moment, c’est ach’ment tendance].
Alors, franchement : elle est pas belle, la vie ?

 

Lire la critique

COMMANDER

« L’Accroissement Mathématique du Plaisir » de Catherine DUFOUR

1ère Edition

Après avoir joyeusement dynamité le terrain de la fantasy française [Quand les Dieux buvaient] et avoir révélé à ses lecteurs un côté résolument plus sombre et torturé en explorant l’univers de la SF [Le Goût de l’immortalité], Catherine DUFOUR nous revient en cette rentrée 2008 avec un recueil de vingt nouvelles publiées chez LE BELIAL. Inutile de dire que pour les fans à la dent dure qui la suivent depuis ses prémices, l’attente fût longue...

Est-elle récompensée ?

 

Lire la critique

COMMANDER

« Délires d’Orphée » de Catherine DUFOUR

Une aventure, un chasseur, un monstre.
Tel est le fil conducteur qui préside à la destinée du Club Van Helsing. A l’instar de la série Le Poulpe, éditée chez La Baleine également, l’objectif avoué est une collection de courts romans de gare visant à distraire sans arrière-pensée le lecteur au moyen des jouets fictifs d’autres sales gosses.
A charge pour les différents auteurs mobilisés dans cette entreprise, d’habiller avec leur imaginaire et leur prose le squelette proposé par Xavier MAUMEJEAN et Guillaume LEBEAU, les deux directeurs de collection.

Le résultat de tout cela est - pour l’instant - une collection à l’identité visuelle assez classieuse mais aux titres très inégaux. A l’occasion de la deuxième fournée du CVH, le Cafard Cosmique s’est penché sur deux titres, « Délires d’Orphée » de Catherine DUFOUR et « Mickey Monster » de BRETIN & BONZON

 

Lire la critique

COMMANDER

« Le goût de l’immortalité » de Catherine DUFOUR

ED. MNEMOS, OCTOBRE 2005 - REED. LIVRE DE POCHE, SEPT. 2007

Catherine DUFOUR était jusqu’à présent considérée comme un sorte de Terry PRATCHETT à la française. Ces trois précédents romans, du cycle Quand les Dieux buvaient avaient, en effet, ravis les amateurs de fantasy humoristique ainsi que ceux qui aiment tout simplement rigoler un bon coup.
Changement de programme, revirement de situation, mutation radicale...

 

Salomé