EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Avec "American Psycho", il a choqué l’Amérique. Depuis, Bret Easton Ellis dénonce, roman après roman, le matérialisme étasunien.


AMERICAN NIGHTMARE

Elevé à Sherman Oaks dans la San Fernando Valley, Bret traverse une enfance assez banale : études sans étincelles, parents qui divorcent avant ses 20 ans... Au Bennington College de Vermont, il poursuit des études musicales et joue [clavier] dans un petit groupe.

Son premier roman paraît alors qu’il est encore étudiant : Less Than Zero narre la vie dépravée de teenagers trop gâtés à Los Angeles. Des personnages qui ne respectent rien, le savent, et l’oublient dans l’abus [sexe, alcool, violence]. Un thème dérangeant, un auteur qui n’a que 20 ans, de bonnes critiques : les médias sont sur le coup et le livre se vend très bien. Il est même adapté au cinema deux ans plus tard.

BEE, lui, fait une dépression nerveuse à cause du cirque médiatique consécutif à son succès.

Deux ans plus tard, son deuxième roman, The Rules Of Attraction, reçoit un accueil décevant : trop "autobigraphique" pour la critique [c’est faux].

Son diplôme en poche, en 1987, BEE s’installe à New-York pour se consacrer à plein temps à l’écriture. C’est là qu’il se lie d’amitié avec trois autres auteurs, Jay McINERNEY, Jill EISENSTADT et Tama JANOWITZ. Le groupe d’ami, surnommé "The Literary Brat Pack", est de toutes les soirées new-yorkaises. Mais BEE travaille : inspiré par les yuppies de Wall-Street, fasciné par l’immatérialité de leur profession et la vacuité de leur discours, il passe beaucoup de temps à les observer et à les écouter.

Lorsque BEE remet le manuscrit de American Psycho, son troisième roman, l’éditeur Simon & Schuster, qui lui avait pourtant offert une confortable avance [300 000$] recule par peur du scandale. Le roman sort finalement chez Vintage. Le personnage de Patrick Bateman, le yuppie-serial-killer, est très controversé. BEE reçoit des menaces de mort, un mouvement féministe appelle au boycott de son livre. Transgressif, polémique, conceptuel et incorrect, le roman avait tout pour devenir culte. C’est chose faite.

BEE va mettre huit années à écrire le roman suivant. Car la mort de son père lui laisse, Ô surprise, des dettes énormes qu’il lui faut éponger. Et surtout, la complexité de son nouveau projet lui donne plus de difficultés que prévu. De plus, il travaille par moment à la rédaction de ses mémoires...

Pour faire patienter son éditeur, en 1994, il fait publier The Informers, un recueil de nouvelles, parues ici et là depuis 1983.

Après plusieurs années de silence, enfin, Glamorama sort en 1999. C’est à l’univers du showbizness et des top-models que BEE s’attaque cette fois, poussant son personnage principal, le mannequin/acteur/clubber Victor Ward [personnage déjà présent dans The Rules Of Attraction], dans les bras d’une organisation terroriste.

Le projet d’adaptation de American Psycho, retardé par les convoitises hollywoodiennes, arrive sur les écrans en 2000, relançant l’hystérie. Le film, réalisé par Mary HARRON, avec Christian BALE dans le rôle de Patrick BATEMAN, est un gros succès.

Dans la foulée, sort l’adaptation de The Rules of Attraction en 2002, tandis que Glamorama est annoncé sur les écrans début 2007.

Lorsque paraît Lunar Park en août 2005, c’est un événement, car après un silence de six ans , Bret Easton ELLIS revient avec un livre radicalement différent de ceux qui ont fait son succès.

A la fois autobiographie [le personnage principal s’appelle... Bret Easton ELLIS], fantasme et cauchemar, BEE y règle ses comptes avec son passé, son père, lui-même et sa notoriété.

Au passage BEE, qui s’était toujours dit bisexuel jusque là, avoue dans une interview son homosexualité en même temps que la mort de l’homme qui avait partagé sa vie 6 ans durant.
Bret Easton ELLIS vit toujours entre New-York et Los Angeles. Il aurait en projet quelques scripts pour le cinéma.


Le sujet de mes livres, c’est une culture qui me dégoûte, et un monde qui donne de la valeur à ce qui n’en a pas.”

Bret Easton ELLIS - interview pour le New York Times


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


- "Moins que zéro" ["Less Than Zero", 1985]

- Les Lois de l’attraction [The Rules Of Attraction, 1987] - 1ERE ED. FRANCAISE 1988

Pour certains, Les Lois de l’attraction est le meilleur BEE, plus dense, plus riche que American Psycho qu’il annonçait déjà.
Le récit se construit autour de flashs successifs, les narrateurs concaténés en un jeu permanent de points de vue... La névropathe amoureuse, la soirée du Prêt À Baiser, les rails de coke, la codéine, le xanax, la weed ou l’alcool. Les tentatives de suicides avortées, et celles qui réussissent. Le jeu des relations où tout le monde se découvre un peu par hasard bisexuel... Un puzzle de relations sans avenir et d’amitiés vaines.

- American Psycho ["American Psycho", 1991] - 1ERE ED. FRANCAISE 1992]

Patrick Bateman est un goldenboy. Il est riche, il tient Wall Street dans le creux de sa main. Il se récite les marques de costumes les plus chers [ceux qu’ils portent], il est incollable sur l’eau minérale à choisir, pourrait réciter de tête les catalogues des plus grandes marques de hi-fi. Sa grande passion : disserter sur un album des Talking Heads ou à propos de la carrière de Whitney Houston... Longtemps, très longtemps.

Patrick Bateman est aussi un dangereux psychopathe. Un malade, un dingue. Un tueur, impulsif et cruel. Il tue, avec un raffinement atroce, comme d’autres fument cigarettes sur cigarettes : il ne se rend pas compte. [?]

ELLIS met le doigt sur ce qui fait mal. Notre décadence, notre fin, celle d’une société consumériste dans autre repère que l’argent, la réputation, la réussite.

La civilisation en déclin, encore inconsciente.
Il nous fait prendre conscience [et peur] que Bateman se trouve finalement plus proche de nous que nous pourrions le croire.
Ici, la violence n’est pas aussi gratuite que l’auteur aimerait nous le faire croire. Seule la violence porte du sens, dans ce monde superficiel. Uniquement elle.
Et lorsque l’on tente de sortir, le monde crée naturellement ces barrières, et Bateman s’enferme dans cette propre folie/logique.

Bret Easton ELLIS a signé, avec « American Psycho », LE livre coup-de-poing des nineties.
Un livre culte, à raison. Lisez le absolument.

- Zombies [The Informers, 1996]

- Glamorama [Glamorama, 1999]

- Lunar Park [Lunar Park, AOUT 2005]


LES OEUVRES DE BRET EASTON ELLIS SUR AMAZON.fr



Lire la critique

COMMANDER

Suites impériales de Bret Easton Ellis

[Imperial Bedrooms, 2010]

Vingt-cinq ans après la parution de Moins que zéro, son premier roman, Bret Easton Ellis retrouve l’ennui californien pour un sequel lorgnant vers l’horreur et le fantastique. L’occasion de parler un peu de ce yuppie passé maître du bizarre.

 

DOSSIERS :

> L'interview - Bret Easton ELLIS : Enfer climatisé [juillet 2006]

Daylon