EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

 
 
Publié le 01/11/2005

"Epées et démons - Le cycle des épées T.1" de Fritz LEIBER

["Swords and deviltry"]

REED BRAGELONNE, AOÛT 2005

Par K2R2

Spécialisé dans l’édition de fantasy commerciale d’origine anglo-saxonne, l’éditeur Bragelonne semble avoir quelque peu modifié sa politique éditoriale en cédant aux sirènes de la réédition facile. Le cycle des épées est sans doute l’une des plus anciennes oeuvres de sword & sorcery et nous ne pouvons que saluer l’initiative de Bragelonne, qui permettra à un public plutôt habitué à GEMMEL et GOODKIND de découvrir l’une des oeuvres maîtresses de la fantasy anglo-saxonne.


Pour l’occasion, Bragelonne semble avoir voulu faire les choses en grand et cette réédition bénéficie d’une nouvelle traduction. La précédente, que l’on devait à Jacques PARSON ne me paraissait pas particulièrement perfectible, mais peut-être s’agit-il d’un problème de droits d’auteurs. Toujours est-il que les petits malins s’empresseront de faire une hasardeuse comparaison, tentation à laquelle je n’ai pu résister. N’ayant jamais lu cette oeuvre dans son édition originale, je me garderai bien de critiquer l’une ou l’autre de ces traductions, néanmoins je vous propose d’en découvrir deux très courts extraits que vous pourrez trouver à la fin de cette critique. [1]

Petit reproche néanmoins, Bragelonne semble avoir gardé le découpage de la précédente édition [chez Pocket]. Or, si ce dernier respecte sans doute l’œuvre originale, il n’en demeure pas moins que l’éditeur aurait pu se fendre d’une édition intégrale, un peu à la manière de la collection Omnibus ou de Lunes d’encre. Bragelonne préfère sans doute une solution plus rémunératrice. Mais cessons ces bavardages et concentrons nous sur le contenu.

Publié à partir de 1939 dans la revue Unknow [pendant fantasy de Astounding], puis dans d’autres magazines spécialisés sur plus de quarante ans d’écriture, le cycle des épées est une pure oeuvre de Sword & Sorcery, bien plus proche de "Conan" et de "Elric" que du "Seigneur des anneaux". Ici, point d’heroic fantasy, mais plutôt une loose fantasy, dont les héros improbables n’ont rien à envier au pire des empotés de la fantasy, Cugel [oui, Harry Potter ça compte aussi].

Les deux héros de ces rocambolesques aventures, Fafhrd, le puissant barbare des déserts froids, et le Souricier Gris, dont les origines plus opaques nous rappellent qu’il est essentiellement un sorcier raté, sont liés par une puissante amitié qui demeure le liant essentiel de ce cycle. "Epées et démons" sert essentiellement de mise en place à l’univers et aux personnages principaux imaginés par LEIBER, sans doute n’est-ce pas le plus passionnant, mais une fois les présentations effectuées, nos deux compères sont entraînés à travers le monde de Nehwon [anagramme de nowhen, hors du temps, référence à Samuel BUTLER et à son Erewhon] dans des aventures fort divertissantes.

L’autre grand personnage de cet univers, c’est bien entendu la cité de Lankhmar. Cette puissante cité fortifiée, aux ruelles obscures et aux riches palais, est bien entendu le repère des pires malandrins de tout le royaume, parmi lesquels il faut bien sûr compter Fafhrd et le Souricier Gris, toujours à l’affût d’un mauvais coup.


COMMANDER

Evidemment, et le lecteur l’aura compris, tout ceci n’est pas très sérieux et LEIBER prend un malin plaisir à fourrer nos deux héros dans des situations le plus souvent burlesques. Cet humour omniprésent, allié à un parfum de décadence, donne à l’univers de LEIBER une touche extrêmement originale et rend ce cycle très attachant. Du point de vue de l’écriture, sans doute ne faut-il pas chercher ici un LEIBER dans sa meilleure forme, c’est tout à fait correct mais cependant loin des meilleurs textes de cet auteur, qui ne force pas ici son talent. Faut-il y voir un effet de la traduction, sans doute pas car cette oeuvre n’a pas à proprement parler d’ambition stylistique, mais propose un divertissement honnête, et ma foi fort bien conçu.

Un regret néanmoins pour cette édition, tout d’abord le prix [17€ pour un livre qui auparavant était disponible en édition de poche pour moins de 7€, c’est dur à avaler], mais surtout l’éviction de la préface de LEIBER, qui, sans être un texte absolument essentiel, permettait d’éclairer la genèse de cette oeuvre et sa carrière d’écrivain.

Dommage !



NOTES

[1] EXTRAIT DE L’EDITION POCKET [Prologue, paragraphe 1] : « Séparé de nous par les abîmes du temps et des dimensions inconnues rêve le monde antique de Nehwon, avec ses tours, ses crânes et ses joyaux, ses épées et ses sortilèges. Les royaumes connus de Nehwon se pressent autour de la Mer Intérieure : au Nord, le farouche Pays des Huit Cités, couvert de vertes forêts ; à l’Est, les Steppes, sillonnées par des cavaliers Mingols, et le Désert où cheminent les caravanes parties des riches Pays d’Orient et du fleuve Tilth. »

EXTRAIT DE L’EDITION BRAGELONNE [Prologue, paragraphe 1] « Très loin de nos rivages, par-delà les abysses du temps et un océan d’étranges dimensions, rêve l’antique monde de Nehwon, avec ses tours, ses crânes, ses joyaux, ses épées, ses sortilèges et, autour de sa Mer Intérieure, une petite grappe de territoires connus. Au nord, avec ses forêts verdoyantes, s’étend l’implacable Pays des Huit Cités ; à l’est, les steppes des cavaliers mingols et le désert où cheminent les caravanes parties des opulentes Contrées d’Orient et du fleuve Tilth. »