EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 17/02/2003

Fonds de tiroir de Douglas Adams

[The salmon of doubt, 2002]

REED. FOLIO SF, 2004


On l’attendait depuis longtemps, mais il aura tout de même fallu plus d’un an et demi après la mort de Douglas ADAMS pour voir éditer un Fonds de tiroir. Le Saumon du doute, un opus fourre-tout, fait cruellement réaliser qu’Adams n’écrira plus jamais.


Précisons tout de suite aux fans francophones que Sébastien Guillot (directeur de la collection Folio SF) a annoncé la parution du Saumon du doute chez Folio SF pour 2004 dans l’émission Salle 101 du 29 janvier. Patience, ça vient...

De toute façon, la parution ce mois de février de Un cheval dans la salle de bain et Beau comme un aéroport devrait en faire patienter plus d’un.
Au sommaire de ce recueil :

  • Des extraits d’interviews, des réflexions personnelles, des discours, des conférences, et des articles écrits par Douglas Adams sur différents thèmes, notamment l’informatique et les nouvelles technologies (Adams a collaboré à des magazines Mac, il était fan d’Apple), les animaux en voie de disparition, l’athéisme et la littérature anglaise
  • deux nouvelles, faisant allusion au Guide Galactique :
    • "La Vie Privée de Gengis Khan"
    • "Le Jeune Zappy Ne Prend Pas De Risque"
  • enfin les 11 premiers chapitres d’un roman inachevé, "Le Saumon du Doute", qui met en scène Dirk Gently, détective holistique, et les personnages de Kate Schechter et Thor, déjà présents dans "Beau comme un aéroport".

11 chapitres, donc, pendant lesquels notre détective favori ne part pas à la recherche d’une moitié de chat (sans doute quantique), reçoit de l’argent d’un employeur qu’il ne rencontre pas, ne prend pas le thé avec Odin et procède à des filatures pour le moins curieuses.


COMMANDER

C’est drôle, c’est impeccable, et c’est tellement touchant de savoir que ce texte n’ira pas plus loin que ces fameux onze chapitres prennent une dimension tragique.

On ne le dira jamais assez, Douglas Adams est mort. Et franchement, franchement, franchement, ça fait chier.