EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

 
 
Publié le 01/01/2011

Fragment de Warren Fahy

Fragment, 2009

REED. J’AI LU, SEPTEMBRE 2010

Par Ubik

1791, la Royal Navy sillonne les mers du Sud depuis des années à la recherche du Bounty. Au cours de la chasse, le HMS Retribution aborde la côte inhospitalière d’une île inconnue. Une chaloupe est mise à l’eau pour remplir quelques tonnelets d’eau douce, mais la tache s’avère difficile car une falaise s’oppose à la progression des marins. Profitant d’une faille dans la muraille, l’un d’entre-eux parvient au sommet, puis disparaît aussitôt, happé par une créature monstrueuse.


XXIe siècle. Le Trident, trimaran d’exploration affrété par la production de Sealife, poursuit une croisière autour du monde commencée depuis quelques mois. Pour les producteurs de la célèbre émission, mi-docufiction, mi-reality-show, le concept est prometteur. Ils espèrent qu’en réunissant une quarantaine de personnes dans un espace confiné – des scientifiques, des techniciens et des marins choisis autant pour leurs compétences que pour leur apparence physique –, les passions se déchaîneront. D’ailleurs, le début du périple se conforme à leurs prévisions. Mais, la monotonie et le mal de mer plombent rapidement l’audience. Heureusement, un signal de détresse émanant d’un îlot perdu dans le Pacifique relance l’intérêt d’une émission en proie au naufrage. Le Trident se déroute, comblant par la même occasion le souhait secret de Nell Duckworth, jeune biologiste embarquée un peu à contrecœur dans cette galère.

Sortez le pop corn, préparez-vous à triturer les doigts de votre petit(e) ami(e), Fragment est du lourd, du carré, du haletant... Techno-thriller routinier ne s’aventurant pas, ne serait-ce du bout d’un orteil, en-dehors des sentiers balisés du genre, le roman de Warren Fahy a tout pour plaire à un lectorat avide de sensations fortes et d’adrénaline à peu de frais. Très visuel dans son découpage, Fragment ne laisse pas de champ ouvert à l’introspection ou aux états d’âme, bien au contraire, ces ressorts sont sacrifiés sur l’autel de l’efficacité.
Il ne faut pas bien longtemps pour saisir les enjeux du roman. Au placard la littérature d’idées, place à la littérature d’effets. À l’instar de nombreux thriller, l’argument biologique ne sert que de prétexte à un récit mené à tombeau ouvert, fertile en rebondissements et en morceaux de bravoure.

Quid de l’histoire ? Lorsque le Trident accoste, on plonge sans transition au cœur d’un monde perdu. Un biotope entier, ayant évolué en autarcie depuis le Cambrien. Un écosystème plus ancien que les premiers hominidés, voire les dinosaures, reposant strictement sur la prédation. Autrement dit, tout le monde mange tout le monde (on se croirait dans le fandom) et vice-versa dans ce microcosme hérité d’un âge antédiluvien. De quoi faire paraître la Pandore de Herbert et Ramson comme un paradis idyllique. Toutefois, là où ses prédécesseurs tenaient un propos politico-religieux, mâtiné d’écologie, Warren Fahy se cantonne au techno-thriller pur et simple, lorgnant de manière évidente du côté de Michael Crichton. La référence à cet auteur est d’ailleurs assumée dans le corps du texte, avec une roublardise de circonstance.
Pourtant dans cet enfer coloré, bleu-vert-violet, la vie a perduré, développant des stratégies évolutives inédites et atteignant un équilibre. Cette notion d’équilibre environnemental et l’idée sous-jacente de précarité de notre niche écologique, tournent en tache de fond, servant finalement de décor aux péripéties d’une intrigue au parfum entêtant de déjà-vu et qui, du moins dans son dernier tiers, rappelle un épisode du Muppets Show.
Certes, pour qui n’est pas trop difficile, le page-turner de Warren Fahy tient toutes ses promesses. Personnages stéréotypés, rythme soutenu assaisonné d’un zeste d’humour et de romance, propos politiquement correct, rien ne manque. Les autres passeront sans regret leur chemin.


COMMANDER

Roman taillé pour le cinéma ; le lecteur ne lâche pas Fragment jusqu’à la dernière page. L’intrigue tient davantage du scénario que du roman. Une adaptation serait déjà prévue. Sans doute un blockbuster en 3D. Préparez vos lunettes...