Publié le 19/11/2007

« Freakshow ! » de Xavier MAUMEJEAN

ED. BALEINE / CLUB VAN HELSING, OCTOBRE 2007

Par Erispoe

Dernier opus de la saison 1 de la sériale et monstrueuse collection du Club Van Helsing lancée par MAUMÉJEAN et LEBEAU. Au bout de sept épisodes, c’est donc MAUMÉJEAN lui-même qui clôt la première vague.


Il est de coutume qu’une série télé commence par un épisode qui pose les bases de "l’univers", ses personnages principaux et ses enjeux. La saison 1 du Club Van Helsing avait commencé sous la direction de Guillaume LEBEAU, son Cold Gotha mettant en scène Van Helsing lui-même et son plus célèbre adversaire. Cela a été, pour moi, une lecture décevante. Les très nombreux détails techniques [calibre des munitions, cylindrées des voitures...] m’ont donné l’impression de lire un magazine de tuning automobile... Heureusement, j’ai aussi lu le très bon Questions de mort de Johan HELIOT, un bouquin carré, efficace, qui donne vraiment envie de continuer à garder un œil sur cette collection.

Passé la déception du Mastication de Jean-Luc BIZIEN, j’ai dévoré l’excellent Mickey Monster de BRETIN & BONZON, dont Ubik vous disait beaucoup de bien le mois dernier.
De toute la saison 1, j’ai donc « zappé » trois romans : ceux écrits par Maud TABACHNIK [Tous ne sont pas des monstres], Philip LE ROY [Leviatown] et Catherine DUFOUR [Délires d’Orphée] [1]. Avec ce Freakshow !, Xavier MAUMÉJEAN choisit de clore lui-même la saison 1 de la série.
Chassons le monstre en sa compagnie...

Un grand coup de pied dans la fourmilière

Sans revenir en détail sur l’intrigue, précisons tout de suite que l’auteur s’amuse beaucoup avec ses personnages. L’action commence dès les premières pages, alors que les membres du club sont réunis pour fêter Noël. La fête ne se déroule pas vraiment comme prévu. Cette année, les elfes du Père Noël, plus poilus que d’habitude, sont venus armés. Hugo Van Helsing part donc à la poursuite du fauteur de troubles, qui a estropié quelques uns de ses chasseurs et qui a bloqué tous ses comptes bancaires.
Freakshow ! est donc le récit d’une traque sur un canevas assez classique : enquête-préparation-vengeance. Mais ce qui pourrait sembler simpliste [présenté comme ça, on se croirait devant un film de Chuck Norris] est bonnifié par le talent de l’auteur.

MAUMÉJEAN sait écrire une scène d’action. Autant j’avais été déçu par la fin de Car je suis légion, cloturé par des boss de fin de niveaux, autant les deux premiers chapitres de Freakshow ! m’ont convaincu. Il a même le culot de faire des digressions [par exemple à propos de l’un des premiers albums de Lenny Kravitz] en pleine scène de combat. Et ça marche ! La scène, ainsi ralentie, pourrait perdre en efficacité. Au contraire, ces courtes respirations permettent à l’auteur de multiplier les points de vue et d’immerger par petites touches les lecteurs dans le roman.

Deuxième bonne nouvelle, le roman permet à la collection de prendre une nouvelle direction plutôt inattendue. Le roman se conclue en effet par un cliffhanger qui promet de sérieux changements dans la suite de la série.
Les amateurs sont avertis.
Je m’arrête avant d’en dire trop.

Une écriture érudite et référencée

Lorsqu’on connaît un peu le travail de Xavier MAUMÉJEAN, on peut s’amuser à retrouver dans Freakshow ! de nombreux éléments qui en font avec certitude un roman mauméjesque.

L’action débute dans la ville de Londres pour se poursuivre à New York [décors de Ganesha et de Gotham, deux œuvres de MAUMÉJEAN récemment rééditées par les éditions Mnémos et Baleine]. La présence de James Matthew BARRIE, le père de Peter Pan, et d’un personnage fortement inspiré du scénariste de comics Alan MOORE [Un conseil, pensez à regarder la photo de l’auteur sur le rabat de couverture.] rappellent un autre roman de MAUMÉJEAN, La Ligue des Héros. Enfin Freakshow ! contient aussi une évocation fugitive du personnage de l’homme-éléphant et de la cité de Liliputia [cadre du prochain roman de l’auteur].

Même corseté par la bible de la série, MAUMEJEAN écrit donc un livre qui demeure très personnel.

Alors, le roman est-il une totale réussite ?

Qui aime bien châtie bien. Freakshow ! n’est ni le meilleur roman de MAUMÉJEAN, ni le plus rigolo des CVH [lisez Mickey Monster !!!]. On a connu l’auteur plus inspiré quand il s’agissait de décrire des personnages à la psychologie tourmentée ou des décors et des époques plus « exotiques ». Ceux qui s’y intéressent apprendront cependant plein de choses sur des mercenaires plus efficaces que feu Bob Denard ou sur les derniers flingues à la mode [drones et missiles de croisière en options]. Mais Freakshow ! répond au cahier des charges de la collection : c’est un bon roman, maîtrisé, intelligent et, par certains aspects, étonnant.


COMMANDER

On ne saurait reprocher à une collection de permettre à des amateurs de littérature populaire de découvrir des auteurs ambitieux. Le Club Van Helsing est vraiment une passerelle entre amateurs de polars et de SF, entre auteurs « populaires » et romanciers plus ambitieux. On peut donc espérer que Freakshow ! permettra à des lecteurs de découvrir La Vénus anatomique [à mon avis le meilleur roman de MAUMÉJEAN] ou Car je suis légion, tous deux édités en poche, ou le futur Liliputia...



NOTES

[1] J’ai finalement lu Délires d’Orphée après Freakshow !. Sa lecture n’est pas indispensable pour apprécier l’ultime opus de la saison 1. Je recommande toutefois de lire Catherine DUFOUR avant MAUMÉJEAN car son roman annonce quelques-unes des « clés » de Freakshow ! et démontre, si besoin était, que MAUMÉJEAN et LEBEAU savaient très bien comment allait évoluer la série au cours de la première saison...