EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/02/2006

« Führer prime time » de Johan HELIOT

ED. LE ROCHER / NOVELLA SF, NOVEMBRE 2005

Par Ubik

Adolf Hitler saluant sur fond jaune canari. C’est au tour de Johan HELIOT de proposer un texte dans la désormais très reconnaissable collection novella SF des éditions du Rocher. Première réaction à chaud, ouvrage vite lu. Seconde réaction, rien que du réchauffé et au final vite oublié. Il faut bien vivre ma pauvre dame..


« La guerre mondiale, ouais, le génocide du peuple juif, tout ça, c’est vraiment pas cool, mec. J’veux dire, ils t’avaient rien fait, ces types, non ? Alors... »
Source : extrait du dialogue entre les clones d’Elvis et d’Adolf Hitler ressuscités pour l’émission Elixir ADN.

Dans un futur pas très éloigné, l’émission vedette de la chaîne internationale NEVERSTOP fait un tabac. Le nouveau concept, basé sur un mélange de talk-show et de TV réalité, proposé par l’icône télévisuelle Shakira Miuy, met à contribution les récents progrès de la recherche génétique et notamment du clonage. Ce soir, rencontre en prime time entre l’ex-chancelier du Reich et le King. Rien que du bonheur en perspective... pour l’audimat. Et de l’argent dans les caisses des Etats propriétaires des vestiges biologiques de ces zombies, ces zombots comme on dit familièrement.
De quel autre sujet pensez-vous qu’il soit question ici ? L’Histoire est facultative ou réduite à quelques lieux communs. Et ce ne sont pas quelques terroristes - Le Front de libération des Avatars historiques - qui vont venir nous gâcher le spectacle en si bonne société.

Ainsi résumée, l’intrigue de cette novella titille la curiosité. Pourtant insidieusement, l’ennui puis la déception nous cueille au détour de la page. Je dis nous mais cet avis n’est que le mien et, je regrette de le dire, Johan HELIOT ne fait que réchauffer un plat déjà cuisiné.

Il faut dire que sur le thème abordé, la barre a été placée très haut par Norman SPINRAD avec « Jack Barron » et « En direct » et qu’elle a été allègrement franchie. Le thème qu’il n’y ait pas de malentendu, c’est celui du pouvoir des médias, plus particulièrement la télévision, comme le laisse présager le titre. Très rapidement, Johan HELIOT nous trousse une histoire mettant en lumière la faculté de celle-ci à nous contrôler, à remplir le vide de nos vie tout en nous dépouillant de notre capacité à choisir, quitte à détourner les règles de la démocratie pour son unique intérêt bien compris. Malheureusement, malgré les décharges de l’électrochoc SPINRADien, le cadavre ne remue déjà plus. Les networks ont gagné et c’est ce constat que confirme Johan HELIOT.

A tout ceci, il faut ajouter un ton plus sérieux, plus amer (?) et un format court, trop court, qui dessert le tableau à peine ébauché de cette anticipation trop proche de nous sans doute aussi.


COMMANDER

Personnellement, j’aurais souhaité un récit moins simpliste, un ton satirique plus affirmé et non cette vision convenue d’un futur ancré dans un présent déjà vu. Sans doute, ne suis-je pas le lecteur spectateur qui constituait la cible potentielle de ce texte.

En conséquence, cette petite novella, sans doute vite écrite, tombe à plat. Désolé, vous m’avez déçu sur ce coup monsieur HELIOT.