EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Révélée en France par la publication du Livre de Cendres [DLE, 2004-2005], Mary GENTLE est une grande dame de la SF&F anglaise, parfois comparée à Ursula LE GUIN : comme elle, elle écrit aussi bien de la SF que de la Fantasy, et comme elle, elle apporte à la littérature de genre une profondeur et une noirceur fascinantes par leur maturité.
Mary GENTLE, c’est l’antidote à la Big Commercial Fantasy.


Mary GENTLE écrit son premier roman à l’âge de 15 ans. L’éditeur à qui elle fait parvenir le manuscrit le trouve inabouti... mais, un an plus tard, il lui demande si elle n’a pas écrit autre chose. Elle propose alors quelques pages de Hawk in Silver, un récit de fantasy pour adolescent... Et trois ans après, en 1977, ce sera son premier roman publié.

Mary n’a alors que 18 ans et sa vie vient de prendre une nouvelle direction. il faut savoir qu’elle a quitté l’école à 16 ans et n’avait jusque là occupé que des emplois précaires [projectionniste de cinéma, secrétaire, cuisinière, fonctionnaire des impôts...]. Grâce au succès de ses premiers écrits, en 1979, elle peut se lancer dans la carrière d’écrivain à plein temps.

STUDIEUSE MARY

En 1981, Mary GENTLE reprend ses études, à l’Université de Bournemouth, s’inscrivant à des cours d’Anglais, de Géographie et d’Histoire politique. Elle y cherche en réalité à mieux connaître les époques qui l’inspirent.
L’Université va devenir une source inépuisable pour ses livres, et elle va finir par développer une méthode assez unique : au lieu des recherches historiques auxquelles certains écrivains se livrent en bibliothèque, elle va collectionner les diplômes universitaires dans les disciplines qui l’intéressent !

L’oeuvre qui la fait vraiment remarquer par la critique est un récit de science-fiction, Les Fils de la sorcière [Golden Witchbreed, 1983] qui, pour la petite histoire, échappe de peu au rebuts avant d’être récupéré par un éditeur plus malin que les autres.
Les Fils de la sorcière se déroule dans un futur assez proche ; Lynn de Lisle Christie est envoyée sur la planète Orthe pour mesurer son éventuel intérêt commercial et diplomatique pour la Terre. Elle découvre une civilisation technologiquement archaïque à cause d’une mystérieuse catastrophe d’origine extra-terrestre.
Il existe une suite, Ancient Light publié en 1987, et qui voit Lynn revenir sur Orth vingt ans après, mais elle n’a jamais été traduite en français.

Mary GENTLE est également l’auteure d’une série de nouvelles basées sur le même univers, une Angleterre uchronique du XVIIème siècle où une forme de Magie complexe à pris la place de la science, et où s’insèrent de nombreux faits historiques réels, en particulier des faits liés à l’alchimie. Elle a, pour ce travail, étudié en profondeur tous les aspects de la Renaissance.
Ce cycle [1] rassemble les nouvelles :

  • Rats and Gargoyles [1990]
  • The Architecture of Desire [1991]
  • Left to His Own Devices [1994]
  • certains textes du recueil Scholars and Soldiers [1989]
  • Black Motley [1990]

MIDNIGHT ROSE

Au début des années 90, Mary GENTLE participe à l’éphémère collectif Midnight Rose avec Neil GAIMAN, Alex STEWART et Roz KAVENEY : ce quatuor d’auteurs anglais publia quelques anthologies de fantasy assez foutraques : Temps pastichait les récits de super-héros, devenus fonctionnaires d’un Ministère incompétent. The Villains détournait l’Héroïc-fantasy en plaçant le lecteur du côté des méchants. The Weerde imaginait qu’une race de métamorphes coexistait en secret avec l’Humanité depuis l’origine des temps, et serait à l’origine de toutes nos légendes...
Ces recueils sont devenus presque introuvables aujourd’hui et n’ont jamais été distribués en dehors du Royaume-Uni.

Dans le même esprit, Mary GENTLE publie en 1992 Grunts, une parodie de BCF qui flirte avec le grand-guignol : les Orcs y sont les héros et les Elfes apparaissent comme de sales racistes prétentieux...

LE LIVRE DE CENDRES

En 1995, GENTLE s’inscrit en première année du renommé War Studies Masters degree du King’s College - un cours focalisé sur les grands conflits de l’Histoire - tout en commençant à écrire les premières ébauches d’un cycle ambitieux, Ash : A Secret History [Le Livre de Cendres].
Elle y met en scène Cendres, une héroïne aux allures de Jeanne d’Arc, chef de guerre charismatique opposée aux armées wisigothes venues de Carthage pour ravager la Bourgogne. Ce récit épique nous est rapporté en 2000 par le Professeur Pierce Ratcliff, qui cherche parallèlement à comprendre pourquoi, mystérieusement, l’épopée de Cendres n’a laissé aucune trace dans nos livres d’Histoire...

Le Livre de Cendres compte près de 2000 pages et a demandé 5 ans de travail. Mais ce cycle superbe, qui ne cache rien de la violence des guerres médiévales et développe une maîtrise du récit épatante sur une base historique solide, a connu, au final, un beau succès. A noter que, publié en un seul et épais volume au Royaume-Uni, il est découpé en 4 volumes aux Etats-Unis et en France.

L’ANTI-BCF

Sans illusion quant à la nature humaine, voire cynique, Mary GENTLE écrit une SF&F réaliste et sombre. Il est fréquent que des personnages de premier plan soient antipathiques. Il est fréquent que des personnages sympathiques meurent avant la fin du roman. Et l’épaisseur des intrigues rend ces histoires impossibles à résumer en quelques lignes. Bref, Mary GENTLE ne se sent pas prisonnière des poncifs, ce qui permet un effet de réel surprenant.

On sait peu que, par ailleurs, sous un pseudonyme, Mary GENTLE a également écrit des romans érotiques pour femmes, une commande qui lui a permis de boucler certaines fins de mois difficiles.

Sa dernière œuvre publiée en France est 1610, l’énigme du cadran solaire, [2 volumes, chez DLE, SEPT. 2007] dans la France du XVIIème, sur fonds de complots politiques et de guerre de religions, elle livre un roman fleuve brillant où se croisent Catherine de Médicis, un samouraï, un Nostradamus amateur, Messire Rochefort, des capes et des épées... et des amours homosexuelles.

Mary GENTLE vit aujourd’hui à Stevenage - dans le Hertfordshire - avec son compagon, Dean WAYLAND, un passionné d’Histoire comme elle, qui est également professeur d’escrime médiévale !



Lire la critique

COMMANDER

« L’énigme du cadran solaire » de Mary GENTLE

[« 1610 : A Sundial in a Grave », 2003]

Proposé en deux [très gros] volumes dans la collection Lunes D’encre, le nouveau GENTLE, auteur du déjà recommandé cycle de Cendres, recycle avec brio et intelligence les canons du roman de cape et d’épée.
Un vrai bonheur de lecture à découvrir là, tout de suite, vite, qu’attendez-vous ?

 

Lire la critique

COMMANDER

« La dispersion des ténèbres » de Mary GENTLE

[Tome 4/4 du « Livre de Cendres »]

Cendres Tome IV - La dispersion des ténèbres - Lunes d’encre Conclusion plus qu’attendue de la saga du "Livre de Cendres", le tome IV réconcilie Science Fiction et Fantasy avec un brio et une originalité déconcertants. Si quelques cafards grincheux râlaient devant la taille et la lenteur du pavé, force est de reconnaître que Mary GENTLE maîtrise son récit d’un bout à l’autre, livrant au final une oeuvre aboutie qui fait certes of-fice d’OVNI littéraire, mais qui marquera le genre pour longtemps.

 

Lire la critique

COMMANDER

« Les machines sauvages » de Mary GENTLE

[Tome 3/4 du « Livre de Cendres »]

Très attendu par ceux qui ont aimé les deux premiers volumes de ce (gros) roman atypique, « Les machines sauvages » est en quelque sorte le pivot de l’histoire, le moment où tout bascule et se précipite. Mary GENTLE y déploie son talent avec beaucoup de fluidité, livrant un texte sec, nerveux, à la fois lent et efficace, pour un résultat non seulement passionnant, mais également remarquable d’intelligence et de malice.

 

Lire la critique

COMMANDER

« La guerrière oubliée » et « La puissance de Carthage » de Mary GENTLE

[Tomes 1/4 et 2/4 du « Livre de Cendres »]

Quasi inconnue en France, Mary GENTLE est pourtant très considérée outre-manche, via notamment le monumental Ash.
Publié en France en 4 volumes dans la collection Lunes d’encre, et logiquement baptisé « Livre de Cendres », ce roman monstre est un modèle du genre.

 

Mr.C


NOTES

[1] L’ensemble du cycle a été rassemblé dans le recueil White Crow en 2003.