EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

 
 
Publié le 01/07/2005

"Galaxies n°36"

REVUE PERIODIQUE, PRINTEMPS 2005

Par K2R2

Autant aller directement au but : l’intérêt de ce numéro de Galaxies réside dans le dossier central consacré à Paul DI FILIPPO, écrivain génial et méconnu, ainsi que dans la nouvelle exceptionnelle de Jeffrey FORD, un auteur dont nous suivrons désormais le parcours avec intérêt... mieux vaut tard que jamais diront les mauvaises langues.


Ceux qui ont lu l’excellent "Langues étrangères" comprendront sans doute mon enthousiasme, DI FILIPPO est un auteur qui mérite d’être connu et son oeuvre, bien que très [trop] peu traduite en France devrait survivre à bon nombre d’écrivaillons populaires. Saluons donc l’initiative de Galaxies, qui comme a son habitude nous a concocté un très bon dossier. Tom CLEGG nous propose une analyse intéressante de l’oeuvre de DI FILIPPO, auteur prolifique, mais également ambitieux et créatif. La nouvelle choisie pour ce dossier, « Les binocles de Lennon » permet de se familiariser avec le style et l’univers un peu décalé de DI FILIPPO.

Les esprits chagrins rétorqueront que cette nouvelle n’est pas forcément représentative de la richesse de son oeuvre, mais il paraît difficile d’en rendre compte à partir d’un seul texte. Le mieux est donc de lire ce dossier, puis de se procurer immédiatement les ouvrages traduits en français, ce qui ne fait pas lourd car un seul roman ["Langues étrangères"] et deux recueils de nouvelles ["La trilogie steampunk" ; "Pages perdues"] sont disponibles dans notre langue. Reportez-vous également à la bibliographie, qui recense les nouvelles publiées dans les différentes revues et anthologies françaises [ou consultez l’excellente fiche bio réalisée par Ubik].

Second point fort de ce numéro 36, la nouvelle de Jeffrey FORDE, auteur qu’à ma grande honte je ne connaissais pas du tout. Une erreur que je me suis permis de rattraper avec bonheur grâce à « Exo-Skeleton Town », une nouvelle étonnante de maîtrise, empreinte d’émotion et de nostalgie. Ford imagine un troc hallucinant entre des humains et des cafards géants, les premiers offrant de vieux films hollywoodiens en échange de bouses des sus-mentionnés cafards, un aphrodisiaque surpuissant que l’on s’arrache à prix d’or sur Terre. Inutile de dire que ce fructueux commerce est le sujet d’une immense arnaque. Jeffrey FORDE arrive à nous captiver grâce à un style incisif et percutant, mais également par sa capacité à créer de l’émotion. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’auteur a du talent à revendre et que l’on suivra avec attention ses prochaines publications.

Le reste du sommaire de ce numéro est de bonne tenue, avec une nouvelle de Lucius SHEPARD, qui revisite la guerre du Golfe à la lumière du Coran. Une nouvelle qui part sur de très bonne bases, mais qui s’essouffle un peu sur la fin. Le style impeccable de l’auteur sauve ce texte, rendant sa lecture tout à fait plaisante.

Sandro DAZIERI nous propose une courte nouvelle sur le thème des petits hommes verts venus nous envahir. Une nouvelle plaisante, bien que la chute soit un peu prévisible, qui n’est pas sans rappeler Frederic BROWN.

Les deux dernières nouvelles de ce numéro, un texte steampunk d’AYERDHAL et Fred AUDAMS, et un texte de space-opera de Vladimir HERNANDEZ, sont, sans être mauvais, d’un intérêt discutable. Au moins se lisent-ils rapidement et sans réel déplaisir.


Un bon cru que ce numéro 36 de Galaxies.

Un bémol : comme d’habitude, une couverture repoussante.

Il faudra penser à sélectionner de meilleures illustrations de couverture, histoire de ne pas faire fuir les clients potentiels. Et puis, les abonnés feront moins la grimace lorsqu’ils ouvriront leur enveloppe chérie...