Auteur, éditeur et essayiste hors pair, Gérard KLEIN a eu sur la science-fiction française une influence inégalée à ce jour.


MONSIEUR KLEIN, S’IL VOUS PLAÎT...

Aîné de quatre enfants, fils d’un inspecteur de la Banque de France, Gérard KLEIN passe sa petite enfance à Blois pendant la guerre. A la Libération, il s’installe avec sa famille en banlieue parisienne.

A 12 ans Gérard KLEIN compose des poèmes et à 15 quelques nouvelles. Bon élève, notamment en philosophie, il obtient le bac avec mention à 17 ans.

Il réussit à faire publier ses premières nouvelles et articles dès 19 ans aux revues de SF françaises Fiction et Satellite Il achève à la même époque son premier roman, "Le Gambit des étoiles", qui est publié par Hachette et nominé au prix Jules Verne.

La même année commence sa carrière d’homme d’édition : il collabore à la revue Satellite. Denoël publie son premier recueil de nouvelles : "Les Perles du Temps".

A 20 ans Gérard KLEIN décroche le diplôme de Sciences-Po ; à 22 ans celui de psychologie appliquée ; sur les traces de son père il envisage une carrière dans la banque.

Mobilisé deux ans pendant la guerre d’Algérie, il reprend au retour ses deux activités parrallèles : d’un côté, il publie des romans inventifs et inspirés dans la collection "anticipation" du Fleuve Noir, sous le pseudonyme de Gilles d’ARGYRE ; de l’autre il entre dans une société d’études économiques, la SEDES.

A cette période, Gérard KLEIN collabore à de nombreuses émissions de radio, et voyage aux Etats-Unis, où il rencontre certains de ses auteurs favoris comme Robert SILVERBERG.

Il lance en 1969 chez Robert Laffont la fameuse collection Ailleurs & Demain, dont il sera directeur de collection, et dont il fera la plus fameuse des éditions française de Science-Fiction, celle qui publiera les premières traductions de "Dune" de Frank HERBERT, ou d’ "Ubik" de Philip K. DICK.

Il a fait également de la collection SF du Livre de Poche une collection de référence par de nombreuses rééditions toujours préfacées avec brio. De plus en plus investit dans l’édition, Gérard KLEIN a cessé de publier des fictions depuis "La Loi du Talion" paru en 1973.

Considéré aujourd’hui comme un dinosaure de l’Histoire de la SF française, il a du dinosaure, il faut le savoir, à la fois l’impressionnant charisme et le sourcilleux caractère.

BIBLIOGRAPHIE

- "Le gambit des étoiles" [1958 - DERNIERE REED. LE LIVRE DE POCHE, 2005]

- "Les Perles du Temps" [1958]

- "Les Voiliers du Soleil" [1961]

- "Le Sceptre du Hasard" [1968]

- "Les Seigneurs de la guerre" [1971]

CORSON est un soldat perdu... perdu dans les méandres du temps, avec une mission étrange qui consiste à mettre fin à une guerre oubliée... CORSON affronte les Monstres, créatures télépathes qui se déplacent dans le temps et dans l’espace à leur guise...

CORSON est le jouet de Dieux futurs et se perd dans ses souvenirs, à moins qu’il ne se souvienne de son futur ? Toutes les guerres se nouent en Aergistal, et c’est là que CORSON jouera son destin...

Ce roman est considéré comme l’un des plus réussis de Gérard KLEIN. On se permettra cependant quelques bémols : l’intrigue est un peu brouillonne, et le style a pris un sacré coup de vieux...

- "La Loi du Talion" [1973]



Lire la critique

COMMANDER

« Mémoire vive, mémoire morte » de Gérard KLEIN

Attention, recueil historique... Gérard Klein ouvre avec malice et détachement son dernier ouvrage. Mémoire vive, mémoire morte annonce clairement la couleur : les nouvelles rassemblées ici appartiennent à des époques aussi variées que différentes. De quoi obtenir une sorte de panorama illustré assez évocateur de celui que l’on connaît surtout pour la collection Ailleurs & Demain. Collection qui ne va pas tarder à fêter ses quarante ans et dont le lecteur curieux peut s’amuser à compter les prix Hugo qui la jalonnent. Collection finalement à l’image de son créateur/directeur : éclectique, rigoureuse, pointue et... Humaine aussi. Il faut bien vivre, après tout.

 

Lire la critique

COMMANDER

« La loi du talion » de Gérard KLEIN

REED. ROBERT LAFFONT / A&D, SEPT. 2006

Paru initialement en 1973 aux éditions Robert Laffont dans la collection Ailleurs et Demain ce recueil de nouvelles de Gérard KLEIN a été réédité en septembre 2006 . L’occasion pour les amateurs de littérature SF les plus jeunes, qui ont fait connaissance avec le romancier des « Seigneurs de la Guerre » ou du « Gambit des étoiles », de découvrir maintenant le novelliste.

 

Lire la critique

COMMANDER

"Le gambit des étoiles" de Gérard KLEIN

Voici donc la réédition du premier roman de Gérard KLEIN, agrémentée d’une couverture de MANCHU. Comme toujours, nous avons une préface, et en l’occurrence une autopréface, où l’auteur revient sur la genèse de ce roman, écrit par un jeune homme de 17-18 ans.

Egal à lui même, Gérard KLEIN nous confie au passage que ce roman n’est pas important pour lui, mais pour la sf française et rien de moins ! Puis, histoire de juger sur pièce, vient le roman, et là, c’est peu dire que les choses se gâtent...

 

Lire la critique

COMMANDER

« Les Seigneurs de la guerre » de Gérard KLEIN

Uria et les Puissances Solaires sont en guerre. Officieusement, en tout cas. Membre d’un équipage de trente-sept soldats, à bord du navire stellaire « l’Archimède », Georges Corson a reçu des Instructions claires : porter un coup décisif aux Uriens, sans toutefois violer la Trève des Armes respectée depuis vingt ans dans les deux camps.

Pour cette mission périlleuse, il dispose [et ce n’est pas le seul paradoxe de ce roman] de deux « armes » : un pistolet laser et...un Monstre.

 

Lire la critique

COMMANDER

"Les passeurs de millénaires", anthologie présentée par Gérard KLEIN, Ellen HERZFELD et Dominique MARTEL

LE LIVRE DE POCHE, MARS 2005

Voici le 6e volume de "La grande anthologie de la science-fiction française". Sous ce titre à rallonge se cache un projet ambitieux et salutaire, à savoir publier régulièrement une anthologie des meilleurs textes de SF francophone. Le volume dont il est ici question couvre la période 1996-2000, et boucle avec les précédents un demi-siècle de sf francophone, de 1950 à 2000.

 

Mr.C