EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Cas unique dans l’histoire de la SF : Robert HEINLEIN a été primé quatre fois par le prix Hugo. Il a également reçu le premier "GrandMaster" prix NEBULA pour l’ensemble de son oeuvre.

Ses romans, extrêmement populaires aux Etats-Unis, ont pris un coup de vieux, mais leur impertinence, leur ton corosif et provocateur reste un régal...


LE PIONNIER

Robert Anson HEINLEIN est le troisième d’une famille de sept enfants. Il grandit à Kansas City, et découvre la SF pendant son adolescence.
Après ses diplômes, il entre en 1925 à l’Académie de Marine, sur les traces de l’un de ses frères aîné. Il en sort bien classé, et sert sur des vaisseaux de guerre américains. En 1932 il épouse Leslyn MacDONALD. Deux ans plus tard, à cause de la tuberculose, il est obligé de quitter l’armée avec une maigre pension.

Il vit alors d’expédients : co-propriétaire d’une mine d’argent, agent immobilier... Il reprend également ses études de physique et de mathématique. Il s’essaie même, sans succès, à la politique.

En 1938, alors qu’il n’avait jamais écrit quoique ce soit, il participe à un concours de nouvelles organisé par le magazine Thrilling Wonder Stories. Il termine « Life-Line » en quatre jours mais au lieu de l’envoyer au TWS [il pensait que là-bas sa nouvelle serait noyée dans la masse], il la fait parvenir au Astounding Science Fiction qui la lui achète pour 70 dollars soit un cent par mot.

A partir de là, Robert Heinlein ne vivra plus que de sa plume. Aux côtés d’Isaac ASIMOV ou d’Alfred VAN VOGT, il fait partie de l’écurie de John CAMPBELL.
Fort productif, novateur, pilier de ce que l’on appelle aujourd’hui "L’Âge d’or de la Science-Fiction", il est d’ailleurs probablement le tout premier auteur à vivre uniquement de ce type de littérature.

Une partie de ses romans [écrits entre 1939 et 1950] appartient à un ensemble appelé "Histoire du Futur", qui décrit l’avenir de l’Humanité de 1950 à 2600 et dont il donna un shéma d’ensemble dès 1940. 

HEINLEIN écrit également une série de romans visant un public jeune, en particulier le fameux Starship Troopers [1959] roman qui lui vaut une sulfureuse - et en partie infondée - réputation de militariste, et qui sera refusé par son éditeur habituel.

L’année suivante, HEINLEIN sème la confusion - c’était peut-être intentionnel - en faisant paraître Stranger In A Strange Land, roman aux idées radicalement pacifiste voire anarchiste ! Ses fans, en France notamment, n’arrivent plus à le suivre...

A la fin de l’année 1947, HEINLEIN quitte Leslyn pour épouser Virginia Doris GESTENFELD un an plus tard.
Le 20 juillet 1969, il commente en direct les premiers pas sur la Lune de Neil ARMSTRONG, avec Arthur C.CLARKE.

Robert Anson HEINLEIN est mort en 1988 dans son sommeil, des suites d’un emphysème. Ses cendres ont été dispersées d’un navire de la marine américaine, au large de Santa Cruz, en Californie.



Lire la critique

COMMANDER

Une porte sur l’été de Robert Heinlein

[The Door Into Summer, 1957]

Foin de la femme et des soi-disant « amis », sans parler du chien : Robert Heinlein l’a bien compris, le seul vrai compagnon de l’homme, quand il n’est pas son seigneur et maître, est son chat. On regrettera d’autant plus l’absence, du fait d’un inconcevable « bug », de la préface de Gérard Klein consacrée à la place des matous dans la science-fiction [1], et, bien entendu, l’outrage tout aussi inconcevable constitué par la couverture de Jackie Paternoster, pas plus douée pour dessiner les félins que pour... ben... quoi que ce soit d’autre, en fait. Mais cela ne nous empêchera bien évidemment pas – on en a vu d’autres... – de lire Une porte sur l’été, « un des classiques du domaine », paraît-il.

 

Lire la critique

COMMANDER

« Double étoile » de Robert HEINLEIN

[« Double Star », 1956]

John Bonforte est un politicien, il dirige le Parti Expansionniste et pourrait bien devenir le leader du système solaire. Mais voilà qu’on le kidnappe, alors que dans quelques jours se déroulera une importante cérémonie sur Mars. Une cérémonie qu’il ne peut pas louper sans courir le risque de pousser les Martiens au conflit...
Comment faire ?
Il y a bien une solution... il s’appelle Lorenzo Smythe. C’est un acteur.

 

Lire la critique

COMMANDER

"En route pour la gloire" de Robert HEINLEIN

[« Glory Road », 1963]

Le héros et narrateur du roman, Evelyn-cyril « Flash » Gordon - dit Essaie en référence à ses initiales - nous offre une version subjective de l’héroïsme. Une vision qui s’apparente davantage à nos comportements quotidien que celle de la plupart des héros ; après tout, il est terrien, il vient de se taper la guerre du Vietnam, il doit magouiller pour s’en sortir et se retrouve très vite fauché. Ah, une autre chose, importante : il rêve d’aventure.

 

Lire la critique

COMMANDER

"Marionnettes humaines" de Robert HEINLEIN

["The pupett masters", 1951]

Alors qu’une grande convention mondiale se prépare à l’horizon 2007, afin de fêter le centenaire de la naissance de Robert HEINLEIN, voici que nos éditeurs hexagonaux sont pris d’une frénésie de réédition pour un auteur que la France a longtemps délaissé. Après "L’histoire du futur" [Folio SF] et avant "Révolte sur la lune" [Poussière d’étoiles], voici que Folio SF nous propose de redécouvrir "Marionnettes humaines", grand classique de la SF paranoïaque tendance maccarthyste.

 

Lire la critique

COMMANDER

"En terre étrangère" de Robert HEINLEIN

["Stranger In A Strange Land", 1961]

Un jeune humain, né sur Mars après un accident aux débuts de la conquête spatiale, revient sur Terre.

Elevé par les Martiens, dans une civilisation incompréhensible pour nous, Valentine Michael Smith a du mal à s’intégrer, d’autant qu’il est rapidement l’enjeu de luttes politiques et financières qui le dépassent.

 

DOSSIERS :

> L'interview - "Les marionnettes humaines" de Robert HEINLEIN [février 2004]

Mr.C


NOTES

[1] Préface que les heureux Cafards auront néanmoins pu lire sur leur forum préféré, en attendant son rapatriement sur l’indispensable site Quarante-Deux.