EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS


Colette et Willy font de la SF


Chapitre 1

Tout commence, le 14 octobre 1954 par la remise du prix Prix Rosny Ainé décerné au roman « La naissance des dieux » et attribué à un certain Charles HENNEBERG. Cet ancien légionnaire est né le 8 octobre 1899 à Wittemberg Brandeburg en Allemagne. Issu d’une famille de très vieille noblesse, il s’est engagé à l’âge de 16 ans dans l’armée allemande lors de la guerre de 14-18, et rempile à partir de 1925 dans ... la Légion étrangère ou après avoir combattu sur divers théâtres d’opérations en Afrique du Nord, il a rallié ... les Forces Françaises Libres de De Gaulle en 1942.

Après la démobilisation et avant son premier roman de SF, il a rédigé deux ouvrages de souvenirs militaires, « le sabre de l’islam » et « Trois légionnaires » (!) sous le pseudonyme de Dominique HENNEMONT. Vous me suivez ?

Chapitre 2

Entre temps, en Syrie, il fait la connaissance de Nathalie Kovokovsky, jeune femme d’origine russe enseignante et correspondante de guerre à Damas, qu’il épouse en 1937. Celle-ci naquit le 23 Octobre 1910 à Batoum dans le Caucase. Sa famille fuira lors de la révolution bolchevique d’abord à Constantinople [Istanbul] puis en Syrie et au Liban. Elle lit beaucoup de littérature russe et ésotérique et commence à écrire. Cependant alors qu’une fois de plus elle doit subir un nouvel exil c’est à Paris que la lecture de Catherine MOORE ["Shambleau"], de Van VOGT et de BARJAVEL décide de sa vocation.

Chapitre 3

Revenons à notre légionnaire : outre les deux romans précités, paraissent donc à partir de 1954 une série de space opéra, « La naissance des dieux », « le Chant des astronautes », « la rosée du soleil » ... sous le nom de Charles HENNEBERG. Ces livres se démarquent de la production habituelle du genre par une écriture lyrique, baroque, poétique. Ils seront publiés dans les revues Satellite ou Fiction, ou au Rayon Fantastique puis réédités dans les années 70 au Masque SF

Chapitre 4

Charles meurt le 20 mars 1959. Et c’est là que le mystère commence car deux thèses s’affrontent. La, première veut que tous les ouvrages signés HENNEBERG soient le fruit d’une écriture partagée et que la veuve de Charles ait continué l’oeuvre. C’est la version SADOUL et DOREMIEUX.

Pour Charles MOREAU au contraire tout est de la main de Nathalie, y compris les souvenirs militaires. Les arguments avancés dans le dossier consacré au couple HENNEBERG du numéro 70 de la revue Lunatique [dans laquelle j’ai beaucoup puisé] contribuent lourdement à faire pencher la balance en faveur de l’hypothèse 2.

Pourquoi alors cette dissimulation ? La crainte de ne pas paraître crédible en tant que femme écrivain dans le milieu de la SF de l’époque ? Nathalie elle-même revendiquera ultérieurement toute la « paternité » de l’œuvre. Quoiqu’il en soit, sa production littéraire sera féconde [entre nouveautés et rééditions on compte une soixante de références - nouvelles, romans- entre 1959 et 1977].

Cette femme hors du commun meurt le 24 juin 1977 à l’hôpital de Tenon et est enterrée au cimetière de Thiais.

« Frais est le vent

Pale la lune d’automne,

Mais la princesse est un lotus sur l’eau noire »


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


- "La Plaie"[1964] : c’est l’oeuvre majeure de Nathalie HENNEBERG, son seul roman réédité récemment [en 1999, par les éditions L’Atalante.] En l’An 3000, une force d’origine inconnue, « la Plaie » plonge la Terre dans une ère de souffrance. Des mutants aux pouvoirs complexes tentent de combattre son expansion sur la planète et dans le reste de l’univers. "Au terme d’un exode vertigineux sur des mondes hallucinants, c’est une armée hétéroclite qui fera route vers Sigma, capitale des mondes arcturiens, où l’attend l’ultime affrontement avec les forces du mal. dixit le 4ème de couverture. Du grand space opera.

- "Les Ailes de la Nuit" : un recueil de cinq nouvelles récemment paru chez Terre de Brume. Un fantastique flamboyant qui fait la part belle à l’occulte et au folklore slave, avec pour toile de fond les "années furieuses". celles des deux conflits du XXème siècle.

Extrait : "Imaginez un énorme cristal, haut de deux mètres, en forme de cône tronqué. Une gemme translucide, irisée, sur laquelle le rayon de notre torche se réverbérait en mille couleurs - allant de la pourpre au saphir, du riche indigo à la vivace émeraude, en passant par toutes les iridescences de rose et d’azur, de mauve, de pers et de blanc laiteux. La lumière réfractée par cette surface lisse projeta sur les murs noirs de la cape d’étranges reflets qui allumaient les arabesques de moisissure, emperlaient les toiles d’araignée et faisaient scintiller les paillettes des cuves. [...] Au cœur de la gemme se profilait une silhouette. Humaine. Oui, si fantastique que cela parût, elle était là, enclavée dans la matière translucide, comme le sont au creux de certaines résines pétrifiées des squelettes de plantes ou d’insectes du carbonifère..."

La guerre et l’exil ont laissé évidemment une empreinte indélébile sur l’oeuvre de Nathalie HENNEBERG. Laissez vous tenter par les courts space opera suivants, aux trames certes surannées mais à l’écriture flamboyante [et quels titres !] :

- "La naissance des Dieux"

Des humains fuyant la Terre en guerre découvrent une planète dotée d’un brouillard vivant qui donne vie à leurs créations imaginaires. Entre Rosny Ainé et ZELAZNY, un livre étonnant.

- "Le chant des astronautes"

Des Terriens en fuite [encore !] se réfugient sur la planète Alcyon ou ils sont de nouveau attaqué par des aliens prédateurs. Une première partie toute poétique...

- "Les Dieux verts"

Dans une Terre du futur, les végétaux ont supplanté les hommes. Un peu trop d’Aryans à mon goût, l’ouvrage souffre de la comparaison avec « Le monde vert » de Brian ALDISS, mais comment résister à ceci :

« A mon second vol nuptial je suis morte.

J’ai ouvert les portes du mystère,

Désormais je sais.

Celui qui m’a tué est au gouffre éternel.

Les cactées le déchirent et les lianes l’étouffent.

Il est au pouvoir des plantes.

Beni soit A-atlan »


Remerciements à Charles MOREAU, dont le dossier dans Lunatique 70 mériterait une publication à part entière et Roland WAGNER pour la comparaison avec Colette et Willy.


LES OEUVRES DE NATHALIE HENNEBERG SUR AMAZON.fr


Soleil vert