EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 02/04/2006

"Hogg" de Samuel R. DELANY

["Hogg"]

EDITIONS DESORDRES / LAURENT VAILET, FEVRIER 2006

Par Olivier

Absent depuis belle lurette des rayons de nos chères librairies francophones, Samuel DELANY reste une figure de proue de la new wave. Il fut d’ailleurs le premier auteur à avoir raflé le Nebula deux fois de suite, pour ses deux chef-d’œuvres que sont "Babel 17" et "L’intersection Einstein". Il s’est ensuite plus ou moins détourné de la sf pour embrasser une carrière universitaire, tout en publiant des ouvrages mêlant la violence et une sexualité extrême, dont "Hogg" est la meilleure illustration.

C’est donc peu dire que cette critique s’adresse à des lecteurs avertis.


"Hogg" est narré par un personnage dont on connaît vaguement le physique et l’âge [une dizaine d’années], mais dont on ne sait rien de plus. Ni son nom, ni son caractère, ni rien d’autre : il existe par ce qu’il fait aux autres et par ce que les autres lui font. Il nous raconte l’histoire d’un personnage monstrueux et immonde, Hogg.

Hogg ne se lave jamais, urine et défèque sans même ôter le pantalon qu’il porte depuis des lustres, j’en passe et des meilleurs [les vers...]. Il semble vivre de l’argent que lui verse un riche personnage contre des actions sordides, à savoir violer et torturer des femmes de la plus horrible façon, sans les tuer. Hogg va donc trimbaler notre narrateur, qu’il appelle Suceur de queues, dans une errance faite de sang, de pisse, de merde, de sperme et de crasse. Seul ou avec d’autres personnages d’un aussi répugnant pédigrée, Hogg et Suceur vont - si l’on ose dire - s’envoyer en l’air, violer et torturer tout au long du livre, alternant les scènes de coprophagie et d’autres joyeusetés tout aussi sordides. Le tout se déroule dans le Sud des Etats-Unis, peuplé de racistes, d’incestueux, aussi illettrés que pervers, ne s’exprimant que par grossièretés, dans un langage rustre et parfois incertain. Ce Sud là n’a rien à envier à celui de Barry GIFFORD ["La ballade de Marble Lesson"] ou de Jim THOMPSON ["1275 âmes"].

Cependant, aussi curieux que cela puisse paraître, "Hogg" est une histoire d’amour, celle de Hogg et de son Suceur de queue. Petit à petit, la perversion se mue en anormalité, tandis que le vice se sublime en dépravation.

Certes, il s’agit là bel et bien d’un amour hors-norme, sordide et abject dans ses manifestations, mais il n’en demeure pas moins que les sentiments et l’attachement qui unissent peu à peu nos deux protagonistes sont clairement amoureux. Cet Amour hors norme est d’autant plus fascinant qu’il est porté par une écriture maîtrisée, et souvent remarquable. S’il écrit une œuvre résolument et terriblement trash, qui mettra d’ailleurs près de 20 ans avant de trouver un éditeur, DELANY le fait avec l’excellence qu’on lui connaît, ce qui lui vaut d’ailleurs les salutations de Norman MAILER ou de Bruce BENDERSON.

Le lecteur aura un peu l’impression de se retrouver avec "Orange mécanique" dont la présente version aurait été rendue gore par SADE puis revue par un GENET sous amphétamines : en comparaison "American psycho" pourrait sembler mièvre ! Ce livre s’adresse donc à un public restreint - il ne reste donc plus qu’à espérer qu’il le trouve.


COMMANDER

Œuvre littéraire éprouvante mais fascinante, "Hogg" est un livre extrême, par l’histoire bien sûr, mais aussi par la qualité et le soin de son écriture. Poème pervers et vénéneux, il fait partie de ces lectures dont on ne peut absolument pas sortir indemne, mais pour lesquelles on éprouve une satisfaction : celle d’avoir lu un livre bien écrit, qui évite l’écueil de la gratuité et du putassier.

Enfin, quiconque voudrait découvrir l’oeuvre strictement SF de DELANY ne saurait même feuilleter cet ouvrage. "Babel 17", par son intelligence et ses qualités littéraires est hautement recommandable, dans l’espoir d’une vraie réédition de l’oeuvre de DELANY.

"Hogg" est une part intégrante et majeure de l’oeuvre de DELANY, que l’on recommandera plutôt à ses fans qu’aux seuls lecteurs de SF. On ne peut aussi que le recommander à ceux qui voudraient tenter une expérience extrême, qui les portera aux limites de la littérature, de l’indicible et de l’imagination.