EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


L’existence et l’œuvre littéraire de Michel JEURY commencent et s’achèvent dans la terre, au plus près de la réalité et de la boue - mais entre temps, l’espace d’un quart de siècle, elles ont dépassé les nuages et frôlé les étoiles, pour y laisser une trace qui subsiste encore.


Michel JEURY est né dans une famille de paysan du Lot et Garonne. Il travaille dans l’exploitation familiale tout en menant ses études. Collégien, il découvre des textes de science-fiction dans des revues comme Science et Voyage ou Coq Hardi... nous sommes dans les années 50, la SF n’est pas vraiment une littérature courante en France.

JEURY passe son bac en 1952 et se lance dans la carrière d’instituteur. Depuis le collège, il passe son temps libre à écrire des récits d’aventure et des histoires policières. Mais la lecture de la collection Rayon Fantastique lui a donné le goût de la science-fiction.

En 1958, JEURY réussit à publier un roman de littérature générale, Le Diable souriant aux Éditions Julliard. Mais deux autres manuscrits sont refusés partout. Il soumet quelques textes de SF à la revue Fiction, sans succès.

Ce n’est qu’en 1960 que ses deux premiers romans de SF, Aux étoiles du destin et La machine du pouvoir, sont enfin publiés, au Rayon Fantastique. JEURY les signe du pseudonyme d’Albert HIGON. Il les avait écrit 5 ans plus tôt, ainsi qu’un troisième roman, Les Écumeurs du silence, qui lui restera inédit.
Il décroche le prix Jules-Verne, mais doit faire face à des ennuis de santé. Une longue période de doute et de remise en question s’ouvre alors, qui le conduit à abandonner l’enseignement et à pratiquer divers métiers, comme visiteur médical ou représentant. L’écriture le tenaille, mais les pages restent désespérément blanches... l’énergie n’est plus là.
Il vit de boulots de plus en plus précaires, [il sera même gardien de château] et pendant plusieurs années, il va devoir reconquérir sa plume et son inspiration.

Des centaines de pages gribouillées plus tard, et après avoir découvert les premières parutions de la nouvelle collection Ailleurs & Demain, JEURY écrit ce qui restera comme l’un de ses romans de SF les plus célèbres, Le Temps incertain [1973]. Le roman, né sous la haute influence [assumée] de Philip K. DICK, possède un style froid et détaché qui le rapproche du Nouveau roman français. Il connaît un succès certain, et une nouvelle période s’ouvre dans la carrière de l’auteur, faste celle-là, et qui va durer 20 ans.

Les années JEURY

Dans les années 70 et 80, JEURY publie une demi-douzaine de romans dans la collection Ailleurs & Demain. Les singes du temps [1973], Soleil chaud, poisson des profondeurs [1976], Les Yeux géants [1980] ou L’orbe et la roue [1982] développent les thématiques qui l’habitent, comme le voyage dans le temps, le totalitarisme et le pouvoir des multinationales, dans ce style très littéraire, déconstruit, pas toujours facile à suivre mais exigeant et très réfléchi.
Parallèlement, et pour vivre de sa plume, il publie beaucoup, chez plusieurs éditeurs, de l’anticipation grand public pour le Fleuve Noir, des romans pour adolescents [Le Sablier vert]... et il réutilise à plusieurs occasion le pseudo d’Albert HIGON.

En 1975, il s’est marié, et l’année suivante, il est devenu le père d’une petite fille, Dany.

Cependant, depuis la fin des années 80, Michel JEURY a délaissé la SF pour se rapprocher de ses origines paysannes dans l’écriture : il avait déjà en 1981 publié la biographie de ses parents. En 1988 il fait paraître Le vrai goût de la vie, « roman paysan » qui marque une rupture avec la science-fiction. Par la suite, il n’y reviendra qu’exceptionnellement.
Certains de ses romans de terroirs connaitront un joli succès, notamment L’année du certif [1995], Prix Charles Exbrayat, ou plus récemment La petite école dans la montagne [2005].

Incarnation de toute une époque de la SF française, celle des débuts d’Ailleurs & Demain, où il défendait, aux côtés de Gérard KLEIN, une certaine idée de la littérature prospective, une SF intellectuelle et exigeante, Michel JEURY doit aux qualités littéraires de ses romans d’être un auteur réputé difficile.
Il faut savoir qu’il est l’un des rares auteurs français traduit en anglais : Le Temps incertain a en effet été publié par Macmillan sous le titre Chronolysis [1980].


> A VOIR : Le site de Quarante Deux met en ligne les nouvelles de Michel JEURY



Lire la critique

COMMANDER

May le monde de Michel Jeury

On le croyait définitivement perdu pour les littératures de l’imaginaire, fort du succès – mérité – de ses romans de terroir. Mais après une compilation de ses meilleures nouvelles dans le recueil La Vallée du temps profond, paru en 2008 aux Moutons Electriques sous la direction de Richard Comballot, voici que Michel Jeury publie un nouveau roman de science-fiction, May le monde, dans la collection « Ailleurs & demain ». Une œuvre onirique, expérimentale, qui réjouira les uns et décontenancera les autres.

 

Lire la critique

COMMANDER

« Soleil chaud poisson des profondeurs » de Michel JEURY

[Première édition : 1976, dans la même collection]

Après La vallée du temps profond, Michel JEURY continue d’être à l’honneur avec cette réédition d’Ailleurs & Demain qui nous promet également deux autres œuvres majeures du maître : Les Singes du Temps et Le Temps Incertain.

ATTENTION : INDISPENSABLE...

 

Lire la critique

COMMANDER

« La vallée du temps profond » de Michel JEURY

Michel Jeury nous manque, il était temps qu’il revienne. LA VALLÉE DU TEMPS PROFOND comble toutes nos attentes, et bien au-delà...

 

Lire la critique

COMMANDER

Le sablier vert de Michel Jeury

Un jeune homme part en quête du légendaire sablier vert, qui pourra peut-être sauver l’Empire de son déclin... Une œuvre écrite dans les années 70 par Michel JEURY à destination des jeunes lecteurs, fraichement rééditée, et qui n’a pas perdu de son intérêt.

 

Mr.C