EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 

A VOIR AUSSI

A VOIR AUSSI

 
 

Les littératures de l’imaginaire se portent-elles si mal ? En tout cas, les acteurs du milieu ont ressenti le besoin impérieux de fonder coup sur coup deux ligues ayant pour objet de défendre ces écrits qui nous sont si chers. Première du genre, la ligue de l’imaginaire, composée entre autres de Maxime Chattam, Bernard Werber ou Henri Loevenbruck.
Tout juste fondée, la ligue Deu rassemble autour de Fabrice Colin et Jérôme Noirez de nombreuses personnalités parmi lesquelles Hervé Jubert, Catherine Dufour, notre jeune collègue Nathrakh et Jean-Philippe Jaworski.

Face à cette initiative des plus enthousiasmantes, nous avons souhaité mettre en lumière la ligue Deu et en apprendre un peu plus sur ses origines et ses intentions.

Le lecteur constatera que si Fabrice Colin et Jérôme Noirez ont accepté de jouer le jeu, ils n’ont peut-être pas toujours été totalement sincères. On notera en particulier la contradiction entre leur réponses aux questions deux et trois. Et le journaliste de payer le prix de son intégrité, lui qui caressait secrètement le doux rêve de rejoindre la ligue Deu et voit sa candidature gratifiée d’un point interrogation suite à cette interview "coup de poing"...

Mais tout ceci n’est finalement que peu de choses tant la passion qui anime les membres de la ligue Deu est grande et ne manquera pas de mener nos genre vers un avenir radieux.
Au commencement était le Verbe, et on le sait seul les mots sont un véhicule digne de nous faire voyager. Alors, place à l’interview !!


Jérôme Noirez et Fabrice Colin : « La fantasy n’est pas une maladie, c’est une force, une chance ! »


Le Cafard cosmique : Votre annonce retentit comme un coup de semonce dans le landernau médiatique, une manière de dire au monde "Coucou, on est là.". Cependant, n’avez-vous pas peur que votre arrogance effraie ?

Jérôme Noirez et Fabrice Colin : Il ne s’agit pas d’arrogance, mais de conviction. Comme vous le soulignez, le milieu de l’ImagInaIre français ronronne ces temps-ci et c’est bien dommage. Nous voulons l’aider à se réveiller et lui dire "n’ayez pas honte. La fantasy n’est pas une maladie, c’est une force, une chance !" Nous voulons que les lecteurs et les fans et les écrivains se réapproprient cette culture et en portent haut l’étendard. Dans nos rêves, tout le monde parle elfique, tout le monde arbore des t-shirts clinquants, et les livres Milady sont étudiés dans les écoles. Cette conviction qui nous cheville le corps au niveau du plexus solaire s’exprime dans l’érection des trois i majuscules du mot ImagInaIre, piédestaux sur lesquels reposent les symboles de notre cause, à la fois moyens et finalités, alpha et oméga : rêve (symbolisé par un dauphin jonglant avec des bulles d’air), force tranquille (symbolisée par une chaise de jardin), création (symbolisée par un oeil surgissant des nuées).

CC : Il n’échappera à personne que la fondation de votre ligue suit de près celle de la ligue de l’imaginaire [1]. Pourquoi cette démarche somme toute peu constructive ? Clivage idéologique, hasard du calendrier ou rancunes personnelles ?

J.N. & F.C. : Vous n’allez peut-être pas nous croire, mais nous n’avons pris connaissance des activités de la Ligue de l’Imaginaire qu’après avoir jeté les bases de notre propre organisation. Nous y avons vu une communauté d’esprit et un signe : nous n’étions pas les seuls à sentir qu’il fallait "se bouger" lol ! Nous avons contacté les membres de cette ligue pour leur proposer des actions communes. Nous attendons toujours leur réponse. Quoi qu’il en soit, il n’existe nulle rivalité entre nous, cette idée est absurde. Nos buts sont grosso modo les mêmes, peut-être seuls nos moyens diffèrent-ils. Nous marchons en tout cas d’un même pas, à la douce cadence du ramasseur de châtaignes à l’ombre des pins landais. Bientôt, nous en sommes persuadés, nos doigts se mêleront à leurs doigts, et, comme Dorothy et ses compagnons, nous suivront en chantant de vieilles ballades la route de briques jaunes de nos imaginations vers l’horizon rose et or.

CC : Ce "Deu" intrigue. Doit-on le prendre comme tel, symbole du mystère et par là-même de l’ImagInatIon qui vous anime ?

J.N. & F.C. : Le deu a été inventé par notre secrétaire qui, malheureusement et pour des raisons de clivage idéologique, a choisi de prendre du recul par rapport à l’organisation. Nous sommes navrés de cette défection d’autant plus que c’était lui qui savait le plus de choses à propos du "deu". Mais disons qu’il s’agit à nos yeux d’un jeu de mots sur le chiffre deu, sans le X - manière de dire, sans doute, que la pornographie est absente de notre démarche ? Nous aimons le chiffre deux ainsi que le chiffre cinq, et de manière générale tous les nombres premiers, qui sont, comme chacun sait, des nombres magiques, des portes mathématiques vers les territoires de l’ImagInaIre.

CC : La ligue Deu fonctionnera-t-elle de manière collégiale, ou avez-vous un leader ?

J.N. & F.C. : Cette question doit être débattue lors d’une réunion de comité mais nous prônons la démocratie. Bien entendu, parfois, il doit quand même y avoir un chef !!! Mais nous sommes confiants quant à nos capacités à nommer un leader mutuellement accepté et qui saura mener notre entreprise d’une main de fer (dans un gant de velours). Après tout, les chevaliers de la Table Ronde n’avaient-ils pas leur Arthur ?

JPEG - 2.2 ko
Colin_Fabrice
JPEG - 2.7 ko
Jubert_Hervé
JPEG - 3.2 ko
Noirez_Jérôme

CC : Votre manifeste s’accompagne de photos individuelles et non de la traditionnelle photo de groupe. D’aucuns y verraient le signe précoce de dissensions internes. Pouvez-vous nous rassurer ?

J.N. & F.C. : Une photo de groupe est prévue mais nous voulons la prendre dehors, dans un jardin par exemple, et une ambiance conviviale et décontractée. Il n’a pas fait souvent très beau au cours du mois de juin et certains de nos membres, de par leur éloignement géographique, n’étaient pas disponibles lorsque le soleil s’est montré. Mais il y aura une photo de groupe, soyez sans crainte !
Nous espérons obtenir la collaboration du photographe des âges farouches, Patrick Imbert, dont l’appareillage techno-optique et l’indéniable talent seront à même de saisir cet instant historique.

CC : Vous annoncez d’ores et déjà de nombreuses actions militantes (création d’un blog [2], livraison d’une anthologie). De quelles ressources (et en particulier financières) disposez-vous pour mettre en œuvre cet ambitieux programme ?

J.N. & F.C. : Les ressources, pour l’instant, sont celles des membres. Certains d’entre nous gagnent manifestement très bien leur vie en tant qu’écrivains ou autres, donc nous ne nous faisons pas de soucis. Par la suite, nous allons tenter de mettre au point des partenariats avec des instances de l’ImagInaIre comme des sites internet dédiés au genre ou, pourquoi pas, des éditeurs. Des contacts ont déjà été pris pour la publication de l’anthologie et nous pouvons dire qu’ils sont très prometteurs, à tel point que l’on songe à présent à produire non pas une mais trois recueils largement ouverts à ces jeunes talents que l’Omerta éditoriale et critique tient depuis trop longtemps à l’écart.

CC : Avez-vous déjà adopté des statues ?

J.N. & F.C. : Nous comptons en effet un sculpteur parmi nos membres mais il ne sculpte pas la pierre, mais le polystyrène. Des effigies pourraient ainsi décorer un éventuel local mais ce point reste à préciser en compagnie de Catherine D. car normalement, c’est son appartement qui devrait tenir lieu de local, en attendant mieux. Jérôme Noirez est également l’heureux propriétaire de plusieurs statues, dont une biche en plâtre et un dauphin en verre soufflé.

CC : Et si la ligue Deu était une plante ?

J.N. & F.C. : La Ligue Deu est toutes les plantes, y compris les algues, les champignons et les lichens qui foisonnent dans les territoires vierges de l’ImagInaIre. Nous avons toutefois un amour particulier pour les renonculacées, tel le bouton d’or, délicieuse fleur champêtre, humble trésor de nos jardins et de nos prairies.


> Le site de la Ligue deu


A LIRE AUSSI :

> La fiche bio / biblio de COLIN Fabrice [et d'autres critiques]

A LIRE AUSSI :

> La fiche bio / biblio de NOIREZ Jérôme [et d'autres critiques]

W(illiam Guyard)


NOTES

[1] Ligue de l’imaginaire qui a déjà confirmé la rédaction d’une anthologie-manifeste, comme le fut Malgré le monde pour le groupe Limite en son temps. On saluera au passage l’emploi d’un média moderne pour cette annonce qui prouve que la ligue de l’imaginaire est décidément bien en phase avec son temps.

[2] En fait, ce blog est déjà en ligne au moment ou vous lirez ces lignes à l’adresse http://la-ligue-deu.over-blog.com/. Quelle réactivité !!!