EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


John WYNDHAM a commencé sa carrière d’écrivain dans les années 30, mais c’est après-guerre qu’il a écrit les romans "cataclysmique" qui ont marqué la SF britannique par leur audace et leur imagination catastrophistes.


De son vrai nom John Wyndham Parkes Lucas BEYNON HARRIS [ben ouais...], il collabore avec des revues comme Wonder Stories et Tales of Wonder, et pioche dans son impressionnant état civil pour se composer de nombreux pseudonymes comme John HARRIS, John BEYNON, Lucas BEYNON, Lucas PARKES ou Johnson HARRIS...

Ses premiers récits, beaucoup de nouvelles et deux romans, ne sont pas inoubliables, proches du space opera ou de l’esprit des pulps américains.

Après la Deuxième Guerre Mondiale, son style se fait plus humaniste, mais aussi plus sombre : il met en scène la fin de notre civilisation face à des dangers monstrueux. L’attaque vient au choix de plantes agressives, d’enfants extra-terrestres, de créatures aquatiques ou de retombées nucléaires.

Systématiquement Londres est en ruines et les humains sont contraints de retourner au stade primitif pour se battre et éventuellement survivre.

Mais WYNDHAM ne fait pas dans le grand spectacle : il se concentre sur les états d’âme de ses personnages face à la menace. Les Humains, plein de préjugés, donnent d’ailleurs souvent autant de fil à retordre aux Héros de l’Histoire que la Menace...

Ses romans rencontre un vif succès populaire dans les années 50, y compris auprès de non-lecteurs de SF, grâce à cet écho qu’il donne aux craintes suscitées par la bombe nucléaire.

Ce genre de romans "cataclysmiques" très britannique a fait des émules entre autres chez J.G.BALLARD ou Thomas DISCH.

WYNDHAM s’est toujours dit inspiré par l’oeuvre de H.G.WELLS qu’il cite dans certains récits. Son oeuvre est assez restreinte mais chacun de ses romans est un plaisir d’émotion et d’intelligence.

Dans ses deux dernieres oeuvres, WYNDHAM s’est intéressés aux enfants, en particulier à ce qu’ils peuvent avoir d’effrayant...


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


- "Les Triffides" ["The Day of the Triffids", 1951] - REED. TERRE DE BRUME / POUSSIERE D’ETOILES

L’attaque de la Terre par une race de plantes extra-terrestres intelligentes et... carnivores. Ok, ça peut sembler débile dit comme ça, mais c’est en réalité, croyez-nous, un roman catastrophe passionnant [cf. la critique en bas de page]

- "Le Village des damnés" ou "Les Coucous de Midwich" ["The Midwich Cukoos", 1957] - ED. DENOËL / PdF

Le paisible village de Midwich est l’objet d’un bien étrange phénomène : ce 26 juillet à 22H17 précises, il s’est endormi sans raison, ainsi que toute vie animale à 3 kilomètres à la ronde.

Ni la police ni l’armée britannique n’y comprennent rien d’autant que le lendemain le village et ses habitants se réveillent comme si de rien n’était.

La mésaventure serait vite oubliée si quelques semaines plus tard toutes les femmes du village en âge de procréer ne se retrouvaient enceintes...

Neufs mois plus tard, 61 femmes accouchent simultanément de 61 beaux bébés à la peau légèrement argentée et aux yeux étrangement dorés...

Avec sa bonhommie et son flegme toute britannique, WYNDHAM nous raconte une histoire proprement terrifiante de possessions extra-terrestre qui fait sombrer un tranquille village de campagne dans la violence la plus extrême...

C’est toute la force de ce récit : une idée puissante, un style simple, sans fioriture et parfois même assez drôle, et des faits terrifiants.

Ce classique du genre a été adapté trois fois pour le grand écran :

  • en 1960 par Wolf RILLA : "Village of the Damned"
  • en 1964 par Anton LEADER : "Children of the Damned"
  • en 1995 par John CARPENTER : "Village of the Damned" [d’où le mauvais double titre aujourd’hui de la traduction française], avec Christopher REEVES et Kirstie ALLEY dans les principaux rôles.

- "Le Péril vient de la mer" ["The Kraken Wakes", 1953] - ED. DENOËL / PdF

- "Les Chrysalides" ou "Les Transformés" ["Re-Birth", 1955] - ED. OPTA



Lire la critique

COMMANDER

Le jour des triffides de John WYNDHAM

[The Day of the Triffids, 1951]

Un beau matin, Bill se réveille dans son lit d’hôpital pour découvrir que le monde entier est... aveugle.

Y-a-t-il un rapport avec le passage de la comète, quelques jours auparavant ? Ou avec les étranges fleurs carnivores mobiles découvertes récemment un peu partout dans le monde ?

Pas le temps de se poser de questions car le phénomène a déjà commencé à anéantir la civilisation humaine...

 

Lire la critique

COMMANDER

Les chrysalides de John WYNDHAM

[The Chrysalids ou Re-Birth, 1955]

Après Les triffides, les éditions Terre de Brume / Poussière d’étoiles poursuivent leur politique "d’exhumation" de John Wyndham, le grand nom du roman catastrophe. Initiative salutaire, quoi que...

 

Mr.C