EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/04/2006

« L’âme du feu » [L’Epée de vérité 5] de Terry GOODKIND

[« Soul of the fire », 1999]

ED. BRAGELONNE, 2006

Par paul muad’dib

La sortie d’un nouveau tome de la saga de Terry GOODKIND est toujours un événement. Ce cinquième tome édité par les éditions Bragelonne ne dérogera pas à la règle. Vêtu de l’illustration de couverture originale et d’une robe noire somptueuse, l’édition de cette série est toujours très soignée. [rendons hommage au passage à l’artiste Keith Parkinson qui est mort d’une leucémie, il n’y a pas très longtemps].


Bref résumé de l’histoire : Dans le tome précédent, Richard avait contracté la peste qui le condamnait à une mort rapide et horrible. Pour le sauver, Kahlan avait prononcé le nom des trois « carillons » sur les conseils de Nathan Rahl le « prophète ». Ces carillons sont des mangeurs d’âmes et des destructeurs de la magie. Sans magie, impossible de résister aux hordes de l’empereur Jajang. Encore une fois Zedd, Richard et Kalhan vont devoir s’engager dans une course contre la montre pour essayer de neutraliser les carillons et préserver le monde des hordes sanguinaires qui se préparent à l’envahir.

Richard et Kahlan arrivent à couler quelques moments de répits dans le village des hommes d’Adobe. Mais tout ne tarde pas à basculer à cause d’un poulet maléfique [en cette période de grippe aviaire, c’est bien vu]. Le poulet et ses mauvaises actions, ainsi qu’une succession d’événements étranges et dramatiques, conduisent à une terrible constatation : les carillons ont franchi la barrière du monde des morts et ont pénétré dans le monde des vivants à cause de Kahlan. Il apparaît pourtant que les conditions ne sont pas vraiment remplies.

Les Carillons, destructeurs de magie sont un fléau pour le monde des vivants, puisque l’unité de celui-ci [comme le souligne Zedd] est en partie maintenue de manière magique. Dalton Campbell est l’assistant personnel du ministre de la civilisation d’Anderith. GOODKIND nous décrit avec précision les manipulations, les jeux de pouvoirs et les manigances auxquelles se livrent les « anderiths » envers les « hakens », tout comme le jeu de pouvoirs et les négociations qu’ils entreprennent avec l’empire de Jajang.

Cette fois encore GOODKIND nous ravit par son talent de conteur d’histoire. L’aventure se lit bien, les personnages sont crédibles et attachants, l’horreur est toujours décrite de manière très réaliste. Bien que ce tome ne regorge pas d’action comme ceux d’avant, il reste néanmoins le premier qui finit en une sorte de queue de poisson, avec une victoire partielle, et des dégâts subits de tous ordre. Il est également le tome qui mène la foi du seigneur Rahl a rude épreuve.


COMMANDER

La déviation de narration matérialisée par le récit dans le récit des avantures de Campbell et des siens, montre clairement la volonté de GOODKIND à appréhender des sujets politiques qui lui tiennent à coeur, et pousser ainsi le lecteur à émettre sa propre réflexion.

En tout cas le plaisir de lecture reste entier, et la suite est attendue avec impatience.