EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 26/08/2000

L’énigme de l’univers de Greg Egan

[Distress, 1995]

ED. ROBERT LAFFONT / A&D, 1997

Par oman

Sur une île artificielle de coraux génétiquement modifiés, au large de l’Australie, Andrew Worth, journaliste à la caméra greffé sur le cerveau se prépare à tourner un documentaire sur Violet Mosala, plus jeune prix Nobel jamais élu, qui cherche à définir une Théorie du Tout, cad l’aboutissement final de toute science et la compréhension complète de notre univers dans toutes ses dimensions...

Le colloque auquel ils assistent tourne à la confrontation physique quand sectes, agents doubles des nations étrangères et mutants se mêlent d’empêcher la définition de cette Théorie finale pour des motifs pas forcément si mauvais...


Andrew Worth est un journaliste scientifique. Il termine son reportage intitulé "Intox ADN", au sujet des manipulations génétiques et de ses dérives potentielles, ce qui lui prend un temps considérable et empiète sur sa vie personnelle, envenimant ses relations avec sa compagne. Sitôt terminé, il doit se rendre sur l’île d’Anarchia, une île artificielle où semble régner une anarchie et où doit se dérouler un grand congrès scientifique pouvant marquer à jamais la Science. Trois grands scientifiques doivent exposer leur théorie du tout...

Pendant ce temps une épidémie s’est déclarée : les malades tiennent des propos délirants à la fois cohérents et incompréhensibles.

Voici d’abord quelques rappels simplifiés dans les grandes lignes sur les théories dont parle Egan.

La théorie du tout.

Un peu de physique des particules.

Nous sommes entourés de particules sur lesquelles s’exercent des forces de différente nature. Les interactions (forces) sont :

  • l’interaction faible qui est responsable de la radioactivité
  • l’interaction forte qui « maintient » les protons et neutrons dans le noyau atomique
  • l’interaction électromagnétique qui est responsable des répulsions des charges + et -
  • l’interaction gravitationnelle qui fait que la Terre tourne autour du soleil.

La difficulté réside dans le fait que l’on cherche une théorie vérifiable par l’observation qui englobe toutes ces interactions.

La théorie des champs unifiés de Heisenberg a permis de lier les interactions aux particules.

Le modèle standard permet de décrire le comportement des particules avec les 3 premières interactions [faible, forte et électromagnétique] et, important, on peut le vérifier par l’observation. Par contre, elle ne permet pas de vérifier la gravitation.
Ce modèle standard repose intègre les théories relativiste et quantique. En gros, la théorie relativiste décrit la physique macroscopique (de la bille jusqu’à la galaxie) et la théorie quantique reste au niveau de la particule.

Ce modèle est incomplet puisqu’il n’inclut pas la gravitation. C’est pourquoi on cherche une théorie du tout, qui serait la solution et qui permettrait d’expliquer l’ensemble de la physique, que ce soit au niveau des particules ou au niveau des planètes.

La théorie de l’information. Cette théorie est en quelque sorte statistique, probabiliste. Elle fait intervenir la notion d’entropie, c’est à dire la quantification de désordre, ou ici, le manque d’information. L’information est la probabilité qu’un événement arrive parmi d’autres. La théorie de l’information fait intervenir la notion de communication entre un émetteur et un récepteur. Ce récepteur doit lire l’information que lui envoie l’émetteur et renvoie une autre information.

Par exemple, si l’information est de type booléen [oui /non], les applications en sont l’informatique [on parle de bit] L’intérêt de cette théorie est surtout dans ses applications pour servir au mieux la société. Encore une fois, c’est une façon de modéliser les événements en fonction de probabilités, du type d’information et de l’entropie ambiante à l’événement.

L’idée de Greg Egan.

Non seulement Egan s’attaque à une théorie sur laquelle le monde physique se creuse la tête depuis un siècle, mais il nous décrit une théorie du tout qui engloberait également la théorie de l’information. Sa TDT est incroyable car elle expliquerait les mystères de l’univers. Un truc de fou, en gros !

Bien entendu, ce roman n’est pas une description de cette théorie, ce n’est pas du tout un verbiage pompeux théorique, physique, quantique ou autre mot en « ique ». Non, ce roman se met au niveau du lecteur moyen pour qui la physique n’est pas sa tasse de thé.

Vision sociale et philosophique.

Egan fait un état des lieux de notre époque également. Il fait le point sur l’intégrisme religieux ou sectaire, par exemple, en mettant en place des sectes qui adulent telle ou telle vision de la TDT. Il nous parle de ces sectes de manière juste, décrit les mouvements radicaux et modérés au sein d’une même secte et les luttes de pouvoir, nous montrant à quel point les choses ne sont pas si simples pour réformer, incliner un groupe de fanatiques.

Il nous parle de sexe, ou plutôt des sexes. Notre société déjà aujourd’hui n’est plus constituée de deux sexes : les hétérosexuels males et femelles, les homosexuels mâles et femelles. Soient 4 genres. A ceci il ajoute d’autres genres : les ultra mâles et ultra femelles, versions hard des hétéros, et les asexes.

Ce dernier genre est le plus intéressant, car au delà du fait que les attributs sont éliminés et réduits au minimum fonctionnel, l’état d’asexe est aussi spirituel : élimination de la libido, le sexe ne signifie plus rien, les relations ne veulent plus rien dire.

Ecologie, politique, génétique : il y a autant à développer sur ces thèmes.

Egan et ses univers.

Comme dans isolation, Egan nous dresse un futur [très proche] où les hommes sont dotés de mods pour la recherche, ou bien les journalistes ont des caméras directement implantées dans le corps, reliées au nerf optique. L’information passera de manière surprenante...

Encore une fois écrit à la façon d’un polar, ce roman ravira tout type de lecteur de SF, pour des raisons parfois complètement différentes. Ce roman est impressionnant et visionnaire. Un beau chef d’œuvre. Beaucoup d’autres thèmes sont à découvrir par vous-mêmes.


COMMANDER

Greg Egan imbrique les thèmes des manipulations génétiques [l’invention des 6 genres sexuels humains est étonnamment... crédible] et une intrigue mathématique de haute volée autour de l’équation finale de l’Univers qui donne le vertige...

Encore une fois, tout en manipulant des notions scientifiques ardues, Egan réussit à nous embarquer dans un univers qui n’est qu’une projection du nôtre et qui répond à des questions très actuelles sur l’écologie, l’organisation politique (cf. la société de l’ïle artificielle Anarchia), et l’avenir de la race humaine.

Un roman dense, riche, et intense...