EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 18/03/2007

« L’été d’Helliconia » de Brian ALDISS

[« Helliconia summer », 1983]

ED. ROBERT LAFFONT / AILLEURS ET DEMAIN, MARS 2007

Par Soleil vert

Après la réédition du premier volume du cycle Helliconia paru en juin 2006 dans la collection Ailleurs et Demain, Gérard Klein livre aujourd’hui le second tome


Comme le titre l’indique, c’est donc l’été sur Helliconia, c’est-à-dire l’époque de l’année [la Grande année dure plus de 1800 ans rappelons-le] ou la planète géante est à son périhélie par rapport à Freyr.

Après Pannoval et Orlorando dans le livre précédent, Aldiss a situé cette fois son intrigue au royaume de Borlien et dans une moindre mesure à Sibornal, dans les terres froides du nord.

Le roi de Borlien, JanolAnganol, essaye désespérément de se maintenir sur son trône. Après une défaite contre Darvlish le Crâne, un seigneur de guerre qui a réunit des peuplades du sud de Borlien, il tente une alliance avec Orlorando pour s’opposer à ses ennemis traditionnels Pannoval et Sibornal. Il va pour cela se séparer de la Reine MyrdemIngalla et ce sera le point de départ d’un final rocambolesque au terme duquel JanolAnganol héritera de deux royaumes [à cet égard le texte de 4ème de couverture pourrait être corrigé].

Autour de l’intrigue principale se nouent des récits secondaires, comme la fuite en Sibornal de l’ex chancelier du roi JanolAnganol et la courte et mortelle randonnée [sic !] de Billy, un jeune humain issu de l’Avernus [le satellite d’observation des Terriens], amoureux de MyrdemIngalla.

Les phagors ne sont pas oubliés : réduits en esclavage, ou protégés par le Roi, ils attendent le retour de le froidure pour éliminer les humains.

« Il n’ y avait qu’un point sur lequel l’homme infaillible qu’était le Conseiller de Billy se trompait. Il parlait du long repos qu’allait connaître Billy. Mais l’ensemble du drame organique dont l’humanité faisait partie avait pour scène la vaste explosion continue de l’univers. D’’un point de vue cosmique il n’ y avait aucun repos nulle part, aucune stabilité, simplement l’incessante activité des particules et des énergies. »


COMMANDER

Ce volume semble mieux construit que le précédent. Il est vrai que les métamorphoses fascinantes du premier tome en sont absentes et que l’auteur se livre tout entier à ses personnages et leur destin.

On pourra souligner une certaine lenteur. Mais en réalité, le terme "majestuosité" convient mieux. On admirera l’habileté de ALDISS à entrelacer les Temps, Temps des humains, Temps d’Helliconia, à compléter par petites touches la description de l’écosystème, à construire un univers cohérent.

Vous n’avez aucune excuse pour ne pas lire la suite de ce cycle exemplaire. Que dire d’autre ? Vivement l’hiver !


A LIRE AUSSI : La critique des tomes 1 et 3 de la trilogie :