Cette année, nous avons décidé de penser à ceux qui partent en vacances ET à ceux qui ne partiront pas [1 Français sur trois]. C’est pourquoi nos conseils de lecture estivales sont organisés par destination.

Que ceux qui ont la chance de voyager se rapportent à la zone géographique visée, et ils auront la joie de faire correspondre le cadre de leur été et celui de leurs lectures [wouaoouuu, génial !].
Que ceux qui restent chez eux ou ne voyagent pas plus loin que chez grand-maman, trouvent une consolation dans l’évasion littéraire - et dans la satisfaction secrète de ne pas avoir à supporter les touristes allemands et l’odeur de la crème bronzante à la noix de coco.
En espérant que chacun y trouve son visa pour ailleurs...


DESTINATION : L’AFRIQUE

Voir des éléphants et des zèbres ailleurs qu’au Parc de Thoiry, c’était votre rêve ? Vous voici parti pour la savane de l’Afrique australe. Emportez avec vous « Le trône d’ébène » de Thomas DAY [Le Bélial], biographie fantasmée du célèbre Chaka Zulu, l’empereur zoulou qui unifia son peuple, s’opposant de fait à la colonisation britannique. Ceux qui ont aimé sa saga médiévalo-japonaise retrouveront ici sa facilité à digérer l’Histoire, les coutûmes, les légendes et le vocabulaire d’une civilisation. Avec en bonus un indéniable talent de conteur.

Si les contes de griots vous font somnoler, choisissez « Zoulou Kingdom » de Christophe LAMBERT [Fleuve Noir/RVA], carambolage spatio-temporel qui voit les Zoulous se téléporter par magie noire dans le Londres du début du XIXème siècle. Spectaculaire, sanglant, riche en péripétie et en scènes de bravoure, un roller-coaster africain plutôt réjouissant.

DESTINATION : LE MOYEN-ORIENT

Vous n’avez pas froid aux yeux et cette année, c’est décidé, vous partez aux portes du désert, vers ces sites mythiques qui virent la chute de grandioses civilisations. Est-ce par bravade, ou parce que la jupette de Brad Pitt dans « Troy » vous a donné envie de mieux connaître la Mésopotamie, vous voici en Irak : c’est le moment de vous plonger dans le dernier Paul J. McAULEY, « Glyphes » [R.Laffont / A&D] : roman d’aventure mené tambour battant, c’est aussi une intrigue redoutable bâtie autour de mystérieux signes aux pouvoirs effrayants. Rites chamaniques, sectes, espionnage, un cocktail sacrément efficace qui aboutit dans le nord de l’Irak.

Sinon, autre possiblité pour cette zone géographique : « Les puissances de l’invisible » de Tim POWERS [J’ai Lu], un roman d’espionnage mâtiné de fantastique, qui vous fera sillonner la planète du Paris de l’Occupation au sommet du mont Ararat. Un fond historique parfaitement respecté sur lequel POWERS brode avec beaucoup de finesse une guerre souterraine entre grandes puissances pour la maîtrise des esprits magiques... Un très bon bouquin, récemment réédité au Livre de poche.

Enfin, vous avez aussi la possibilité d’entamer la nouvelle séquelle infligée par de Brian HERBERT et Kevin ANDERSON au célèbre Cycle de papa HERBERT : « Dune, la Genèse Tome 1 » [Pocket SF] est en l’occurence une préquelle qui explique comment, 10 000 ans avant les événements de « Dune », la tyrannie des Machines Intelligentes a déouché sur le Jihad Butlérien, donnant ensuite naissance aux Grandes Familles et aux Ordres comme le Bene Gesserit et les Mentats.
Mais évidemment, tout en restant les pieds dans le sable, vous pouvez profiter de l’été pour replonger dans le célèbre « Cycle de Dune »... depuis quand ne l’avez-vous pas relu ?

DESTINATION : LA GRANDE-BRETAGNE

Alors que les masses se précipitent vers le sud, le soleil et les petits poissons, vous fuyez dans l’autre direction, vers le nord, la pluie et les petits moutons. Votre meilleur compagnon de lecture pourrait bien être alors « L’âge des lumières » de Ian R. MacLEOD [Denoël/Lunes d’encre], l’un de grands romans de l’année écoulée, qui voit la montée la révolte dans une Angleterre victorienne prématurément industrialisée grâce à la découverte de l’éther, magique source d’énergie souterraine. Du steampunk hautement littéraire, exigeant mais superbe.

Très indiqué également, dans un genre mélancolico-bizarroïde, « Une femme sans histoire » de Christopher PRIEST [Folio SF] : Alice Stockton s’interroge sur les raisons de l’assassinat de sa voisine, écrivain mal-vue par le régime en place, tout comme elle. Lorsque un homme se présente comme le fils de feu la voisine, les pistes se brouillent, les réalités sont opaques et PRIEST nous hypnotise.

Enfin, si vous vous sentez d’humeur massacrante, optez pour « Le jour des triffides » de John WYNDHAM [Folio SF] : des plantes extra-terrestres passent à l’attaque après avoir rendu 90% de l’Humanité aveugle ! L’argument, qui pourrait être grotesque, donne en réalité lieu à un suspens réussi qui pose la question de la survie et de la fraternité. L’un des chef-d’oeuvres de la tradition cataclysmique britannique.

DESTINATION : LA FRANCE !

Pourquoi partir au bout du monde ? Il y a largement de quoi faire dans notre beau pays... si vous arpentez cet été les châteaux de Dordogne et si un petit bout de voyage temporel vous tente, ne laissez pas passer le meilleur roman de fantasy francophone de l’année : « Janua Vera » de Jean-Philippe JAWORSKY [Les Moutons Electriques] : sept destins qui se croisent dans un moyen-âge sombre et guerrier, sept personnages mis en mots avec une langue d’une grande beauté. L’auteur maîtrise son sujet, l’époque, ses us et ses travers le passionnent, et on apprécie ses érudites références, de Chrétien de TROYES à TOLKIEN. Brillant et captivant.

Et si votre route croise les traditionnels feux de forêts du sud du pays, vous resterez dans l’ambiance avec « Fournaise » de James Patrick KELLY [toujours aux Moutons Electriques], une courte dystopie brûlante où les flammes deviennent un outil de lutte politique contre un régime pastoral réactionnaire.

DESTINATION : HELLICONIA

Destination méconnue des lignes aériennes - même EasyJet n’offre pas encore de vols - Helliconia vaut pourtant toutes les destinations du monde : terriblement glacial pendant son hiver de 1000 ans, la planète Helliconia imaginée par Brian ALDISS traverse ensuite un printemps rapide pour déboucher sur un été torride long de dix siècles lui aussi. Il faut dire que cette planète tourne autour de deux étoiles, la massive Freyr et la petite Batalix... d’où cet étrange rythme des saisons, qui privilégie à tour de rôle deux espèces intelligentes très différentes, les hommes et les phagors.
Toutes les saisons en une seule villégiature, grâce à ce planet-opera trilogique incontournable, récemment édité chez R.Laffont / A&D.

DESTINATION : AILLEURS

Incorrigible rêveur, vous ne pouvez vous contenter de destinations terriennes : suivez donc Robert C. WILSON dont le « Spin » [Denoël / Lunes d’encre] obture le ciel pour enfermer les humains sur une planète aveugle et condamnée. Panique, bouleversements géopolitiques, émotions de trois amis d’enfance, saisis au coeur des changements du monde. L’un des meilleurs romans de WILSON, « Spin » [PRIX HUGO 2006] mène droit à l’introspection... et aussi à une contrée inconnue que nous visiterons sans doute dans un très attendu tome 2.

Plus lyrique, et plus venteux aussi, « La horde du contrevent » de Alain DAMASIO est parue en poche, ce qui rend enfin accessible au plus grand nombre cette épopée poétique et superbe ; vingt-trois hommes et femmes liés dans leur remontée d’une planète plane contre un vent permanent aux formes multiples ; la traversée de contrées ravagées et de cités célestes, et une permanente recherche de style et de vocabulaire qui impressionnera longtemps l’esprit du lecteur. [GRAND PRIX DE L’IMAGINAIRE 2004]

Vernor VINGE, grand maître américain du space opera, a un peu déçu avec son récent « Rainbow Ends » [R.Laffont/A&D]. On ne peut donc que vous renvoyer à ces deux romans précédents, deux chefs-d’oeuvre du genre : « Un feu sur l’abîme » [PRIX HUGO 1993] et « Au tréfond du ciel » [PRIX HUGO 2000], (avec une petite préférence pour le premier), deux pavés d’évasion pure, intelligents et bourées d’idées novatrices. Du grand art.

Pour finir, un autre space-opera qui arrache bien et repose les nerfs : le dyptique « Succession » de Scott WESTERFELD est paru ces mois derniers directement en poche chez Pocket SF : priorité au sens of wonder avec batailles galactiques, intelligences artificielles, effondrement d’Empire avec un "E" majuscule, et une secte pro-machine qui s’avère redoutable.

Jouissif et pas fatigant, peut-être ce qu’il vous faut pour souffler un peu cet été ?


Mr.C