EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Des nouvelles brillantes, une série à succès, « F.A.U.S.T. », Serge LEHMAN est dans les années 90, l’auteur dont on parle et qu’il faut avoir lu, le chef de file d’une nouvelle génération d’auteurs français.

Pourtant LEHMAN c’est aussi des projets de romans inaboutis, une abition littéraire mal maîtrisée, et un ego surdimensionné qui finit par museler son talent, d’où une profonde angoisse de la page blanche qui le rend complètement silencieux pendant six ans...

Serge LEHMAN nous est enfin revenu en 2005 avec un recueil de grande qualité, « La Machine à remonter les rêves », peut-être une étape vers la résurrection ?


Auteur à éclipses

C’est en lisant « Voyage au centre de la Terre » de Jules VERNE à 9 ans que le petit Pascal FREJEAN - son vrai nom - se prend de passion pour les récits de science-fiction. Il l’aurait lu et relu sept fois en sept jours ! La bibliothèque de son oncle, remplie de romans de SF, sera pour lui une caverne d’Ali Baba. Et lorsqu’il découvre la collection "Anticipation" à la bibliothèque municipale, c’est une révélation.

Très jeune il écrit ses premières histoires, largement inspirées de Jules VERNE, des aventures de Guy L’Eclair et d’une série pour ado qu’il adore, « Langelot Agent secret »... En grandissant, il apprécie les grands classiques américains publiées chez J’AI LU, VAN VOGT, VANCE, STURGEON, SIMAK, DICK, etc.

Une scolarité sans étincelle et le voici en Hypokhâgne... pour une année seulement : les études l’ennuient, il à d’autres choses en tête [les filles, la musique, des projets de BD, la SF...]. EN 1984, le voici employé dans une librairie parisienne spécialisée BD et SF, où il restera trois ans, avant de reprendre ses études, cette fois en Histoire - jusqu’à la Maîtrise.

Entre-temps, il a achevé son premier roman, « La Loi majeure », qu’il signe du pseudonyme de Don HERIAL. Il réussit à se faire publier au Fleuve Noir, et obtient un certain succès public. Un deuxième roman suit, « Hydres ». Puis un troisième, « L’Espion de l’étrange », sous le nom cette fois de Karel DEKK. Dès lors, il cherche à inscrire ses romans à l’intérieur d’une même Histoire des temps futurs, sur le modèle de Cordwainer SMITH.

L’avenir lui sourit, mais notre auteur va subir ses premières éclipses. Son ambition littéraire, et quelques sentences un peu trop définitives lui valent quelques ennemis. Il est tenté de lancer une nouvelle collection avec la maison d’édition l’Archipel, mais celle-ci finit pas abandonner le projet ; et Fleuve noir, fâché, lui ferme ses portes. Sans éditeur, LEHMAN est contraint de publier certaines de ses meilleures nouvelles, comme « Un Songe héliotrope », « En attendant le gel » ou « Dans l’abîme » [Grand Prix de l’Imaginaire 1994], dans des fanzines. Parallèlement, il passe le concours de l’IUFM et enseigne dans des lycées.

En 1995, LEHMAN renoue avec le Fleuve Noir, d’abord pour la collection « Frayeur », avec le roman « Le Haut Lieu » ; puis un an plus tard, pour un retour à la SF, avec le premier volume du cycle de « F.A.U.S.T. » , le premier roman qu’il signe Serge LEHMAN. Mettant en scène une sorte de super-espion dans un monde futuriste ultra-capitaliste assez simpliste, « F.A.U.S.T. » n’est pas une révolution dans la SF, mais le succès est au rendez-vous, et un Grand Prix de l’Imaginaire 1997 couronne le tout. Deux autres tomes suivront.

Tout va bien pour LEHMAN. Les revues qui réapparaissent sur le marché, comme Galaxies ou Bifrost, lui ouvrent leurs pages. Son recueil, « La Sidération » lui permet de réorganiser son Histoire du futur. L’anthologie qu’il dirige ensuite, « Escale sur l’horizon » est saluée comme une nouvelle étape vers l’apparition d’une nouvelle génération d’auteurs de SF français.

« Aucune Etoile Aussi Lointaine », en 1998, lui permet d’exprimer une vraie patte, poétique, sensible et stylée - lui que l’on considérait meilleur novelliste que romancier, gagne ses admirateurs. Mais une seconde éclipse approche.

LEHMAN n’est pas bien dans sa plume, il hésite entre différents projets éditoriaux, ne parvient pas à terminer « F.A.US.T. » 4... Finalement, il se tourne vers d’autres cieux : il co-écrit le script du film « Immortel » pour BILAL, accepte un projet avec le dessinateur DRUILLET, et entame une chronique dans le journal L’Humanité.

En 2001, il se lance dans un nouveau roman de SF, « Métropolis », mais, insatisfait, il finit par jeter le manuscrit... La crise durera trois années. C’est en 2005 seulement que LEHMAN refait surface en écrivant une nouvelle pour l’anthologie hommage à Jules VERNE, « La Machine à remonter les rêves ».

Enfin, « Le Livre des Ombres », recueil publié en 2005, lui permet de refondre son Histoire du futur en rassemblant certaines de ses meilleurs nouvelles. Ce qui permet au passage de redécouvrir l’auteur et toute son inventivité. Seul l’avenir dira maintenant si l’éclipse est terminée et si LEHMAN a encore des rêves de SF à nous livrer.


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


ROMANS :

  • « La loi majeure » [ED. FLEUVE NOIR / ANTICIPATION, 1990]
  • « Hydres » [ED. FLEUVE NOIR / ANTICIPATION, 1990]
  • « Espion de l’étrange » [ED. FLEUVE NOIR / ANTICIPATION, 1990]
  • « Le Haut-lieu » [ED. FLEUVE NOIR / FRAYEURS, 1995]
  • « Wonderland » [ED. FLEUVE NOIR / ANTICIPATION, 2000]
  • « L’ange des profondeurs » [ED. FLEUVE NOIR / SF, 1997]

  • « Aucune étoile aussi lointaine » [ED. J’AI LU / MILLÉNAIRES, 1997]

Le lecteur fidèle sait combien le Cafard cosmique a pris des pincettes avec l’oeuvre de Serge LEHMAN, considérant que son style était trop puéril et manichéen pour être réellement digne de l’intérêt incroyable qui lui fut porté - si l’on en juge par les chiffres de vente.

Aujourd’hui, après la lecture d’"Aucune étoile.." le Cafard avoue sa surprise : c’est un bouquin très réussi, accrocheur, inventif, bien mené. Le ton est même d’une grande poésie sur la fin. On regrette cependant une première partie atrocement lente : ce n’est qu’au bout de 100 pages que l’odyssée d’Arkadih démarre vraiment.

Mais ensuite le voyage est superbe, et de planète en amas gazeux, LEHMAN décrit de très belles civilisations extra-terrestre, à la fois gracieuses et cohérentes. Conclusion : le roman n’est pas parfait, mais vaut réellement le détour. Et LEHMAN se bonifie avec le temps.

  • Le cycle de « F.A.U.S.T. »
    • « F.A.U.S.T. » [ED. FLEUVE NOIR, 1996]
    • « Les défenseurs » [ED. FLEUVE NOIR, 1996]
    • « Tonnerre lointain » [ED. FLEUVE NOIR, 1997]

NOUVELLES :

  • « Le Livre des Ombres » [ED. L’ATALANTE, 2005], le meilleur recueil de S. LEHMAN
  • « Escales sur l’horizon » [ED. FLEUVE NOIR, 1998], anthologie réunie par S. LEHMAN

LES OEUVRES DE SERGE LEHMAN SUR AMAZON.fr



Lire la critique

COMMANDER

Retour sur l’horizon de Serge Lehman

Attendu de pied ferme par toute une communautés de lecteurs transis à l’idée de se frotter à la fine fleur de l’imaginaire francophone, Retour sur l’horizon fait partie des pavés appelés à faire date. Et comme on le constatera plus bas, le recueil émerveille autant qu’il déçoit.
Paradoxe ? En SF, rien n’est moins sûr.

 

Lire la critique

COMMANDER

« Le Haut-Lieu et autres espaces inhabitables » de Serge LEHMAN

Auteur prolifique, loué et primé dans les années 1990, Serge LEHMAN a par la suite connu un assez long passage à vide, et bon nombre de ses œuvres, le temps passant, devinrent quasi introuvables. Il fallut en gros attendre Le Livre des ombres, en 2005, pour que l’auteur refasse surface, revisitant à l’occasion de ce volumineux recueil une bonne part de sa production science-fictive, dessinant une vaste et complexe « histoire du futur ». Depuis, l’auteur s’est à nouveau fait relativement discret [à la différence, sans doute, de l’anthologiste, du théoricien et du scénariste... bon, d’accord...]. Mais il nous revient aujourd’hui avec Le Haut-Lieu et autres espaces inhabitables, un nouveau recueil qui, s’il ne comprend qu’un seul inédit déjà ancien, nous offre néanmoins six textes remarquables, parfois largement retouchés pour l’occasion.

 

Lire la critique

COMMANDER

« Chasseurs de chimères », anthologie présentée par Serge LEHMAN

Quels sont ces chasseurs de chimères qui s’avancent masqués par une illustration de Gustav KLIMT représentant Hygie, déesse de la Guérison ? Quel mal convient-il ainsi de guérir ? A ces questions, le sous-titre apporte une réponse prompte et claire : il s’agit de restituer à la science-fiction française son âge d’or. L’intention est louable et l’œuvre monumentale. Au regard du résultat - cette anthologie -, le lecteur et, accessoirement, le chroniqueur, doit avouer son émerveillement.

 

Lire la critique

COMMANDER

"Le Livre des ombres", recueil de Serge LEHMAN

ED. L’ATALANTE / LA DENTELLE DU CYGNE, 2005

Voilà un pavé hallucinant : 699 pages ! 27 nouvelles ou novellas retraçant littéralement la totalité d’un univers ou s’entremêlent l’Histoire, les histoires d’hommes et de civilisations, la politique et les rêveries. Comment résumer un tant soit peu un bouquin aussi touffu ? Autant commencer par présenter le cadre, que dis-je, la Cosmogonie de cet univers.

Disons qu’au début était le Verbe, ou plutôt deux univers, dont l’un ne veut pas mourir : l’Avatar, qui cherche à préserver son ordre propre. Et voilà comment commence une grande lutte, qui embrasse les siècles et l’espace...

 

Mr.C