EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI

 
 

LEM est sans doute l’auteur polonais le plus connu en dehors de son pays, et également l’auteur de science-fiction non anglophone le plus publié au monde. Ses livres, dont le best-seller "Solaris", adapté deux fois au cinéma - ont été traduits en 40 langues et ont atteint dans leur totalité 27 millions d’exemplaires.


Étudiant en médecine dans les années 40, il devient mécanicien lorsqu’au début de la deuxième guerre mondiale, les Nazis envahissent la Pologne [sans difficulté, les chars d’assaut d’Allemands n’affrontant que les chevaux de la cavalerie polonaise...]

LEM n’évite la déportation que grâce à ses faux papiers qui dissimulent ses origines juives. Il participe à quelques actions de résistance comme messager.

Après que les Russes ont libéré le pays, il reprend ses cours de médecine. Mais sa ville natale faisant désormais partie des territoires annexés par l’Union Soviétique [Lvov est aujourd’hui en Ukraine], il déménage avec sa famille à Cracovie en 1946.

Diplômé de médecine, il se lance dans la recherche et commence à écrire à ses heures perdues. Il publie des nouvelles dans des magazines. Sa première nouvelle sera "Un Homme sur Mars".

Son ton trop libre lui attire les foudres des autorités communistes : il est interdit d’écriture et exclu de l’Union des Ecrivains. Pour pouvoir écrire à nouveau, il s’oblige à respecter l’optimisme de bon aloi désiré par la censure... au moins pendant quelques années. Son premier roman paraît en 1951, et peu à peu, dans les années 60, il se libère du carcan mental soviétique, profitant du peu de crédit accordé à la SF par les autorités polonaises pour approfondir sa réflexion philosophique et politique.

Son imagination lui vaut un certain succès, notamment avec son roman le plus populaire, "Solaris", publié en 1961. LEM y décrit le voyage d’un humain sur une planète entièrement recouverte d’eau qui se révèle être une forme d’intelligence extraterrestre. Il y développe une réflexion sur les limites de la compréhension humaine et l’incommunicabilité, thème qu’il reprendra aussi dans "La Voix de son Maître".

LEM est aussi l’auteur de nombreuses nouvelles, souvent écrites avec davantage d’humour, comme par exemple "La tragédie des machines à laver" ou les loufoques aventures de l’astronaute Ijon Tichy.

Stanislaw LEM [que les éditeurs français persistent à appeler Stanislas] est également membre fondateur de la société polonaise d’astronautique.

Passionné de philosophie, d’astronautique, de cybernétique, de physique et de biologie, il a publié, à côté de ses romans et nouvelles de Science-fiction, des ouvrages de prospective et des essais philosophiques où il s’interroge sur l’éthique et le progrès technologiques.

Tantôt très scrupuleux au réalisme scientifique de ses romans, tantôt délirant à la Boris VIAN, parfois poète, parfois philosophe, parfois sarcastique, Stanislaw LEM est un auteur d’une richesse rare.

Après 81 et l’instauration de la loi martiale en Pologne, LEM a fuit son pays qu’il n’a retrouvé que sept ans plus tard. Il s’est installé en Pologne et a continué de publier, en s’éloignant de la sf pour s’intéresser davantage à la prospective sociale.

Stanislaw LEM a reçu en 1970 un prix pour son apport à la popularisation de la culture polonaise à l’étranger. Il est mort lundi 27 mars 2006, à Cracovie.


BIBLIOGRAPHIE CHOISIE


  • "Solaris" ["Solaris", 1961]

Au-dessus de la planète "Solaris" flotte une station spatiale. Tous les êtres humains qui y sont nommés en mission en reviennent avec de graves problèmes psychologiques.

Envoyé là-bas pour résoudre ce mystère, un scientifique va découvrir que le mystérieux océan pensant qui recouvre Solaris tente de communiquer... notamment en donnant vie à des images issues du passé de ses interlocuteurs.

Le chef-d’oeuvre de Stanislaw LEM, une réflexion sur l’incommunicabilité entre espèces intelligentes, sur la méthodologie de la science et les limites de l’oubli... [cf. la critique en bas de page]

  • "Le Congrès de futurologie" ["Kongres Futurologiczny", 1968]

A la fin du XXe siècle. En voyage au Costaricana, pour assister au congrès de futurologie, le Pr Tichy est pris dans une quasi-insurrection et se réfugie dans les égouts. Il ne reprend ses esprits qu’en 2039 - quarante ans après - pour constater que la psychimie règne sur le monde.

  • "Mémoires trouvés dans une baignoire" ["Pamietnik Znaleziony W Wannie", 1961]

Dans les ruines souterraines du Dernier Pentagone, on a découvert les Mémoires d’un agent secret de l’ère du Nogène. Retranchés dans l’Edifice, les ultimes défenseurs de la dynastie présidique d’Ammer-Que élaborent des plans complexes et vains. Dans ce monde de mensonge et de double-jeu, l’agent secret cherche un sens à sa mission... LEM construit un enfer administratif labyrinthique à la KAFKA qui tient du cauchemard et du pamphlet politique.

  • "La voix du maître" ["Glos Pana", 1968]

Le gouvernement américain est inquiet : un charlatan a enregistré un message interplanétaire et l’a diffusé à grand fracas dans le pays. Le document récupéré, un centre de recherche est mis sur pied, groupant trois mille savants espionnés jour et nuit, afin de créer un monstre "colloïdal" permettant de communiquer avec la mystérieuse étoile. Les savants vont-ils aboutir sans courir un danger mortel ?

  • "Les Contes inoxydables" ["Ksiega Robotownnn", 1961]
  • "La Cybériade" ["The Cyberiads", 1965]
  • "Les mémoires d’Ijon Tichy"


Lire la critique

COMMANDER

"Solaris" de Stanislaw LEM

["Solaris", 1961]

Solaris, un monde découvert il y a plus d’une centaine d’années, se révèle être le plus grand mystère scientifique de tous les temps. Un monde recouvert d’une mer aux reflets étranges. C’est ici que Kelvin est envoyé, auprès de trois scientifiques, qui malgré le mystère de plus en plus épais, tentent d’en percer les rouages.

C’est ici que Kelvin sera confronté à des événements de plus en plus étranges. Hallucinations ou phénomènes bien réel ? La réponse se trouve peut-être sur la planète...

 

Mr.C