EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

 
 
Première publication le 01/04/2006
Publié le 24/10/2009

La Nef des fous de Richard-Paul Russo

1ERE ED. FR. AU BELIAL’, MARS 2006 - REED. POCKET, OCT. 2009

Par PAT

Œuvre d’un auteur surtout connu pour ses polars SF, La Nef des fous est une réussite à défaut du chef d’œuvre attendu. Avec beaucoup de roublardise et une étonnante maîtrise de la narration, Richard-Paul Russo captive le lecteur en utilisant pourtant des ficelles éculées.

Ainsi, l’action implique plusieurs mystères assez fascinants qui trouvent (ou pas) une explication au cours du roman. De fait, il est difficile de lâcher La Nef des fous avant la dernière ligne, particularité qui caractérise les page-turners les plus efficaces.


Au départ, on hérite d’un scénario SF assez classique : un énorme vaisseau spatial très ancien, peuplé de plusieurs milliers d’individus, poursuit sa route dans l’espace.
Véritable « vaisseau-monde », l’Argonos est un navire sans mission, sans but précis, dont les différentes générations d’humains qui l’habitent ont oublié l’histoire. Crée par qui, où et dans quel but ? Premier mystère, laissé volontairement sans réponse. On pense inévitablement à Croisière sans escale de Brian Aldiss, sauf qu’avec Russo, les protagonistes savent parfaitement à quoi ils ont affaire.

La société évoluant à l’intérieur de l’Argonos est assez stratifiée, avec ses citoyens de bas niveau et ses VIP, statu quo social déséquilibré qui entraîne une mutinerie bien pratique pour décrire l’ambiance à bord du vaisseau et présenter les personnages.

Russo prend le temps de donner corps et vie à des individus attachants et profondément humains. On trouve Nikos, le capitaine, bientôt en disgrâce et en proie aux affres de la solitude. L’évêque Soldano, homme de pouvoir, inquiétant et sombre, véritable Richelieu du bord. Le « père » Véronique, femme de foi, victime du doute. Pär, le nain planteur de café, sans oublier Bartoloméo, héros principal du roman, phocomèle difforme affublé d’un exosquelette de soutien et de prothèses de bras.

Le deuxième mystère se situe sur la planète baptisée sommairement Antioche : bien décidé à explorer ce monde dont l’Argonos a capté des transmissions inexpliquées, Nikos envoie un petit contingent sur la terre ferme, histoire de savoir de quoi il retourne. Sur Antioche, Bartoloméo et le père Véronique font une macabre découverte. Des bâtiments sombres qui renferment des milliers de squelettes, tous accrochés à de sinistres crochets.

Génocide, suicide collectif ? Les choses ne s’arrêtent évidemment pas là. Après avoir quitté Antioche, l’Argonos doit faire face à un troisième mystère, sans doute encore plus fascinant : un étrange vaisseau spatial, gigantesque et résolument étranger, est repéré. Apparemment inerte, il va faire l’objet d’une minutieuse exploration, qui, on s’en doute, ne sera pas de tout repos.

Classique et prenante, cette seconde partie du roman rappelle Rendez-vous avec Rama et Alien, de par l’excitation et la terreur que ressent le lecteur au fil des découvertes et des révélations.


COMMANDER

Comme on pouvait le craindre depuis le début, La Nef des fous peut décevoir par un côté volontairement explicatif qui ôte une certaine part de poésie.
Fort heureusement, Russo prend soin de ne pas trop en révéler, ce qui laisse le lecteur agréablement sur sa faim. Malgré certains clichés, le texte reste un excellent roman d’aventures, peuplé de personnages troublants et fouillés.

Un bon cru pour une littérature avant tout distrayante, mais toujours intelligente.