EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 04/03/2007

« La foi des réprouvés » [L’Epée de vérité 6] de Terry GOODKIND

[« Faith of the fallen », 2000]

ED. BRAGELONNE, JANV. 2007

Par paul muad’dib

Kahlan est aux portes de la mort. Richard qui, plus que quiconque, se méfie des prophéties, a soudain une vision : il doit emmener Kahlan à l’écart de l’armée qui les protège et abandonner son peuple à son funeste destin. Kahlan refuse cependant d’abandonner la cause des Contrées du Milieu. Elle viole la prophétie et rompt le dernier serment qu’elle avait fait à Richard. Au bout du compte, elle se retrouvera face à l’architecte de la terreur qui balaie le pays : l’empereur fou, Jajang, Celui qui marche dans les rêves, qui a juré de déverser sa rage sur le Nouveau Monde....


L’histoire : Après un tome 6 de transition, dans lequel la narration était partagée entre les choix politiques et moraux du royaume Anderith et la lutte de nos héros contre les "carillons" qui ont été malencontreusement lâchés dans le monde des vivants et qui anéantissent peu à peu toutes les formes de magies, GOODKIND recentre le cycle autour de nos deux héros : Richard et Kahlan.

Rappelez vous : Richard s’est déplacé en Anderith pour essayer d’y retrouver un livre de voyage d’un ancien sorcier de guerre, qui contiendrait la solution pour bannir les carillons de la surface de la planète. Sur place, il s’est rendu compte que des émissaires de l’ordre impérial s’était déplacé dans le royaume pour tenter de le rallier à leur cause. Richard dans un souci d’équité tente de soumettre son idéal de liberté au choix de la population du royaume face à celui de l’ordre impérial.

Parvenant à triompher des carillons, il garde néanmoins un affreux goût de défaite en travers de la gorge. Sa bien-aimée Kahlan a été laissée dans un état proche de la mort, et le royaume Anderith a rejeté en masse sa proposition d’alliance pour accepter le joug de son ennemi.

Dans le tome 7, Richard, accompagné de Cara [son garde du corps mord-sith], est parti dans son pays d’origine pour que Kahlan ait les meilleurs chances de se remettre, loin de l’inquiétude propre à la guerre. Pendant la convalescence de sa chère et tendre, il a une vision quasi-prophétique qui annonce, la défaite inexorable de son armée du nouveau monde contre celle de Jajang. Pour Richard, leur seul moyen de survie est d’attendre que le moment soit venue où ils pourront lutter contre la domination de l’ordre impérial.

Tous sont sous le coup de cette vision, que ce soit Kahlan qui se remet petit à petit, que ce soit les D’harans eux-même ou encore les proches de Richard. Pourtant, il n’est pas impossible que cette vision soit réellement une prophétie puisque tout le monde ignore de quoi est capable un être qui maîtrise les deux facettes de la magie comme Richard.

Pendant ce temps là, Nicci, ex-sœur de la lumière, sœur de l’obscurité depuis plusieurs années, ancienne formatrice de Richard au palais des prophètes, réalise plusieurs chose : la première, elle n’arrête pas de penser au seigneur Rahl comme un ennemi et pourtant elle est persuadé que quelque chose d’important tourne autour de lui, la deuxième est qu’elle s’est rendue compte que Janjang n’avait quasiment plus d’emprise sur elle et que cela était peut être lié également à Richard.

Forte de sa « résistance » nouvellement acquise Nicci en profite pour quitter l’empereur et rejoindre Richard, le capturer à l’aide d’un sort et l’étudier. Pour cela elle va lier sa propre destinée à celle de kahlan par un terrible moyen, qui va obliger Richard à se séparer d’elle, de son épée et le contraindre à la suivre jusqu’à la capitale même de l’empire : althur’rang.

Kahlan va alors agir contre la vision prophétique de son mari...

Après deux tomes un peu en dessous des autres, GOODKIND exploite la psychologie de ses personnages et les plonge au milieu d’un monde qui n’est pas si manichéen que ça. Les "méchants" du cycle, c’est à dire l’ordre impérial, agissent au nom d’un idéal d’égalité, idéal incarné par les prêtres de l’ordre. Mais pour cela, ils font régner l’obscurantisme, la culture de l’assistanat et une sorte de repentance envers ceux qui n’ont rien.


COMMANDER

Les romans de GOODKIND, pour moi qui suit adepte de fantasy, se lisent avec régal, malgré le grand nombre de pages. C’est toujours un réel bonheur de retrouver Richard, Zedd et kahlan pour une nouvelle aventure. A l’approche de la fin, on est partagé entre l’envie de la connaître et la perte à venir.

Du moment qu’il écrit avec cette même tonalité, GOODKIND peut encore continuer quelques années sans nous lasser, du moins espérons le.