EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 02/02/2001

« La folie de Dieu » de Juan Miguel AGUILERA

AU DIABLE VAUVERT, JANV. 2001 - REED. J’AI LU, JANV. 2004

Par PAT

En plein XIVème siècle, Ramon Llul, érudit et philosophe, s’associe à la quête de Jean de Flor : retrouver le royaume du Prêtre Jean. Retrouver le peuple qui, jadis, a sauvé Constantinople. Retrouver la science qui permettra de sauvegarder à nouveau l’Occident.

Accompagné de mercenaires Almogavars, le "Docteur Illuminé" s’enfonce peu à peu au coeur de l’Asie centrale.


De déserts en plaines, la petite troupe de Ramon Llulfinit par rencontrer quatre étranges cavaliers velus, montés sur des chevaux nains.

Le récit échappe alors à l’Histoire et prend une tournure inattendue. Point de royaume du Prêtre Jean, mais bien une cité magnifique située au coeur d’un désert de cristal. Apeiron, ville magique pour les mercenaires Almogavars, ville de science pour Ramon Llul qui sait détecter la Raison au milieu de la folie. Un endroit où la vapeur est connue, où l’électricité fait ses débuts, où la poudre et les armes à feu sont maîtrisées. Une république mixte où les femmes ont leur place, une république qui découle directement des sciences pré-socratiques. Les mêmes sciences qui ont pressenti l’atome, qui ont envisagé un univers où la terre tourne autour du Soleil, où les étoiles n’ont rien de divin. Un univers éclairé qui n’est pas tombé dans l’obscurantisme moyenâgeux.

Mais à l’instar de Constantinople, Apeiron est elle-même menacée. L’adversaire est immémorial et puissant. Tôt au tard, il finira par découvrir la cité et la rayera de la surface de la terre. Pour Ramon Llul, l’Adversaire n’est autre que Satan. Pour les gens d’Apeiron, c’est un être de chair et de sang. Leur survie doit passer par la lutte.

Un roman historique médiéval ? A moins qu’il ne s’agisse d’un roman d’aventures ? Ou peut-être même d’un livre de Science Fiction ? Rien à faire, La folie de Dieu échappe aux définitions traditionnelles.

À la limite de l’uchronie, entre le fantastique, la Fantasy et le récit de voyage, Juan Miguel AGUILERA construit son récit avec une rigueur historique de haute tenue. Ramon Llul n’est pas une invention, ni même le royaume du Prêtre Jean, qui fut réellement une des quêtes les plus "populaires" du Moyen-âge.

Les relations tendancieuses et hypocrites entre le pouvoir de l’empire déclinant et les mercenaires Almogavars sont parfaitement authentiques. De son côté, l’étrange cohabitation entre l’Islam Turc et la chrétienté occidentale est remarquable d’acuité. Bref, Juan Miguel AGUILERA s’est bien documenté et maîtrise parfaitement son sujet.

Reste la narration : Tour à tour violent, mystique, drôle et poétique, La folie de Dieu se lit comme un roman policier, pages après pages, jusqu’à la chute finale et le respect de l’Histoire [avec un grand H]. Malgré ses grandes qualités, le texte s’essouffle par endroits et le personnage de Ramon Llul comprend sans doute un peu vite la science d’Apeiron. Ailleurs, certains passages sont sous-traités en s’axant trop sur l’action.


COMMANDER

Au final, l’impression est mitigée.
L’idée est géniale, la documentation remarquable, mais le texte manque encore un peu d’âme pour se ranger aux côtés des chefs d’oeuvre.

On retiendra la grande originalité du livre et l’émergence d’une Science-Fiction Européenne qui n’a vraiment plus rien à envier aux anglo-saxons.