EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/03/2002

"La jeune fille et ses clônes" de David BRIN

["Glory season", 1993]

REED. POCKET SF, 2001

Par Dr.Ergodique

Sur la planète Stratos, à l’écart de la galaxie colonisée par les hommes, un groupe de femmes a modifié génétiquement la race humaine dans le but d’obtenir une société idéale.

La classe dominante est constituée par des clans de femmes qui se reproduisent par clonage. Chaque clan est spécialisé dans un métieret la conservation des gènes due au clonage garantit une pérennité des compétences.


Les « vars », des femmes nées d’un accouplement normal entre un homme et une femme, constituent une classe subalterne. Elles vivent dans l’espoir de développer des compétences dans un domaine nouveau et ainsi de pouvoir fonder leur propre clan de clones.

Tout en basde l’échelle, les hommes n’ont le droit d’exercer qu’une seule profession : marin. Sauf exception, ils sont séquestrés en été, la seule saison où ils n’ont pas été bridés génétiquement dans leurs envies sexuelles et leurs pulsions de violence.

La société de Stratos a été créée pour être très stable, voire immobiliste, puisque tous les facteurs de désordressont soigneusement contrôlés : du brassage des gênes à la fougue belliqueuse des hommes, en passant par le progrès scientifique. Mais, cette société est aussi capable de réagir à l’imprévu car le réservoir génétique des « vars » et des hommes peut servir en dernier recours.

Dans le roman, David Brin nous raconte les aventures de Maïa et Leie, deux jeunes soeurs jumelles « vars », qui partent chercher leur place dans le monde. Séparée brutalement de sa soeur, Maïa va découvrir l’envers du décor de la société Stratoïne : des luttes de pouvoir entre clans de clones jusqu’au mystérieux « jeu de la vie » qui accapare l’attention des hommes tout au long de l’année.

L’histoire se déroule au moment où les civilisations humaines des autres planètes ont envoyéun émissaire pour reprendre contact avec Stratos. En toile de fond des aventures de Maïa, il y a donc la question sous jacente : la société Stratoïne résistera-t-elle au choc des cultures ?

David Brin est l’auteur d’une Science Fiction facile d’accès et pourtant très rigoureuse. Il privilégie avant tout la cohérence et la crédibilité du monde qu’il invente. Et il y arrive... mais au détriment de l’intrigue qui est plutôt laborieuse, quand elle n’est pas carrément prévisible.

"La jeune fille et les clones" ne plaira donc pas à tout le monde, comme le Cycle de "Elévation", cf. les [mauvaises] critiques de Mr Cafard.


COMMANDER

A mon avis, David Brin est un des plus formidable inventeur de sociétés, de cultures, de races extra-terrestres et d’univers. Il faut lire ses romans car, comme les contes de Voltaire à son époque, ce sont des paraboles simples qui apportent un éclairage original sur des sujets d’actualité brûlants : l’écologie, le clonage, la diversité culturelle, etc.

A noter, une critique élogieuse du dernier livre de David BRIN, « Kiln People », dans la prestigieuse revue scientifique Nature. [Le roman est paru, sous le titre "Le Peuple de l’argile".]