EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 05/03/2005

"La musique du sang" de Greg BEAR

["Blood music", 1985]

REED. FOLIO SF, FEV. 2005

Par K2R2

Le catalogue de la prestigieuse collection Présence du futur s’amenuisant au fil des rééditions, Folio SF entreprend de diversifier son catalogue et nous propose la réédition d’un des premiers romans de Greg BEAR, "La musique du sang", qui obtint en 1986 le prix Apollo. Assurément, les fans de l’auteur seront comblés, quant-aux amateurs de hard-science je ne saurais trop leur conseiller de s’intéresser de près à la chose...


Vergil Ulam, jeune chercheur en biologie moléculaire, travaille pour le compte d’une start-up californienne qui développe des bio-chips, des petits ordinateurs biologiques de la taille d’une cellule capables d’évoluer à l’intérieur du corps humain. Les bio-chips sont l’avenir de la recherche médicale et Vergil Ulam est l’avenir des bio-chips. Jusqu’au jour où ses patrons réalisent que le jeune chercheur mène des recherches parallèles pour son propre compte... Vergil est alors renvoyé de son laboratoire et sommé par ses patrons de détruire les résultats de ses expériences.

Bien décidé à sauver malgré tout le fruit de son travail, Vergil s’injecte ses propres puces biologiques, espérant plus tard les récupérer à son profit. C’était sans compter sur l’intelligence incroyable de ces nouvelles cellules, qui progressivement se multiplient et modifient la physiologie de leur créateur, remodelant totalement son corps. Mais l’euphorie laisse place à l’inquiétude lorsqu’il s’avère que cette maladie se transmet rapidement à travers le pays en une gigantesque épidémie intelligente.

A l’origine de ce roman, on retrouve une nouvelle intitulée « Le chant des leucocytes », qui fut couronnée des prix Hugo et Nebula en 1983. Greg BEAR, sous l’influence notamment de David BRIN, décida de pousser la logique plus loin et transforma son hypothèse initiale en un roman largement plus ambitieux.

"La musique du sang" traite de thèmes qui semblent fasciner tout particulièrement Greg BEAR. En effet, dans son roman "L’échelle de Darwin" et sa suite "Les enfants de Darwin", BEAR aborde des thématiques proches concernant la biologie moléculaire, la génétique, les épidémies et l’évolution/mutation du corps humain.

Autre similitude, l’action se déroule essentiellement dans le milieu de la recherche scientifique, une occasion que BEAR saisit pour évoquer en filigrane les problèmes éthiques que posent les recherches en matière de génétique et de biologie moléculaire. Ce problème est parfois ouvertement abordé, comme lors d’une étonnante discussion entre un ami proche de Vergil et un grand ponte de la recherche médicale. A d’autres reprises il est seulement esquissé, notamment lors des échanges entre Vergil et son ami Edward, ce dernier étant terrifié par les conséquences des expériences sur les bio-chips.

Cette problématiques est à rattacher à une thématique plus large, qui est celle de la mutation de l’humanité, sur le plan physique, mais également intellectuel. L’évolution de l’intelligence, proposée par BEAR, n’est pas sans rappeler la notion de « noosphère » de Theilhard de CHARDIN, sans sa dimension mystique, le vecteur de l’élaboration de cette noosphère étant ces nouvelles cellules intelligentes, capables de modifier l’apparence physique et les capacités mentales. En cela, la science est la religion de BEAR.


COMMANDER

Le fond est riche, et la forme tout à fait maîtrisée. Le style fluide, très dynamique, permet une lecture agréable et rapide. Les personnages de BEAR sont travaillés, leur psychologie est relativement complexe, d’autant plus que l’auteur n’hésite pas à multiplier les points de vue, la narration étant éclatée. Seul point d’achoppement pour les lecteurs réfractaires à la hard science, BEAR a une forte inclination au baratin scientifique : il n’hésite pas à noircir le texte d’explications pas toujours faciles à appréhender pour les novices en biologie.

Tout ceci est largement compréhensible pour les lecteurs avertis, néanmoins certains risquent d’être découragés par ce verbiage intempestif. Sautez les pages qui vous ennuient, le reste vaut largement le détour.