EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


Ecrivain atypique dont l’œuvre mérite totalement le qualificatif de "inclassable", Lafferty a bousculé les frontières de la science-fiction, osant le non-sens absolu, et le délire le plus gratuit.
Un univers déjanté qui fait de lui une voix à part dans le genre, qui ne peut laisser personne indifférent : certains l’adorent, beaucoup le détestent !


La Plume électrique

Raphael Aloysius Lafferty nait le 7 novembre 1914 à Neola (Iowa), dans une famille aisée : son père est courtier en droits et baux pétroliers et sa mère était institutrice.
A l’Université de Tulsa, il étudie les mathématiques et l’allemand. Sa première expérience professionnelle fut celle d’électricien pour la compagnie Clark Electric. Il poursuivit des études de journalisme de 1939 à 1942 à l’International Correspondance School .
Lafferty s’engage en 1942 dans l’US Army pendant la Seconde guerre mondiale. Il est envoyé dans le Pacifique sud [Australie, Papouasie Nouvelle-Guinée et aux Philippines]. Il quitte l’armée médaillé, en 1946, en ayant obtenu le grade de premier sergent.

Ce n’est qu’aux environs de 35 ans, qu’il prend la plume pour se consacrer à l’écriture de fiction. Sa première publication remonte à 1959 avec la nouvelle The Wagons dans le New Mexico Quaterly Review. Et son premier texte de science-fiction publié paraît en 1960 sous le titre Day of the Glacier dans The original science-fiction stories.

Il faut attendre huit ans pour que soit édité son premier roman Past Master [Le maître du passé]. Il y expédie Thomas Moore dans sa propre une Utopie, s’amusant à imaginer que les habitants n’y réagissent pas du tout comme prévu. Roger Zelazny, Samuel R. Delany et Harlan Ellison saluent son talent.

« Lafferty est le plus fou, le plus pittoresque, le plus imprévisile des écrivains »
Theodore Sturgeon

Les publications de nouvelles et de romans s’enchaînent d’autant plus qu’il arrête son métier d’électricien en 1971 pour exercer sa passion. Eurema’s dam lui vaut le prix Hugo de la nouvelle en 1972. A la fin de sa vie Lafferty aura écrit au total une trentaine de romans et environ deux cents nouvelles.

Lafferty a publié également un roman de littérature générale,Okla Hannali, roman historique qui dresse la biographie d’un chef indien imaginaire, et qui reçut un très bon accueil.

Delirium à Estrevin

Les écrits de science-fiction et de fantaisie de Raphael A. Lafferty se caractérisent par des histoires abracadabrantes dont l’intrigue est souvent secondaire. Ses délires sont parfois tellement poussés à l’extrême qu’ils en deviennent illisibles ! C’est ce que lui reprochent certains lecteurs du roman Tous à Estrevin (aussi paru sous le titre Autobiographie d’une machine Ktistèque).
Ses textes sont aussi influencés par sa foi catholique. Par exemple, dans le roman Les quatrièmes demeures, figure Therese d’Avila. Et dans le roman Aurélia, une adolescente pourrait bien être le Messie [ou le Diable].

L’auteur dut réduire son activité d’écriture vers 1980 à cause de ses problèmes de santé. Il subit plusieurs attaques et succomba le 18 mars 2002 à Broken Arrow dans l’Oklahoma. Ses effets personnels [manuscrits et objets divers] furent confiés à la bibliothèque Mc Farlin de l’université de Tulsa par donation. D’autres manuscrits furent archivés à la bibliothèque universitaire de l’Iowa.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, cet auteur est en passe de tomber dans l’oubli étant donné que la majorité de ses livres ne sont plus disponibles dans le commerce. Cela va sans dire qu’il est urgent de rééditer son œuvre et de traduire ses romans inédits [en particulier The reefs of Earth et Serpent’s Egg]. Faute de quoi le genre se verra privé d’un écrivain hors norme.



Lire la critique

COMMANDER

Le Maître du passé de R.A. Lafferty

[ Past master , 1968]

Premier roman de Lafferty aux côtés de Chants de l’espace et The reefs of Earth (inédit), - - tous trois publiés en 1968, Le Maître du passé s’appuie sur l’utopie pour laisser libre court à l’imagination de l’auteur. Une oeuvre romanesque démarrée tardivement par un auteur de 54 ans, mais qui confirme une originalité déjà remarquée dans ses nombreuses nouvelles.

 

Lire la critique

COMMANDER

Tous à Estrevin !, de R.A. Lafferty

[Arrive at Easterwine : The Autobiography of a Ktistec Machine as Conveyed to R. A. Lafferty, 1971]

Paru pour la première fois en France en 1974 dans la collection « Ailleurs et demain », Tous à Estrevin ! est désormais difficilement trouvable. Ce roman est pourtant l’une des oeuvres les plus fascinantes de la science-fiction américaine, unique dans sa forme et dans son ton.

 

Lire la critique

COMMANDER

Les annales de Klepsis de R.A Lafferty

[Annals of Klepsis, 1983]

Datant du début des années 80, Les annales de Klepsis contient tous les éléments d’un récit laffertyen : imagination débordante, univers déglingué et assurément imprévisible.
Un cocktail savoureux et jouissif qui ne devrait laisser personne indifférent.

 

Pegase