EN BREF

 
SYNDICATION


Suivez le Cafard cosmique sur Twitter

Devenez Fan du Cafard cosmique et suivez toute l’actualité du site sur Facebook

Flux RSS 2.0 : pour afficher toutes les nouveautés du site par syndication.

netvibes : cliquer ici pour ajouter le flux RSS à votre page netvibes.


 
 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AUX LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

 

D'AUTRES AUTEURS

A VOIR AUSSI


La création de l’Anneau-Monde a suffi a rendre célèbre cet auteur américain, qui reste assez peu traduit en France.


De son vrai nom Laurence Van Cott Niven, Larry Niven a découvert la science-fiction en tombant sur des piles d’anciens magazines de SF dans une vieille librairie. Cela le pousse à se lancer dans des études scientifiques, et il passera une année à l’Institut de Technologie de Californie.

Diplomé de Mathématiques à l’Université de Washburn [Kansas] en 1962, il finit par laisser tomber les études un an plus tard pour se consacrer à l’écriture. Il faut préciser que ses parents étaient millionaires et que Larry n’avait donc pas de souci d’argent.

Sa première nouvelle publiée est « The Coldest Place », parue en décembre 1964 dans Worlds of If.

De romans en romans, Larry Niven devient l’un des auteurs américains de SF les plus reconnus, récoltant 4 fois le prix Hugo.

Une grande partie de son oeuvre s’inscrit dans le cadre d’une histoire de la conquête spatiale qui s’étend jusqu’au XXXIème siècle, les Récits de l’Espace Connu [Tales of Known Space].

Inspiré par les développements scientifiques que nous réserve le futur, Larry Niven fait partie de ses auteurs américains auxquels on a, à juste titre, collé l’étiquette de Hard-SF : ses romans donnent la part belle à l’anticipation technologique et développe beaucoup moins la psychologie des personnages ou la qualité de l’intrigue.

Ceci dit, nous pensons au Cafard cosmique que la Hard-SF peut donner des romans brillants et accessibles à tous public [cf. Greg Egan ou Paul J. McAuley]. Et c’est le cas de la plus belle réussite de Larry Niven, le Cycle de l’Anneau-Monde [Ringworld, 1970], où l’imagination fertile de l’auteur fait oublier un scénario faiblard.

La limite de l’oeuvre de Niven est un optimisme permanent vis à vis de la science et du destin radieux de l’Homme, voué quoiqu’il arrive à régner sur l’Univers. Cette naïveté aujourd’hui très ringarde a beaucoup fait pour le succès de ces romans auprès du public américain des années 70, ce pourquoi on le compare souvent à Robert Heinlein.

Il faut remarquer que Larry Niven est assez peu traduit en France. Son Cycle de l’Anneau-Monde, par exemple, qui compte quatre volumes, n’avait pas été traduit en entier avant que les éditions Mnémos ne se lancent dans la traduction complète en 2006 et 2007.

Larry Niven vit aujourd’hui à Tarzana, en Californie, avec sa femme Marilyn Joyce rencontrée en 1967 à la Convention de SF de New-York.



Lire la critique

COMMANDER

"L’anneau-monde" de Larry NIVEN

["Ringworld", 1970]

Louis Wu, un terrien désenchanté fête son 200ème anniversaire, lorsqu’il est approché par un marionnettiste [race extraterrestre ayant disparu de l’espace connu depuis déjà quelques temps].

Nessus [le marionnettiste] monte en réalité une expédition vers un mystérieux anneau de 970 millions de kilomètres découvert dans l’espace... Louis Wu aura pour compagnon de voyage Teela Brown, le super-intelligent [et super-trouillard] Nessus, mais aussi un Kzin, extra-terrestre félin à la fourrure orange et au comportement étrange...

 

Mr.C