EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/11/2004

Le Cycle de la Forêt des Mythagos de Robert HOLDSTOCK

[REEDITION DENOEL / LDE, 2002 - REDD. INTEGRALE FOLIO SF - 2004]

Par PAT

Publié en 1984 sous le titre "Mythago wood", puis développé sous forme de livre-univers, " La forêt des mythagos " est désormais disponible en intégrale : au programme, un premier volume rassemblant 3 romans ["La forêt des mythagos", "Lavondyss" et "La femme des neiges"], le deuxième volume en rassemblant 2 ["Le passe broussaille" et "La porte d’ivoire"].


Dans le premier tome de cette volumineuse intégrale, "La forêt des Mythagos" joue le rôle d’opus fondateur.

En bordure du bois de Ryhope, dans le Herefordshire, la famille HUXLEY est installée au domaine d’Oak Lodge. George, le père, tient un journal dans lequel il raconte ses expéditions au coeur du petit bois. Un bois dont on peut faire le tour en deux heures. Un bois dans lequel on peut pourtant s’enfoncer des semaines entières sans jamais en voir la fin. Un bois primordial et incroyablement ancien. Un bois qui a la particularité de donner vie aux rêves des hommes qui l’entourent, de matérialiser les légendes oubliées et les contes qui font partie de l’inconscient collectif. Un bois dans lequel le temps s’étire à l’infini. Un bois dangereux, merveilleux et brutal.

Quand Steven, le fils cadet de George HUXLEY, revient de la guerre, c’est pour trouver son frère Christian maître des lieux et amoureux d’une Mythago, une belle chasseresse nommée Guiwenneth. Christian part à sa recherche dans le bois pour ne plus en revenir. C’est alors au tour de Steven d’apercevoir ses premiers mythagos, des formes fantomatiques massées à sa vision périphérique. Peu à peu, il lie connaissance avec sa propre version de Guiwenneth. Mais est-ce bien son mythago ? N’est-elle pas le fruit des rêves de son frère ou, pire, de leur père ? Aidé par un aviateur du nom de Harry KEETON, Steven tente alors de comprendre les secrets du bois.

Dans Lavondyss", Le lecteur passe d’une génération à l’autre et suit les aventures de Tallis, la demi-soeur de Harry KEETON. Enfant précoce à l’imagination fertile, elle est particulièrement attirée par le bois dont elle semble connaître d’instinct bien des secrets. Obsédée par son frère Harry qu’elle recherche inconsciemment malgré sa disparition officielle, elle se découvre des talents "d’ouvreuse de monde". En façonnant des masques, elle réussit à voir des légendes issues de ses propres cauchemars, et bientôt à y pénétrer.

Amoureuse d’un jeune soldat mourant, elle finit par le rencontrer et part avec lui à la recherche de son frère. Abandonnant un père déjà secoué par la "mort " de Harry, elle cherche Lavondyss, le coeur de la forêt, l’endroit mythique où le temps n’existe pas et où les légendes prennent vie.

"La femme des neiges" [traduction curieuse de "The bone forest", littéralement "La forêt des os"] est un très court roman un peu à part, car situé à l’époque ou Christian et Steven sont encore enfants. On y découvre George HUXLEY et son éternel journal, aux prises avec un double qui n’a rien à envier à Mister HYDE.

Magique, violent, mystique, drôle, et finalement immense, "La forêt des mythagos" cumule bien des atouts. Cette première partie est tout sauf ennuyeuse, même si les notions chamaniques et les raccourcis pseudo poétiques peuvent fatiguer, notamment dans "Lavondyss". Le cycle de Holdstock est un foisonnement d’idées et d’inventions, raconté avec une grande maîtrise et un sens de la description très vif.

Comparable aux meilleurs ambiances d’un LOVECRAFT et à la vision lyrique d’un TOLKIEN, "La forêt des Mythagos" fait sans aucun doute partie de ces livres fantastiques incontournables. Un voyage attend le lecteur, une expérience hallucinée qui laisse parfois pantois et qui met un bon moment à s’estomper. ATTENTION CHEF D’OEUVRE !

Passons à "Le passe broussaille", roman précédemment publié chez PdF en deux volumes.

L’histoire se décale et raconte les [més]aventures d’Alex, un copain de Tallis [Voir "Lavondyss"], lui aussi attiré par le bois. Richard, son père, manque un soir de renverser un individu étrange qui traversait la petite route en pleine nuit. L’homme s’avère être James KEETON, le père de Tallis, lui aussi disparu depuis plus d’un an alors qu’il recherchait sa fille. Placé en hôpital psychiatrique, KEETON n’accepte de communiquer qu’avec Alex, à qui il raconte la quête de sa fille...

Plus de 6 ans après, séparé de sa femme et résidant désormais à Londres, Richard revient dans sa vieille maison et rencontre Helen, une séduisante scientifique qui lui annonce que son fils est en vie ; perdu au coeur de la forêt, toujours âgé de 13 ans. Réticent, Richard la suit dans la forêt et rencontre un petit groupe de chercheurs. Installés en bordure d’un lac, ces derniers suivent l’évolution du bois et constatent que la conscience d’Alex menace les constructions mentales de HUXLEY. Richard part alors à la recherche de son fils et rencontre les mythagos issus de son imagination. Contre qui, ou contre quoi lutte-t-il ?

Plutôt différent des premiers tomes, "Le passe broussaille" est d’un abord plus léger [la narration ressemble à un polar, du moins au début], mais se densifie au fil des pages. Le lecteur pénètre un peu plus au coeur de la forêt de Ryhope et y découvre d’autres secrets.

Terminé par "La porte d’ivoire", le cycle de "La forêt des Mythagos" revient en arrière et se consacre à Christian, le frère de Steven HUXLEY. On y rencontre la propre Guiweneth issue de l’esprit de Christian et on apprend plus de choses sur l’origine de sa discorde avec son père. Guidé par Guiweneth, Christian se joint à Kylhuk, en quête de la "longue personne".


COMMANDER

Monumental, c’est le mot qui vient immédiatement à l’esprit quand on évoque l’intégrale de "La forêt des mythagos". Si les romans qui composent ce livre-univers sont irréguliers, Robert HOLDSTOCK s’en sort toujours et se renouvelle sans avoir l’air d’y toucher.

L’écriture est belle, les visions oniriques saisissantes et l’ambiance magique. Deux très beaux [et très lourds] livres à s’offrir avant Noël, tant leur présence dans une bibliothèque a quelque chose d’essentiellement rassurant.