EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 23/03/2009

Le Déchronologue de Stéphane Beauverger

ED. LA VOLTE, MARS 2009

Par W(illiam Guyard)

Au XVIIe siècle, sur la mer des Caraïbes, le capitaine Henri Villon et son équipage de pirates luttent pour préserver leur liberté dans un monde déchiré par d’impitoyables perturbations temporelles. Leur arme : le Déchronologue, un navire dont les canons tirent du temps...
Servi par une plume impeccable, porté par un souffle épique, le petit dernier de Stéphane Beauverger aborde enfin les tables de nos librairies.


« Je suis le capitaine Henri Villon et je mourrai bientôt. »

Ainsi s’ouvre le Déchronologue, sur cette note datée de 1653, alors que le capitaine met en ordre son journal à bord du navire éponyme.
- 17 juin 1640, Villon, capitaine du Chronos, offre ses services à quelques capitaines français pour prendre l’île de la Tortue aux Anglais. Il en profite pour continuer sa quête obsessionnelle des maravillas, ces merveilles secrètes, et rares, qui apparaissent quelquefois aux abords du Nouveau Monde.

- 1646, Villon s’apprête à affronter un ennemi qu’il n’aurait jamais dû rencontrer. En nette infériorité numérique, il dispose cependant d’un atout : d’improbables canons qui tirent... du temps.

- 1640 encore, l’hiver cette fois, puis au mois de juillet de la même année, etc...

Linéaire, Le Déchronologue est livré déconstruit. Les chapitres, datés et numérotés, se suivent dans ce qui semble le plus parfait désordre. Au premier abord, cela ressemble à un artifice, choisi pour souligner l’un des thèmes du roman : le voyage dans le temps. Cependant, cette structure se révèle, au fil de la lecture, fondamentale et assez méticuleusement conçue.
C’est d’une part un moyen de dynamiser la narration : bien que toujours écrits au présent, certains chapitres fonctionnent en flash-backs. D’autre part, l’ordre des chapitres n’est pas aléatoire, l’auteur l’utilise pour introduire très progressivement l’élément science-fictif. Ce qui n’est, au départ, qu’un récit de piraterie voit peu à peu l’étrangeté pointer. Et finalement l’histoire bascule dans la science-fiction.

Le Déchronologue est un exercice de style, un jeu avec le concept classique du Voyage dans le temps. N’allez pas imaginer un navire voguant d’époque en époque. Ici, le voyage s’incarne dans le point de vue de ceux qui sont visités. Cette confrontation entre pirates du XVIIe siècle et voyageurs temporels est d’ailleurs à mettre en parallèle avec celle de villageois moyenâgeux et d’extra-terrestres dans le récent Eifelheim.
Le vrai sujet du roman demeure la piraterie. D’âpres séances de négociation en impitoyables batailles navales, on accompagne le capitaine Henri Villon, personnage attachant, haut en couleurs et au verbe fleuri. Avec ce roman d’aventures maritimes, l’auteur reconstitue les Caraïbes du XVIIe siècle avec une verve et un style parfaits.
Le Déchronologue est avant tout un un grand divertissement, irréprochable sur le plan littéraire et impressionnant par son ambition.

Stéphane Beauverger s’affranchit de son statut de « jeune auteur prometteur » et s’impose comme une des plus belles plumes françaises des littératures de l’imaginaire. Les quelques défauts qui parsemaient sa Trilogie du virus [ Chromozone, Les noctivores et La cité nymphale ] ont disparu : l’écriture est fluide, la narration claire et précise et l’expérimentation littéraire jamais gratuite.

Peux-t-on exprimer un regret ? L’objet n’est pas, lui, flamboyant : une couverture qui perd sa pellicule, un livre qui gondole à la lecture, un papier trop transparent, une police de caractères qui pique les yeux... Le prix est modique, ceci explique peut-être cela.


COMMANDER

Roman ambitieux et maîtrisé, Le Déchronologue consacre son auteur comme un des plus brillants de sa génération.
Intrigue palpitante, narration subtile, ne passez pas à côté de ce petit bijou.