EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

 
 
Publié le 15/03/2009

Le Dico des Héros dirigé par André-François Ruaud et Xavier Mauméjean

ED. LES MOUTONS ELECTRIQUES / BIBLIOTHEQUE ROUGE, JANVIER 2009

Par Erispoe

La Bibliothèque rouge est une collection des Moutons Electriques dédiée aux héros des littératures de genre. Entamée en octobre 2005 avec Les nombreuses vies d’Arsène Lupin, elle regroupe aujourd’hui douze volumes. Le Dico des Héros, treizième volume, est une excellente porte d’entrée dans cette très belle collection.


Pour les amateurs de la Bibliothèque rouge, le chiffre treize doit porter chance car ce volume est une vraie réussite. Il répond à presque toutes les attentes nées de l’annonce du projet. Pensez donc : 430 notices, près de 40 auteurs, 412 pages richement illustrées. Le pari était osé. Il est gagné haut la main par les deux co-directeurs de la collection, A.-F. Ruaud et X. Mauméjean.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore la collection, rappelons en quoi elle consiste : Il s’agit dans chacun des douze premiers volumes d’étudier un grand héros des littératures de genre (souvent policière) comme s’il avait vraiment existé. L’écrivain ayant sorti le héros de l’ombre devient alors son biographe, comme Arthur Conan Doyle qui serait l’agent littéraire du Docteur Watson. Dans l’ensemble, ces "nombreuses vies" ont convaincu, malgré quelques légères déceptions (les volumes consacrés à Frankenstein et Conan par exemple).

Bien sûr, l’exhaustivité que l’on espérait des précédents volumes est impossible à retrouver dans le Dico des Héros. Son intérêt est de présenter un très grand nombre de héros, plus ou moins connus, en quelques lignes ou en quelques pages (pour les plus célèbres, souvent déjà étudiés dans la collection). Le dictionnaire brosse un large panorama des littératures de genre : romans policiers (Holmes, Lupin, Poirot... mais aussi des héros plus récents comme le Poulpe ou bien Adamsberg, le héros de Fred Vargas), historiques (D’Artagnan, Jack Aubrey...), d’espionnage (James Bond... tout comme Ashenden, héros méconnu de Somerset Maugham), westerns (Buffalo Bill, Kit Carson...). Il s’intéresse aussi aux héros des littératures jeunesse (le Club des cinq, Alice...), des classiques de la littérature (Mme Bovary, Rastignac...) et s’autorise quelques incursions en littérature érotique (Belle, Emmanuelle...).

Parmi les collaborateursdu Dico, on retrouve les auteurs des précédents volumes de la collection comme Jacques Baudou ou Etienne Barillier mais aussi d’autres spécialistes des "mauvais genres" comme Jean-Luc Rivera et Jean-Marc Lofficier. Il faut souligner l’intérêt des notices signées de la plume érudite et élégante de Xavier Mauméjean. Sa courte biographie de William Ashbless (le poète "retrouvé" par Tim Powers et James Blaylock), ses études de King Kong, du Comte Zaroff et de l’Homme invisible rappellent certains de ses articles pour Bifrost. Quant à André-François Ruaud, qui signe un grand nombre d’articles, il montre une connaissance impressionnante du genre policier.

Alors vous vous demandez peut-être où sont les héros de science-fiction ? C’est simple, il n’y en a pratiquement pas. Il y a bien quelques héros précurseurs du genre, comme ceux de H.G. Wells ou de Jules Verne (étudiés par François Angelier). La collection essaye de mêler des éléments réels et fictionnels. Cela explique partiellement pourquoi il est assez difficile d’y intégrer des héros de science-fiction.

On peut néanmoins faire quelques reproches mineurs à cet excellent Dico des Héros. Tandis que certaines notices s’amusent à recréer cette confusion entre le réel et la fiction qui est la marque de fabrique de la collection, d’autres articles, plus académiques, restent plus "terre à terre". Ce n’est pas très gênant et c’était inévitable vu le nombre de collaborateurs. Certaines notices peuvent décevoir le lecteur passionné qui a l’impression qu’on aurait pu en dire plus [Edgar RICE Burroughs est le "père" de Tarzan, mais quel dommage d’oublier de citer Philip José Farmer !]. Mais rien de tout ça ne remet en cause la qualité du dictionnaire.

La qualité de l’iconographie est une des marques de fabrique de la Bibliothèque rouge : les précédents ouvrages ont tous bénéficié d’un grand soin dans ce domaine et le Dico des Héros ne déroge pas à la règle. Couvertures, illustrations, photographies, tout concourt à en faire un très beau livre. J’émettrai juste une petite réserve sur la couverture de Sébastien Hayez, qui aurait pu gagner en lisibilité (les petits caractères derrière le masque ne sont pas faciles à déchiffrer).


COMMANDER

Ouvrage indispensable pour les amateurs de littératures de genre, Le Dico des Héros trouvera sa place dans vos bibliothèques entre le Dictionnaire Jules Verne de François Angelier et le Dictionnaire des littératures policières dirigé par Claude Mesplede.
On attend maintenant avec impatience le prochain volume qui complètera cette somme, avec tous les héros oubliés, avant une éventuelle incursion assumée dans les domaines de la science-fiction, du fantastique et de la fantasy.