Publié le 13/04/1999

"Le bout du monde" de Lucius SHEPARD

["The end of the earth"]

ED. DENOËL / PdF, 1993


Moins impressionnant que "Thanatopolis", ce recueil contient cinq nouvelles purement fantastiques écrites à la fin des années 80, dont trois furent publiées dans F&SF.


On commence avec « Le bout du monde », texte de la tendance sud-américaine qui met en scène un écrivain américain à succès parti oublier une histoire d’amour dans un village perdu du Guatemala. L’histoire glisse rapidement vers le surnaturel lorsque notre écrivain participe à un vieux jeu maya dont les règles semblent avoir prise sur la réalité. Une nouvelle impeccablement écrite mais sans grande surprise.

On enchaîne ensuite avec "La figurine d’argile noire", probablement le meilleur texte de ce recueil, mais également le plus mainstream. Une vieille femme revisite son passé entaché par une sulfureuse réputation de nymphomane. Une nouvelle superbe, au style ciselé et à la sensibilité exacerbée, SHEPARD y évite tous les pièges du voyeurisme et laisse son lecteur pantois d’admiration.

"En route pour La Gloire" rompt avec la production traditionnelle de SHEPARD pour nous entraîner dans un FarWest mâtiné de fantastique. Un couple ruiné décide de tout quitter pour refaire sa vie dans la ville de La Gloire, mais pour cela il leur faudra accomplir un voyage en train pour traverser le territoire interdit ; une zone où les phénomènes les plus étranges affectent les esprits. Transformations physiques et psychologiques en tous genres, coups de folie, .... certains ne ressentent rien, d’autres se transforment en monstres, abdiquent toute notion morale pour s’abandonner à la luxure, au vol ou au meurtre. Un texte très dynamique proposant une étonnante réflexion sur la nature humaine et la tolérance.

Second texte majeur de ce recueil, "La vie de Boudha" nous entraîne dans les bas-fonds de Detroit, parmi les dealers de drogue et les prostituées. Boudha est un pauvre noir hébété par la drogue, torturé par son passé et plus souvent shooté qu’éveillé. Avant de s’envoyer une dernière dose, il trouvera la force d’aider l’un de ses rares amis à réaliser son rêve, se transformer en femme par la seule force de ses pouvoirs magiques. Une plongée hallucinante et hallucinée à travers l’univers d’un cammé.

"Un tigre en bois" clôt ce recueil de façon mitigée. Un agent de la CIA part dans les montagnes de l’Himalaya pour retrouver un ancien collègue disparu, il croisera le chemin d’une des réincarnations de la déesse Kumari. Une nouvelle qui ne réussit pas à convaincre et plonge le lecteur dans l’ennui et l’expectative.


COMMANDER

Un recueil de bonne tenue malgré la dernière nouvelle, qui ravira les amateurs de littérature fantastique.