EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/05/2005

Le festival de la couille et autres histoires vraies de Chuck Palahniuk

[Stranger than fiction, 2004]

ED. DENOËL ET D’AILLEURS, AVRIL 2005

Par PAT

Premier recueil non-fiction de Palahniuk paru en français, "Le festival de la couille et autres histoires vraies" fait partie de ces livres qui hantent longtemps le lecteur.
Enfin débarrassé de la médiocre prestation de Freddy Michalsky aux manettes traductantes, le texte se distille comme un alcool délicieusement fruité sous la houlette de Bernard Blanc. Un changement bienvenue qui permettra aux nouveaux venus de découvrir un Palahniuk au meilleur de sa forme, là où les connaisseurs se contenteront d’apprécier ces tranches de vies douces amères, racontées tranquillement par un auteur décidément majeur.


Si le Festival de la couille ne concerne finalement qu’un seul texte [Testy Festy en anglais], le recueil lui-même s’intitule assez explicitement Stranger than fiction. traduit littéralement par "Plus étrange que la fiction", le titre a le mérite d’être clair : les histoires compilées ici sont des oeuvres journalistiques. Elles concernent donc des personnages, des situations et des contextes bien réels. Et si cette vérité si chère à l’objectivité est quelque peu malmenée par l’absurde, le tragique ou même l’héroïque, qui s’en plaindrait ?

A mi-chemin entre le récit autobiographique et le compte rendu d’actualité, "Le festival de la couille" n’a rien d’un brûlot nihiliste engagé, mais allie au contraire pudeur et sobriété, pour un résultat étonnamment tendre à l’égard du genre humain.
Terrible constat pour ceux qui pensaient tout connaître de leur ami Chuck. Le monsieur aime son prochain. Et il le prouve magistralement en évoquant quelques spécimen aussi barrés que lumineux, sans jugement ni catégorisation, sans moquerie ni exagération, avec intelligence et parfois même une sincère dose d’admiration.

De l’admiration, il faut pourtant gratter loin pour en trouver face à ce concours de stock-car-moissonneuse-batteuses, où des machines agricoles relookées façon Mad Max Vs Alain Prost s’affrontent dans la boue, dans un immense hurlement de ferraille torturée, pilotées par des allumés fidèles à un idéal sportif parfaitement inaccessible au commun des mortels.

Du respect, il faut chercher longtemps pour en concevoir face aux tarés fracassés par la vie qui se foutent des peignées dans le cadre très structuré de la lutte gréco-romaine. Sport méconnu et méprisé, peu médiatique et donc pauvre, pratiqué pourtant dans les règles de l’art par des hommes et des femmes dont le courage et l’abnégation laissent pantois un lecteur incrédule.

Quant aux bâtisseurs de châteaux médiévaux, ils pourraient faire sourire. Mais pour peu qu’on découvre l’hallucinante somme d’efforts que leur construction représente, quand on comprend peu à peu que leurs propriétaires les ont bâtis de leurs mains, pierres après pierres, sacrifiant parfois leur vie de famille au profit d’une passion aussi payante que destructrice, on a bien du mal à ne pas avoir envie de leur offrir un verre en leur tapant sur l’épaule.


COMMANDER

Ils sont tous comme ça, les personnages de Palahniuk. Allumés, grands-brûlés de l’existence, dingues et attachants. Tous avec leurs délires, leurs passions, leurs soucis. Tous à des milliers d’années lumières de nos vies, et pourtant si proches. Ce sont nos voisins, nos banquiers, nos facteurs, nos agents d’assurance, ils tournent dans leur monde en orbite désynchronisée, et nous ne pourrons jamais en voir les deux faces. C’est comme ça et c’est tant mieux. Palahniuk leur donne la parole, du plus humble au plus célèbre, avant de la prendre lui-même pour s’auto-ridiculiser et rendre à obsessionnel ce qui appartient à obsessionnel.

Notre monde est peut-être bien malade, mais on y trouve encore une sacré humanité.
Merci, Monsieur, de nous la rendre si lisible.