EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

 
 
Publié le 04/10/2009

Wariwulf, Le premier des Râjâ, T.1 de Bryan Perro

ED. MANGO JEUNESSE, SEPT. 2009

Par MeTaL_PoU

Premier volume d’une octalogie (n’ayons pas peur des mots) venue du Québec, Le premier des Râjâ débarque en force en cette rentrée 2009, poussé en avant par les Éditions Mango Jeunesse. À grand renfort de promotion et de dédicaces dans les librairies françaises, l’éditeur s’emploie à faire de ce livre un événement. On connaît Bryan Perro pour sa série jeunesse à grand succès, « Amos Daragon », traduit en dix-huit langues. Ce nouveau cycle, écrit pour un public plus âgé, est probablement destiné à connaître une réussite similaire. Reste à savoir si ce texte mérite cette mise en avant.


Le roman introductif de Wariwulf se situe dans un Proche-Orient antique romancé et relate l’origine du premier loup-garou. Bryan Perro a étudié ce mythe dans la littérature orale du Québec et a trouvé l’inspiration dans la ville bulgare de Veliko Tarnova, l’un des lieux centraux de l’intrigue. On pouvait donc s’attendre à un roman dense, au background travaillé et passionnant, mais les quelques scènes d’action ne font pas oublier un manque cruel d’efficacité et de finesse.

Maltraité par son maître mésopotamien, et condamné aux travaux les plus pénibles, La Bête est un esclave mutique et sauvage. Seuls ses rêves dans lesquels il devient loup lui apportent un peu de répit. Impressionné par ses qualités physiques surhumaines, le chef d’une tribu nomade le fait enlever. Sous son nouveau nom de Varka, et devenu athlète aux Olympiades, l’esclave part à la rencontre de son destin sur les traces du peuple Thrace. D’orient en occident, shamans et cosmologues prédisent un événement grave qui bouleversera le monde. Une révolution dont Varka sera l’épicentre.

Dès les premiers chapitres, Bryan Perro dévoile son ambition et s’inspire de figures et de lieux historiques fascinants pour y dérouler son intrigue. Malheureusement, de nombreuses incohérences grèvent le récit et gâchent le plaisir de lecture. Les personnages passent de dialogues dignes d’un récit mythologique à un langage actuel sans homogénéité ni crédibilité. Quelques notes de bas de page pédagogiques tentent d’apporter une vraisemblance historique, bien vite balayée par de nombreux anachronismes.

Assassinats, massacres, viols, guerres et enlèvements égrènent le roman, dressant un portrait noir d’hommes avides de pouvoir, de femmes et d’argent. Seul Varka conserve une certaine candeur mâtinée de sauvagerie, sans pour autant devenir attachant. Princesse capricieuse, roi libidineux, conseillers manipulateurs ou commerçants stupides, le lecteur ne croise que des personnages stéréotypés et légers. Ce traitement superficiel concerne aussi les chapitres dédiés aux loups. À l’instar du contexte historique, dans lequel l’auteur donne l’impression de n’avoir pas su choisir entre Histoire et fiction, ses loups oscillent là encore entre figures anthropomorphes et prédateurs aux instincts primaires. Quand les loups se saluent et hochent la tête, on approche du risible. Même les quelques scènes qui dépeignent les hyrcanoïs, ces hommes-loups mythiques, sont totalement improbables. Des différents protagonistes ne restent, une fois le livre terminé, que des coquilles vides désincarnées.

À trop vouloir s’attacher à la trame de fond et à une intrigue complexe peuplée de nombreux personnages, Perro s’éparpille et perd son lecteur. En outre, l’écriture est linéaire, et l’abus de figures de style à la puissance d’évocation proche du néant alourdit des descriptions déjà interminables.


COMMANDER

Il reste à espérer que ce livre long, ennuyeux et peu marquant ne représente que la mise en place laborieuse d’un cycle à la thématique prometteuse et engageante. La suite gagnera peut-être en efficacité et en densité.