EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 07/09/2004

"Le projet Mars" de Andreas ESCHBACH

["Das Marsprojekt", 2001]

EDITIONS L’ATALANTE, 2004

Par PAT

2086, 36 ans que Mars est colonisé. Entre jeux et rêves, des enfants nés sur la planète rouge, prospèrent agréablement, avant de s’apercevoir que le projet du chef de la station consiste à tout arrêter, en accord avec le gouvernement : la station coûte trop cher pour des résultats scientifiques peu encourageants.

Mais les enfants sont persuadés que les Martiens sont bien là...


Après plusieurs titres impeccables [’Des milliards de tapis de cheveux" pour n’en citer qu’un], il fallait bien qu’Andreas ESCHBACH se plante. C’est désormais chose faite avec "Le projet Mars".

Qualifié de livre pour enfants par l’éditeur [qui en profite pour mal orthographier le nom de l’auteur sur la tranche du livre], "Le projet Mars" relève beaucoup plus du mauvais bouquin pour adultes.

On a d’ailleurs l’impression [malveillante, convenons-en] que l’Atalante a acheté le bouquin sans le lire, pour le requalifier « Littérature jeunesse » après constatation in visu de la médiocrité de la chose. Passons sur cette douteuse équation « Mauvais bouquin pour adulte = bon bouquin pour enfants »...

Précisons tout de même qu’il existe des livres bien pires que "Le projet Mars", mais qu’on est également en droit d’attendre beaucoup mieux de la part d’ESCHBACH. Sorte de "Club des cinq" dans l’espace, "Le projet Mars" raconte la vie quotidienne des enfants de mars, ces gamins nés sur la planète rouge, élevés dans une station scientifique et habitués aux scaphandres depuis leur plus tendre enfance.

Entre jeux et rêves, les enfants prospèrent agréablement, avant de surprendre le vilain projet du chef de la station : Tout arrêter, en accord avec le gouvernement, la station coûtant trop cher pour des apports scientifiques peu encourageants.

Le futur démantèlement dûment annoncée, les enfants décident de gagner du temps, d’autant qu’un problème de santé condamne l’une d’entre eux à ne pouvoir supporter la pesanteur terrestre, la reléguant de fait à une semi-vie concentrationnaire dans une station orbitale pour le restant de son existence. Elynn [c’est son nom], pour sa part, est persuadé de la présence de martiens... Et si c’était vrai ? Oui, c’est vrai.


COMMANDER

Une fois la véritable idée lancée [la présence de restes archéologiques attestant d’une vie extraterrestre], le livre s’arrête net. Dommage, d’autant qu’il a fallu lire plus de 300 pages pour constater de fait qu’ESCHBACH passe complètement à côté de son sujet, terminant par dessus la jambe un texte qui aurait pu être excellent. Soit. Il faut parfois payer son loyer.

Quant au lecteur adulte, il évitera de payer. Pour lui ou pour ses gamins.