EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/02/2000

Le seigneur des guêpes de Iain Banks

[The Wasp Factory, 1983]

ED. PRESSES DE LA CITE, 1984 - REED. FLEUVE NOIR, JANVIER 2005

Par Arkady Knight

Heureux début d’année avec les rééditions des premières oeuvres de deux des auteurs de science-fiction les plus importants de la fin du XXe : Dan Simmons et Iain M. Banks. Détail amusant, c’est dans le fantastique qu’ils ont tous deux décider de perdre leur pucelage.


« Mes pires ennemis sont les femmes et la mer. Je les hais. Les femmes parce qu’elles sont faibles, idiotes et qu’elles vivent dans l’ombre des hommes sans jamais leur arriver à la cheville ; la mer, parce qu’elle m’a toujours contrarié en détruisant ce que je construis, en me prenant ce que je laisse traîner, et en s’ingéniant à effacer les traces que j’inscris sur le sable (...) Je vois dans la mer une sorte d’ennemi mythologique ; je la crains un peu et il m’arrive de lui faire ce qu’on pourrait appeler des sacrifices spirituels. Je la respecte et la considère à bien des égards comme mon égale. Elle peut, comme moi, bouleverser les événements de ce monde, et il faut, comme moi, la craindre. Mais les femmes... vraiment, je ne peux pas les encaisser. »

Dans le cas de Simmons, ce fut l’électrochoc du Le chant de Kali, une œuvre fascinante et profondément touchante. Dans le cas de Banks c’est une petite friandise diablement attachante.

L’USAGE DES FEMMES

Frank Cauldhame, le narrateur, grandit avec son père, sur une île quasi-déserte. Se considérant comme le maître de cette île, il s’amuse à divers jeux de torture avec des chiens, des rats, des mouettes, des libellules et évidemment des guêpes [sans compter des petites filles...], quand il ne va pas au village pour se saouler avec Jamie, son seul ami ; un nain. Sa considération du monde, immature et violemment misogyne, va évoluer alors que son frère qui sombre dans la folie va faire sa réapparition, et que Frank va faire plus ample connaissance avec son père et ses démons intérieurs.

Avec son sens de l’ironie si savoureux et sa finesse psychologique habituels, Banks raconte le récit d’apprentissage, l’éveil au monde d’un jeune adolescent, instable et amoral, perdu dans un monde aussi horrible que lui. Personnage qui n’est pas sans évoquer Cheradénine Zakalwe, le héros emblématique de Banks.

Rempli à ras-bord de scènes cruelles particulièrement exquises, « Le seigneur des guêpes » est un roman brillant et original sur le passage à l’âge adulte et la prise de conscience de sa propre sexualité.

« Nos vies ne sont que des symboles. Quoi que nous inventions, nous ne faisons que suivre des modèles. Les gens forts arrivent à créer les leurs, et parfois même à influencer ceux des autres. Quant aux faibles, aux malchanceux ou aux idiots, leurs chemins sont tracés à l’avance. Le Sanctuaire aux Guêpes incarne le destin, puisqu’il représente à la fois la vie et la mort, aussi complexes l’un que l’autre. »


COMMANDER

Ceci étant dit, il ne faut pas s’attendre à une oeuvre foisonnante comme les opus de la Culture. Juste à un mini Usage des armes pour amateur de récits malins.

Et en y regardant bien, l’ombre du Sanctuaire aux Guêpes de Banks plane sur le Shrander de Harrison [qu’il serait temps que vous lisiez quand même !].