EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/06/2004

"Les Fous d’Avril" de DOA

ED. FLEUVE NOIR / RENDEZ-VOUS AILLEURS, AVRIL 2004

Par PAT

Premier roman d’un jeune auteur mystérieux, mais également premier roman français paru dans la collection Rendez-Vous Ailleurs [Fleuve Noir], « Les fous d’avril » surfe sur la mouvance techno polar qui font les délices de certains et arrachent des cris d’horreur aux autres.


Autant savoir d’emblée que si « Les fous d’avril » se laisse agréablement lire, le scénario se révèle assez évident pour le forcené de science-fiction [une évidence qu’on ne révèlera évidemment pas ici]. A ce titre, le roman n’est donc pas franchement conseillé à ceux qui « maîtrisent » le genre, mais plutôt aux polardeux [et polardeuses] tentés par la SF.

Situé en 2019 dans un Paris plutôt glauque et à peine futuriste, « Les fous d’avril » raconte l’histoire de Markus Frey, jeune flic à Europol, dont l’origine trouble n’est révélée que peu à peu. Sur la piste d’un tueur psychopathe qui s’attaque aux passeurs [ces types capables de s’immerger totalement dans le réseau via une bio-puce directement branchée sur le cortex], Frey se frotte à plus gros que lui. Si les activités du tueur, dont les intentions semblent tourner autour de la prise de possession mentale de ses victimes, ne sont pas claires, d’étranges professionnels suréquipés, et manifestement prêts à tout, semblent bien décidés à traquer le criminel de leur côté. Dépassé par des évènements qui remuent bien plus de merde qu’il ne faudrait, Markus va vite comprendre qu’il a mis le doigt exactement là où il ne fallait pas...

Intrigue policière bien menée, personnages attachants et décor science-fictionnesque désormais classique, « Les fous d’avril » a tout du bon roman de gare. Reste qu’il en offre néanmoins bien peu aux amateurs de SF, et que ces derniers risquent d’être déçus par l’abondance des clichés et l’application systématique de l’ensemble des codes littéraires du Polar.


COMMANDER

On reste donc assez sceptique devant un texte qui ne renouvelle rien, même s’il a le mérite de rendre le lecteur autiste, bien décidé à ne pas lâcher le roman avant la dernière ligne. A ce titre, DOA est un auteur à suivre, et le meilleur de sa production est sans doute à venir.