EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/05/2006

"Les Hauts-esprits" de Claude ECKEN

EDITION NESTIVEQNEN, MARS 2006

Par Lunatik

Vallargues, charmant petit village de montagne de quelques centaines d’âmes, son boulanger paranoïaque, ses piliers de comptoir, son église et ses bigotes sont heureux de vous accueillir.

Toutefois, amis voyageurs, faites attention et roulez prudemment. L’un des virages menant au village est particulièrement dangereux.


Depuis quelques mois les accidents, tous mortels, se multiplient. Venez profiter du bon air de nos montagnes, vous émerveiller de nos paysages magnifiques, découvrir notre faune sauvage. Même si celle ci semble avoir un taux de mortalité anormalement élevé aux alentours du fameux virage dangereux. Coïncidence ?

Sandrine Magrade aimerait bien renouer contact avec son vieil ami Stanislas d’Hautrequin, refoulé par la population de Vallargues dans une fermette au loin, suite à des soupçons de sorcellerie. Mais chaque fois que Sandrine s’engage sur le sentier menant à la modeste demeure de Stanislas, les éléments se déchaînent contre elle, l’obligeant à faire demi-tour précipitamment.

Y a t’il un lien entre tout ces évènements ? Et si oui qui se cache derrière l’entité responsable de cette effroyable hécatombe ?

Autant vous prévenir tout de suite, ma déception est à la hauteur de l’estime que je porte à l’auteur depuis la lecture de son recueil "Le monde tout droits réservés". Il est vrai que la lecture de la quatrième de couverture aurait du m’inciter à la méfiance, mais tel le preux chevalier face à l’adversité, je pris mon courage à deux mains et mis de côté mes a priori négatifs avant d’entamer le livre. Et j’ai bien cru, pendant un moment, que je m’étais fourvoyé.

Cette quatrième de couverture, bien que résumant l’histoire correctement, ne donnait pas toute la mesure de l’ambiance décrite par l’auteur. J’étais happé par cette histoire. Les descriptions du petit village de montagne, de ces habitants et des commérages dressent un tableau sans concession, mais réaliste, d’un monde rural perturbé par des morts violentes qui ne trouvent pas d’explications rationnelles. Bref on se dit, pendant la première moitié du roman, que tout ceci est bien alléchant. Que l’auteur de "Fantômes d’univers défunts", "La fin du Big Bang" et autres petites merveilles a sûrement prévu quelque chose d’original pour justifier toutes ces victimes qui s’entassent aux bords de ce virage maudit. Mais non !

Alors certes, il ne s’agit pas du simple méchant esprit qui hante traditionnellement les romans fantastiques. Celui-ci faisant plutôt partie des esprits haut de gamme, que ce soit à propos de son origine qu’au niveau de sa méchanceté. Mais le résultat est le même. C’est fade.


COMMANDER

La plupart des adeptes de KOONTZ, MASTERTON et KING devraient pourtant facilement y trouver leur compte car "Les Hauts-Esprits" est très bien écrit. ECKEN, tout comme ses homologues états-uniens, maîtrise parfaitement la monté de la tension, le suspense et s’accorde du temps pour approfondir ses personnages.

Mais, au final, force est de constater que ce roman manque cruellement d’originalité. On ne fait qu’y entasser des cadavres, et c’est bien dommage.