EN BREF

 
VOS LIVRES DANS LA BOITE AU LETTRES !




En commandant vos livres sur Amazon.fr vous faites des économies [-5%] et vous participez au financement du site car le Cafard cosmique reçoit une petite commission sur les ventes.

Le livre le plus acheté
en mai 2010 :
Janua Vera +
de Jean-Philippe Jaworski
aux Ed. Moutons Électriques

 

A VOIR AUSSI

Publié le 01/05/2003

Les Royaumes du nord [A la croisée des chemins 1] de Philip Pullman

[Northern Lights, 1995]

Par PAT

Roman pour adultes, roman pour enfants, roman hors normes pour un vrai plaisir de lecture, Les royaumes du nord remettent Philip PULLMAN au goût du jour, tout en proposant une littérature trans-genre intelligente. Au final, ce tome 1 de la trilogie À la croisée des mondes est vivement recommandé pour tous les mômes de 7 à 77 ans.


Impossible de ne pas faire un parallèle avec Harry POTTER, même si les récits n’ont rien à voir. On a ici affaire à un texte lisible sur plusieurs niveaux, plaisant pour les enfants, excellents pour les adultes, ce qui n’est déjà pas si simple à réussir. Bien sûr, on sait que le compte en banque de J.K. ROWLING est beaucoup plus fourni que celui de Philip PULLMAN, mais ça n’enlève rien à la qualité intrinsèque des aventures de l’apprenti sorcier.
Mais là où la série multimillionnaire s’adresse aux enfants et pré-ados, À la croisée des mondes est d’un abord plus délicat. C’est d’abord la langue, tout sauf simpliste, qui peut effrayer les plus jeunes, puis la description de ce monde parallèle très cohérent dans lequel évolue Lyra, l’héroïne de 12 ans dont les pérégrinations forment l’ossature du texte. De fait, on réservera la trilogie de PULLMAN aux jeunes bien décidés à en découdre avec une histoire finalement assez complexe.

Adoptée par une cohorte d’érudits [vieux, poussiéreux et laxistes] dans un collège d’Oxford, Lyra et son daemon Pantalaimon [tous les humains de ce monde sont accompagnés d’un daemon, animal familier intelligent formant une sorte de prolongation de l’âme, inséparable de son "propriétaire" et capable de ressentir les mêmes choses] vivent d’aventures occasionnelles, comme le font tous les enfants de cet âge livrés à eux-mêmes.

Capturées par "les Enfourneurs", ces voleurs d’enfants dont les desseins sont obscurs, Lyra est délivrée par des gitans qui l’emmènent vers le nord, pour une expédition de sauvetage [les gitans déplorent eux-aussi la disparition de plusieurs enfants]. Là, elle fera alliance avec Iorek, un représentant de la terrible race des ours blancs du grand nord, ces guerriers indestructibles dont l’armure est à l’épreuve des balles, dans un combat où s’affrontent des forces démiurgiques. Car des savants font des recherches sur " la poussière ", cette particule élémentaire capable de forer des portes entre les mondes parallèles, et pour y arriver, ils sont prêts à tout, même au pire.

Si le sujet d’une gamine innocente jetée dans un affrontement auquel elle ne comprend pas grand-chose est assez classique, si son intelligence [qui parvient à résoudre les problèmes là où la force des adultes ne le permet pas] est bien supérieure à celle des autres mômes, « Les royaumes du nord » ne pêchent pas par manque d’originalité ni de crédibilité. Le monde peint par PULLMAN est un curieux mélange entre moyen-âge et modernité. On a l’ambiance des chateaux-forts teintés de magie noire, mais également des fusils, des zeppelins, des ordinateurs et des câbles électriques. La trouvaille des ours en armure est littéralement géniale, et le récit est définitivement captivant.


COMMANDER

Bref, impossible de cacher son enthousiasme à la lecture de cet excellent premier tome. On attend avec impatience les deux autres, et on félicite Folio SF de varier les plaisirs avec des textes qui se caractérisent le plus souvent par leur très haute tenue. « Les royaumes du nord » est un régal d’aventure, de divertissement, d’intelligence, et, cerise sur le gâteau, il plaira autant aux petits qu’aux grands.
Enfin un moyen de partager un univers avec ces extraterrestres appelés enfants. Pourquoi s’en priver ?